Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Après la pandémie, la solidarité plus que l’austérité

Déjà d’importantes dépenses pour éviter le pire, mais cet effort financier ne suffit pas

Photo Olivierterrier
Photo Olivierterrier (licence CC)

Face à la pandémie et après quelques hésitations, le Conseil fédéral a pris les mesures nécessaires en cas de situation extraordinaire, comme le prévoit la loi sur les épidémies (DP 2285). Il a notamment débloqué des crédits importants pour éviter l’asphyxie des entreprises et assurer les revenus des personnes.

Déjà des craintes se font entendre quant aux montants en jeu et à la capacité à en assumer la charge. Pourtant avant de savoir comment payer cette facture, il faudrait s’assurer que l’effort financier consenti jusqu’à présent est suffisant.

L’addition des crédits débloqués par le Conseil fédéral, des compléments ajoutés par le parlement en faveur des crèches, du sport, du tourisme et des médias ainsi que les aides cantonales et communales s’élève à plus de cent milliards de francs.

Certes une partie de cette somme finance des prêts remboursables à l’échéance de cinq à sept ans. Mais la facture n’est pas définitive et peut encore augmenter au gré d’éventuels sursauts épidémiques. A quoi il faut ajouter l’effet aggravant d’une baisse des rentrées fiscales. Au total, le grand argentier prévoit pour 2020 un déficit de 30 à 50 milliards.

Une manne qui sauve qui?

Mais avant de débattre des moyens pour combler ce trou, il convient d’examiner qui sont les principaux bénéficiaires de cette manne. Certes les crédits consentis assureront une bouffée d’oxygène aux PME. Mais comme le relève la Wochenzeitungces prêts garantis par la Confédération permettront d’assurer la solvabilité de débiteurs auxquels les banques avaient préalablement accordé des crédits douteux.

Ainsi depuis 2010, Credit Suisse a vu croître ce type de prêts de 19 à 41 milliards. Le coronavirus permet ainsi de les transférer aux finances publiques.

Toutes les victimes économiques de la pandémie n’ont pas bénéficié d’une aide aussi rapide, quand elles n’ont pas tout simplement été oubliées. Le parlement est fort heureusement intervenu, pensant à ceux que le Conseil fédéral avait négligés. Mais il n’a toujours pas trouvé de solution pour les locaux commerciaux dont les occupants restent dépendants de la bonne ou mauvaise volonté des bailleurs (DP 2284).

Et que dire des 50’000 licenciements intervenus depuis le début de la crise, alors même que le chômage partiel devait permettre de les éviter? Mais aussi des sans-papiers et personnes à statut précaire condamnés à quémander des produits de première nécessité, exclus du filet social mais indispensables au fonctionnement de l’économie?

Alors avant même de faire les comptes, il s’agit de combler ces lacunes et d’augmenter encore les dépenses publiques. Car sans des revenus suffisants dans les poches des consommateurs, il est vain de croire à une reprise économique: quelle entreprise va investir sachant que la demande fait défaut?

La dépression menace

Sans cette intervention massive de l’Etat, le professeur Sergio Rossi s’attend à une grande dépression. Immanquablement, nous y aboutirons si prévalent les propositions d’économies qui s’expriment et si la droite persiste à refuser toute augmentation de la fiscalité, prônant même une «décrue fiscale». Déjà l’UDC tient prêt son catalogue de coupes budgétaires (coopération au développement, fonds de cohésion européen ou culture, notamment).

Il ne s’agit ni d’instaurer un self-service financier ni d’adopter la pratique de l’arrosoir, mais de cibler les dépenses. Celles-ci doivent tout à la fois créer des emplois et répondre aux besoins prioritaires, en particulier ceux de la transition énergétique et de la lutte contre le dérèglement climatique.

A cet égard, les aides apportées à l’industrie aérienne constituent un parfait contre-exemple. Un appui temporaire est certes nécessaire, mais il ne s’inscrit dans aucune perspective d’avenir: Quid, par exemple, des carburants synthétiques, de prix traduisant le coût réel des vols ou de l’abolition des trajets de courte distance?

Il ne s’agit pas non plus de ponctionner des entreprises en difficulté, mais de faire payer leur juste part à celles qui engrangent des bénéfices. Le parti socialiste a élaboré un document stratégique qui va dans ce sens: effort fiscal temporaire des hauts revenus et des grandes fortunes, taxation complète des dividendes, taxation des successions à partir de dix millions de francs et augmentation de l’impôt sur les bénéfices.

La pandémie a mis en évidence les inégalités au sein de la société. Pour la combattre, les autorités ont beaucoup misé sur la solidarité. Mais pour maintenir cette solidarité, il faut revoir la fiscalité dans le sens d’une plus grande équité. Tel est le prix de la cohésion sociale.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/36659 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/36659
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP