Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Crise: entre rêve d’Eden et cauchemar des enfers

Le financement fantasmé des conséquences du coronavirus

Photo Sandrine Néel
Photo Sandrine Néel (licence CC)

Les périodes de crise sont souvent des moments propices pour l’émergence de sujets farfelus. Serait-ce avec l’idée – ou l’espoir – que la peur ambiante rende les gens crédules? En tout cas, tandis que certains annoncent l’arrivée au paradis, terrestre ou non, d’autres mettent en scène la fin du monde, et le micro-impôt sur les transactions financières sans espèces se profile.

Au paradis comme en enfer

Dans sa chronique du Monde, le 28 mars dernier, Stéphane Foucart, observait les milliers de milliards qui sortent de la poche des gouvernements et des banques centrales pour faire face aux coûts engendrés par la crise. L’argent est là. Il suffit d’en imprimer une même quantité supplémentaire pour financer les investissements que requiert la protection des milieux naturels.

Pas de problème apparemment pour l’auteur, sinon peut-être un risque d’inflation. La belle affaire: la survie de la planète prime. Le paradis est tout proche. Pour autant qu’on ne prenne pas en compte (c’est le cas de le dire) le futur d’une monnaie qui n’aurait plus de valeur…

Côté fin du monde, on rencontre tous les tenants des thèses conspirationnistes qui partent de l’idée que les drames actuels résultent d’actions souterraines. Elles gangrèneraient le pays de l’intérieur (le Deep State en vogue aux Etats-Unis), seraient le fait d’un groupement, d’un parti, d’une religion (liste non exhaustive) pour prendre le contrôle des âmes et des consciences, ou dominer le monde. Inversement. Il s’agirait de volontés cachées pour empêcher de répandre la bonne parole, quelle qu’elle soit.

Micro-impôt vers une application immédiate?

Il y a aussi les opportunistes qui pensent pouvoir se servir des malheurs qui accablent le monde pour pousser leurs pions et leur donner un lustre qu’ils n’ont pas et qu’ils n’auront probablement jamais. Ça ne coûte rien d’essayer. Peut-être même que, désarroi aidant, on ne sait jamais, ça pourrait marcher.

Ce procédé est manifestement celui qui a été choisi par les tenants de l’initiative sur un micro-impôt (DP 2277). Lancée en février dernier, elle serait la solution indépassable pour financer les aides et subventions accordées par le Conseil fédéral visant à soutenir les personnes et entreprises que le confinement a mises à l’arrêt.

Un modeste impôt de 0,1% sur le trafic des paiements sans espèces permettrait d’encaisser tous les milliards dont la Confédération a besoin pour financer son opération de lutte contre les conséquences en cascade du coronavirus. Une condition cependant. Cette micro-taxe devrait entrer en vigueur sans délai. Il faudrait l’appliquer immédiatement… à titre provisoire, comme un test grandeur nature.

La Confédération, en vertu de ses pleins pouvoirs – la loi sur les épidémies ouvre des perspectives inattendues – pourrait décider demain d’introduire cette taxe. Et après-demain les caisses publiques commenceraient déjà à se remplir. Pas besoin de modifier la Constitution, ni de voter des lois ni d’adopter des ordonnances. La méthode est simple: il suffit de l’appliquer!

Tout cela n’est qu’une vaste plaisanterie, pensez-vous? Pas du tout. C’est du dur et du sérieux. Lisez plutôt. Ou plutôt non. Même en période de confinement, il y a mieux à faire.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/36501 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/36501
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Faire un don avec Twint

Don de CHF 50.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don de CHF 100.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don libre avec Twint

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP