Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Glencore en Colombie: les mirages de la «Weltwoche»

L’hebdomadaire n’a rien vu du désastre environnemental, social et sanitaire créé par la mine de Cerrejon

Photo DP
Photo DP (licence CC)

S’il n’a pas visité que des experts dans la capitale, mais s’est rendu sur l’immense mine de Cerrejon exploitée par Glencore en Colombie, l’envoyé spécial de la Weltwoche n’a manifestement pas vu la même chose que moi (DP 2178). En lisant son article, j’ai de la peine à croire que nous sommes en 2020. J’ai l’impression d’un retour à l’ère de la colonisation, quand l’Européen pouvait s’approprier les terres des autochtones sans dédommagement et en faire ce que bon lui semblait.

L’hebdomadaire proche de l’UDC nous raconte les fleurs que Glencore a replantées aux abords de la mine, mais ne nous dit pas un mot des 500’000 autochtones Wayùu qui habitent la région. Les Wayùu se sont fait expulser de leurs terres. L’auteur en a-t-il interviewé certains?

La mine, dans le département de La Guajira, est grande comme le lac Léman. En février dernier, je l’ai survolée de nuit et, comme on y travaille 24 heures sur 24, elle s’étalait comme une énorme tache lumineuse dans le paysage.

Je l’ai visitée à plusieurs reprises ces dernières années, la première fois en compagnie d’un employé de l’entreprise responsable des forages. La pauvreté et la pénurie d’eau sont manifestes. La pollution de l’air par la poussière de charbon qui ruine la santé des gens ne peut échapper à quiconque: il suffit de regarder son mouchoir.

Le soir, mon guide m’a accompagnée à l’hôtel de la mine. Une magnifique piscine s’offrait à moi, mais je ne pouvais accepter que cette eau soit refusée aux Wayùu. J’ai soupé dans ma chambre tant j’avais honte. Et contrairement à tout ce que disent Glencore et la Weltwoche, au-dessus de mon lavabo, un écriteau précisait bel et bien: eau impropre à la consommation.

Le lendemain, les gardiens qui m’ont fait visiter le musée et montré des photos des léopards – alors au nombre de quatre – sauvegardés par Glencore toussaient comme des tuberculeux. Ils ne m’ont pas caché qu’ils étaient malades, raison pour laquelle ils avaient perdu leur emploi de mineur. «Nous on est fichus, mais on fait cela pour nos enfants», m’ont-ils dit.

J’ai raconté plus récemment (DP 2235) la suite de l’histoire du petit David. Il est tombé malade et a perdu un poumon. L’hôpital s’escrimait à dire à ses parents qu’il avait une grippe liée au changement climatique. Finalement, une doctoresse leur a révélé la vérité. Elle a été mise à la porte. La famille a fait un procès à Glencore, procès qu’elle a gagné. Mais cela ne redonne pas un nouveau poumon à leur fils.

Glencore met certes un soin particulier à arroser les camions et les wagons de charbon pour diminuer la poussière. De même toutes les routes de la mine sont arrosées quotidiennement. La mine livre de l’eau aux paysans: une fois par semaine 100 litres d’eau potable et une fois tous les 15 jours de l’eau impropre à la consommation, mais qui peut être donnée aux bêtes ou aux plantes. Les citernes sont ainsi régulièrement remplies. Mais les gens qui, une fois ou l’autre, se sont opposés à la direction de la mine n’en reçoivent pas.

L’envoyé spécial de la Weltwoche a rencontré des scientifiques colombiens qui ont réussi à lui faire accroire qu’une mine de charbon était relativement peu dommageable pour l’environnement. En décembre 2015, les autorités ont été appelées par la Commision interaméricaine des droits humains à protéger les habitants les plus faibles de la région: les enfants, les femmes enceintes, les femmes qui allaitent et les personnes âgées.

En janvier dernier, Cerrejon a été condamné par le Tribunal administratif de La Guajira à purifier l’air, nettoyer l’intérieur de toutes les maisons et éliminer la poussière de charbon dans les maisons de centaines de milliers d’habitants.

Les Wayùu sont touchés à trois titres: leur terre a été prise, ils n’ont plus accès à leur eau et leur air est pollué. Pour lutter contre le dérèglement climatique aussi, la mine devrait être fermée. La Weltwoche a mal choisi son exemple pour combattre l’initiative Multinationales responsables.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/36307 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/36307
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP