Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

L’initiative de limitation s’attaque aux salaires et aux conditions de travail en rompant avec l’UE

Votations du 17 mai: l’initiative de l’UDC brandit l’immigration à titre de prétexte pour atteindre d’autres objectifs

Photo Benjamin
Photo Benjamin (licence CC)

Le succès inattendu remporté le 9 février 2014 par l’initiative «Contre l’immigration de masse» a marqué les esprits. Les partisans des accords bilatéraux avec l’Union européenne ne se laisseront plus surprendre. La mobilisation générale contre le nouveau coup de boutoir anti-européen de l’UDC a démarré très tôt avec un argumentaire tous azimuts.

Le 11 février dernier déjà, le Conseil fédéral ouvre les feux, conjointement avec les cantons, pour mettre en garde contre l’acceptation de cette initiative qui signifierait la fin de la voie bilatérale. Le même jour, economiesuisse avertit des dangers que cette initiative fait courir à l’économie, en particulier aux petites et moyennes entreprises. Une vaste alliance regroupant notamment organisations économiques, partis bourgeois, entreprises, institutions scientifiques appelle à la création de comités locaux et propose tout un éventail d’argumentaires et du matériel de campagne (stickers, cartes postales, bannières Internet…). Bref un activisme peu habituel de la part de l’économie, plus portée à des démonstrations froidement comptables.

Mais la raison macroéconomique ne guide pas toujours le choix du corps électoral, et tous les salariés ne voient pas d’un bon œil la libre circulation, perçue comme l’occasion d’une concurrence déloyale sur le marché du travail. Aussi les organisations syndicales axent-elles leur campagne plus spécifiquement sur la protection des salaires et des conditions de travail que l’acceptation de l’initiative péjorerait sérieusement. Elles mettent l’accent sur les avantages obtenus grâce à l’ouverture des frontières aux travailleurs de l’Union européenne: développement du contrôle des conditions de travail et des salaires ainsi que des conventions collectives et des contrats-types, toutes avancées rendues possibles par les mesures d’accompagnement. En quelque sorte la contre-partie concédée par le patronat en échange du soutien des syndicats à la libre circulation.

Or, on ne le rappelle pas suffisamment, la dénonciation de l’accord de libre circulation, conséquence ultime de l’acceptation de l’initiative de l’UDC, impliquerait automatiquement l’abrogation des mesures d’accompagnement. L’article 15 de la loi fédérale instituant ces mesures est on ne peut plus clair à ce sujet.

Et comme l’initiative ne parle pas de limiter, voire de stopper l’immigration mais de la «régler de manière autonome», on aboutirait à une situation telle que l’accès des travailleurs étrangers resterait ouvert, mais sans aucune des protections assurées par les mesures d’accompagnement.

Dans une récente interview à la NZZamSonntag, Christoph Blocher ne s’en cache pas: «L’immigration doit s’en tenir aux besoins annuels de l’économie.» On ne voit pas dès lors en quoi l’initiative diminuerait le volume de l’immigration: aujourd’hui déjà la libre circulation trouve ses limites dans la disponibilité des places de travail. En réalité, l’UDC vise à abroger les mesures d’accompagnement auxquelles elle s’est toujours opposée.

Une nouvelle illustration: lors de la session de mars, le Parlement devrait adopter les prestations transitoires en faveur des chômeurs âgés en fin de droits. Cette mesure vise à rassurer celles et ceux qu’inquiète la libre circulation. L’UDC, qui s’oppose à cette proposition par principe, demande maintenant un report des débats après la votation du 17 mai prochain sur son initiative, sous prétexte que le projet ne serait pas mûrement réfléchi. A son aversion pour toute avancée sociale s’ajoute une démarche purement tactique pour affaiblir le camp de ses opposants.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/36137 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/36137

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP