Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Pour une nouvelle définition du viol: «non, c’est non»

Faire de l’absence de consentement, et non de la contrainte, l’élément décisif du viol

Photo Jeanne Menjoulet
Photo Jeanne Menjoulet (licence CC)

La définition juridique du viol en dit long sur la représentation sociale des rapports entre les sexes. Il suffit à cet égard de rappeler que le Code pénal suisse de 1937 ne réprimait pas le viol d’une femme par son conjoint. La révision de 1991 a mis fin à cette anomalie, sans réaliser complètement l’égalité entre les sexes: le viol, impliquant un acte sexuel proprement dit, soit une pénétration vaginale, ne peut être commis que par un auteur de sexe masculin sur une personne de sexe féminin (art. 190).

Les autres actes d’ordre sexuel – acte sexuel imposé à une personne de sexe masculin, actes analogues (sodomie, fellation et cunnilingus), attouchements et actes plus anodins à connotation sexuelle – sont susceptibles de constituer des actes de contrainte sexuelle (art. 189).

Dans les deux cas, l’auteur-e doit user de menace ou de violence, exercer des pressions psychiques ou mettre sa victime hors d’état de résister. On attend donc de la victime qu’elle oppose une résistance à l’auteur-e, afin de défendre son «honneur sexuel».

Une réforme symbolique

Nous avons déjà évoqué (DP 2140) la proposition consistant à élargir la notion de viol à d’autres actes de pénétration tombant actuellement sous le coup de la contrainte sexuelle. Les victimes d’actes tels que le «viol homosexuel» pourraient ainsi se voir reconnaître le statut de victimes d’un «viol», notion qui garde une place particulière dans les représentations sociales. La portée de cette proposition est purement symbolique. Sur le plan des droits de la victime, il n’y a aucune différence. De même, le Tribunal fédéral exige que la peine pour la contrainte sexuelle avec pénétration ne soit pas notablement inférieure à celle du viol.

La plupart des pays qui nous entourent ont d’ores et déjà adopté ce remaniement systématique. En Suisse, il a été glissé dans le paquet de modifications très hétéroclites regroupées dans le projet de loi sur l’harmonisation des peines, qui prévoit aussi le relèvement de la peine plancher pour le viol. Après de nombreuses auditions d’experts souvent critiques sur l’ensemble du projet, la commission des affaires juridiques du Conseil des Etats, prioritaire, a décidé le 18 janvier 2019 d’entrer en matière et de désigner une sous-commission. Gageons que la procédure sera longue.

Dans l’intervalle, une nouvelle proposition concernant la définition du viol et de la contrainte sexuelle a été faite, dans la lignée du droit suédois et du § 177 du Code pénal allemand révisé en 2016, selon lequel l’acte commis «gegen den erkennbaren Willen» (contre la volonté reconnaissable) de la victime est punissable. Défendue en Suisse par Nora Scheidegger dans sa thèse de doctorat, cette approche a été reprise par une pétition d’Amnesty International et un appel de 22 professeur-e-s de droit pénal suisses, dont l’auteure de ces lignes, publié le 3 juin 2019.

Viole qui ne respecte pas le «non»

Selon cette proposition, le simple fait d’agir au mépris d’une manifestation claire de l’absence d’assentiment à l’acte serait punissable, même sans menace, violence, pressions psychiques ou mise hors d’état de résister. Ainsi, la victime qui se contente d’exprimer verbalement son opposition mais ne résiste pas physiquement, parce qu’elle a peur de susciter des violences plus graves ou croit que sa résistance serait vaine, serait protégée. Il suffirait pour cela que son ou sa partenaire comprenne qu’elle n’a pas donné son assentiment. Un «non», exprimé verbalement ou résultant du comportement adopté par la victime, devrait être respecté.

Le fardeau de la preuve ne serait pas renversé dans le procès pénal: il incomberait à l’accusation de prouver l’absence d’assentiment, soit qu’un «non» a été signifié et compris par l’auteur-e, étant rappelé que la négligence n’est pas réprimée en matière sexuelle. Les critiques formulées par certains pénalistes, craignant que des auteur-e-s puissent se voir infliger une peine alors qu’ils ou elles ne pouvaient pas savoir que la victime n’avait pas consenti, ne sont donc pas décisives. Il est vrai cependant que dans le domaine des conduites intimes, la preuve du déroulement de l’interaction entre les partenaires est difficile. C’est déjà le cas à l’heure actuelle, s’agissant d’établir les moyens coercitifs utilisés par l’auteur-e.

La renonciation à la preuve qu’il y a eu des menaces, violences, etc. rapprocherait la construction des infractions contre l’intégrité sexuelle de celles protégeant d’autres biens juridiques, pour lesquels aucune résistance n’est exigée de la victime. Ainsi, le vol est punissable même en l’absence de menaces, violences, etc. Si de tels moyens sont utilisés, c’est de brigandage ou d’extorsion dont il est question et non de vol, qui ne suppose aucune résistance particulière du lésé et bénéficie même au propriétaire qui fait preuve de légèreté. Ce n’est que si le propriétaire consent à la perte de son bien que le vol devient licite. Le même raisonnement peut être tenu à propos des atteintes à l’intégrité corporelle, qui sont punissables même en l’absence de contrainte.

Rapport sans préservatif

Enfin, la renonciation aux menaces, violences, pressions psychiques et mises hors d’état de résister aurait aussi pour avantage de permettre la répression du «stealthing», consistant à enlever furtivement le préservatif lors de rapports sexuels, alors que son usage a été convenu entre les partenaires. Sur la base du droit actuel, le Tribunal cantonal de Bâle-Campagne et le Tribunal de district de Bülach ont conclu à l’impunissabilité de ce comportement, alors que la Cour d’appel pénale du Tribunal cantonal vaudois a retenu l’article 191, réprimant les actes d’ordre sexuel commis sur une personne incapable de résistance. Si la proposition de révision était adoptée, l’assentiment donné sous condition de l’usage d’un préservatif serait inopérant en cas de non-respect de la condition, de sorte que l’infraction pourrait être qualifiée de viol.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/35939 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/35939
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP