Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

La politique agricole au défi du climat

Ce qui est bon pour la santé est aussi bon pour la Terre – agissons!

Nous mangeons mal, et trop. Trop en général – et deux fois plus de sel, de sucre, de produits carnés, de graisses saturées qu’il n’en faudrait.

Non, ce n’est pas nous qui salons ou sucrons trop… 80% de notre alimentation est aujourd’hui préparée par d’autres que nous-mêmes. Avec pour ingrédients, pratiquement toujours en quantités excessives, des graisses, des sucres, du sel, dits cachés.

Ces constats sont aujourd’hui largement partagés par les spécialistes en santé publique; depuis des années, l’OMS préconise de manger moins de tout cela, et davantage de fruits, céréales, légumes et légumineuses. Le poids des habitudes – et des lobbies – l’emporte encore, comme l’a souligné le sort réservé par le Parlement ce printemps à l’initiative cantonale neuchâteloise pour une taxe sur les sucres ajoutés lors des processus de fabrication. Pourtant, une telle taxe fonctionne bien dans une trentaine de pays.

Santé humaine et santé de la Terre vont de pair

Dans son rapport Changement climatique et terres émergées publié le 8 août dernier, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), un organisme des Nations unies, souligne que le système agroalimentaire est responsable de 25% à 30% des émissions totales de gaz à effet de serre, dont la moitié due à l’élevage. En valeurs absolues, ces émissions ont pratiquement doublé en cinquante ans.

Il remarque que l’adoption d’une alimentation saine, fondée sur une diminution substantielle des denrées de provenance animale (de 50% pour les pays de l’UE), permettrait une réduction significative (environ 40%) des émissions de gaz à effet de serre en provenance du secteur. Cette réduction serait aussi positive pour l’eau, les sols et la biodiversité. 

Rejoignant la FAO, le Giec se prononce pour des techniques d’agriculture intensive durables, telles l’agroécologie. Il rappelle que 2 milliards d’humains sont en surpoids (et 820 millions sous-alimentés) et qu’en 2025 il faudra compter avec 700 millions de diabétiques, conséquences directes de la «malbouffe» des temps modernes.

Pour produire ce fast food, l’agrobusiness déboise à grande vitesse la forêt tropicale, détruit les biotopes, dégrade les sols, pollue les eaux au profit de vastes espaces d’élevage et des monocultures de soja et d’huile de palme. Les terribles incendies de forêt en Amazonie se situent clairement dans ce contexte.

Sans huile de palme, pas de fast food, sans soja donné au bétail, pas d’élevage industriel… Même notre pays importe par an plus de 270’000 tonnes de tourteaux de soja pour augmenter le rendement de nos vaches laitières. Or, ce soja pourrait nourrir de très nombreuses personnes sur place, et nous n’avons aucun besoin de surproduction laitière.

Pendant ce temps, la PA 22+…

Pour la première fois, une instance internationale fait ainsi clairement un lien entre ce qui est bon pour notre santé et ce qui est bon pour la Terre, en soulignant l’absurdité du système agro-alimentaire global actuel.

Le contraste avec les débats en Suisse autour de la future politique agricole (PA 22+) est saisissant. En effet, les propositions mises en consultation en novembre 2018 et les lignes directrices définies le 15 juin dernier par le Conseil fédéral restent enfermées dans des logiques d’améliorations à la marge et ne comportent que des réductions mineures des charges polluantes, sans description d’aucune mesure concrète pour les faire respecter. 

Plutôt que de continuer à empiler des correctifs sur d’autres correctifs en rendant les choses toujours plus complexes et toujours moins compréhensibles, le rapport du Giec et l’enjeu climatique nous offrent l’occasion d’inaugurer un nouveau paradigme. Au lieu d’en rester au niveau des effets, il s’agirait de travailler maintenant sur les causes en repensant les filières, la nature de la production et de la consommation alimentaire et les méthodes agronomiques.

Pour une nouvelle donne agroalimentaire

Une nouvelle vision agro-alimentaire, fondée sur ce parallélisme maintenant prouvé entre santé humaine et santé de la Terre, s’impose. Elle doit mobiliser à la fois les consommateurs et les producteurs. Il s’agirait ainsi de:

  • rééquilibrer la production nationale entre secteur animal (actuellement prédominant) et secteur végétal (où notre autosuffisance est bien moindre) et de valoriser la production céréalière, maraîchère, d’oléagineux et de légumineuses, en veillant à la diversité génétique;
  • souligner le potentiel de substitution des produits carnés offert par les légumineuses et leur effet d’apport naturel d’azote aux sols;
  • privilégier les méthodes de production les plus respectueuses des sols, du climat, des eaux et de la biodiversité, telles que l’agroécologie, l’agroforesterie, la permaculture, l’agriculture de conservation, les diverses formes du bio;
  • orienter la production en priorité sur les marchés locaux, ce qui permet de réduire les transports énergivores et garantir la fraîcheur, facteur clé de la qualité, grâce à la proximité;
  • mener une politique systématique de sensibilisation aux enjeux de santé liés à l’alimentation et de fidélisation du consommateur aux produits leur correspondant, et à l’exigence du juste prix.

Vu notre taux d’auto-approvisionnement net de quelque 50%, des importations resteront nécessaires. Tant par rapport à l’impact de ces dernières sur les écosystèmes hors de Suisse que pour éviter la concurrence déloyale de produits ne répondant pas aux exigences de durabilité, l’article 104a de la Constitution, plébiscité en septembre 2017 et demandant notamment «des relations commerciales transfrontalières qui contribuent au développement durable de l’agriculture et du secteur agroalimentaire» doit maintenant être appliqué.

Au consommateur d’assurer à travers ses critères de choix les débouchés des produits conformes à ces paramètres; à la politique agricole de réorienter ses flux financiers dans cette direction.

Le Conseil fédéral serait bien inspiré de réunir à bref délai les représentants des consommateurs, des producteurs et des distributeurs pour donner corps à ce nouveau paradigme agro-alimentaire, plutôt que de nous resservir un Xe bricolage d’une politique agricole devenue illisible.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/35391 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/35391

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP