Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Climat: quand la dénonciation du capitalisme dispense la gauche d’agir concrètement

C’est le néolibéralisme actuel qu’il faut combattre en proposant des mesures réalistes et convaincantes

Photo Luc Borell
Photo Luc Borell (licence CC)

Le débat sur le changement climatique a vu ressurgir la mise en cause du capitalisme, cet épouvantail auquel il est fort utile de faire endosser la responsabilité de tous les maux de la planète. Ce qui permet d’éviter de se frotter à la résolution très concrète des problèmes que l’on dénonce.

Ainsi, dans son dernier ouvrage, la journaliste et militante canadienne Naomi Klein pose le dilemme de manière radicale: le capitalisme ou la survie de l’espèce. Mais elle peine à rendre crédible cette rupture qui passerait par la multiplication des mouvements sociaux et un retour aux modes de vie des peuples indigènes.

En Suisse, le parti socialiste met périodiquement le capitalisme au pilori. Lors de son congrès de Montreux en 1998, il se prononçait dans l’enthousiasme pour une rupture avec le capitalisme, sans effets perceptibles sur son action ni sur celle de ses élus. Une décennie plus tard, la rupture devenait dépassement. Mais les propositions adoptées alors relèvent plutôt d’un complément ou d’une domestication du capitalisme que de son dépassement (DP 1865). Rebelote en 2018, quand le PSS prend le tournant de la numérisation de l’économie (DP 2192).

L’économiste Heiner Flassbeck, secrétaire d’Etat dans le gouvernement Schrœder, dénonce avec pertinence cette critique globale du capitalisme dans laquelle trop souvent se complaît la gauche. Une critique qui se dispense d’une analyse précise de l’objet qu’elle veut combattre et qui se révèle incapable de décrire des alternatives réalistes. Pire, dénoncer LE capitalisme, ajoute-t-il, c’est valoriser sa forme actuelle, le néolibéralisme qui a prospéré dès les années 70 du siècle passé et qui a progressivement démantelé les politiques de régulation du capitalisme. Une forme présentée par ses partisans comme sans alternative.

Car le capitalisme comme système économique a pris des formes multiples. Il a su évoluer, ce qui explique probablement sa résilience malgré l’annonce rituelle de sa fin prochaine.

Pour Flassbeck, la critique doit porter sur la forme néolibérale aujourd’hui dominante et proposer les mesures propres à garantir justice sociale et développement durable. Des conditions favorables à l’initiative privée n’excluent pas une répartition plus équitable de la richesse produite, notamment par le biais de la fiscalité. Une économie de marché peut se conjuguer avec un pilotage du comportement des individus comme des entreprises, de manière à respecter les exigences écologiques.

Qu’y aurait-il à redire à un tel capitalisme, demande Flassbeck? L’action politique exige de la précision, aussi bien dans le diagnostic que dans la thérapie. Invoquer la rupture ou le dépassement du capitalisme ne peut qu’inquiéter le plus grand nombre, surtout lorsque ses thuriféraires se montrent incapables de décrire l’alternative. Alors que le combat contre le néolibéralisme peut se nourrir des méfaits très concrets de ce dernier et proposer des remèdes simples et compréhensibles pour chacun. Un combat porteur d’un espoir de changement, alors que la rupture d’avec le capitalisme ressemble plus à une fuite dans l’abstraction.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/35280 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/35280

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP