Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Agriculture: traiter moins, traiter autrement

Un objectif ambitieux pour la politique agricole suisse

L’agriculture peut-elle se passer de pesticides? Deux initiatives populaires (DP 2248) lancées hors de toute structure organisée ouvrent le débat. Si le Parlement renonce à adopter un contre-projet, l’an prochain verra donc un grand affrontement sur les modes de production agricoles, sur fond de réduction de la biodiversité et d’enjeux de santé humaine, animale, des plantes et du sol.

Le problème est aussi bien quantitatif – comment épandre moins de substances de synthèse? – que qualitatif – comment réduire la toxicité des produits sans affaiblir leur efficacité?

Indéniablement, sur ces deux aspects des progrès ont été réalisés. Voici quelques décennies, en développant la production intégrée, les paysans suisses s’étaient faits les pionniers des dosages fins, des traitements circonstanciés et prudents. Des molécules sont régulièrement retirées du commerce, les modes d’utilisation se font bien plus ciblés.

Cela n’est pourtant plus suffisant. De nombreuses substances répandues dans l’environnement s’y concentrent. L’on s’inquiète notamment de leurs synergies et des effets des faibles doses.

On ne peut plus se contenter d’une approche substance par substance et d’un abaissement des valeurs limites. Il faut considérer la diffusion d’une pollution d’origines diverses et bien réelle dans les milieux naturels et les chaînes alimentaires, à l’image des microparticules de plastique aujourd’hui omniprésentes. L’agriculture n’en porte pas seule la responsabilité, mais elle y contribue.

Dans de nombreuses exploitations et dans la recherche agronomique, l’ambiance est à l’innovation et à la recherche de l’authenticité. Le bio progresse, l’agriculture de conservation (des sols) aussi. De manière générale, on souhaite promouvoir les résistances naturelles, les associations et rotations bénéfiques, la lutte biologique, le traitement mécanique de la végétation indésirable, réduire les quantités d’engrais et de traitements, développer des variétés résistantes. Signalons ici les pommes et les cépages résistants développés notamment à Agroscope.

Depuis un siècle, le bio…

La culture biologique représente la première alternative aux produits de synthèse. Il s’agit d’une vision d’ensemble, faite d’observation en finesse des écosystèmes agricoles dans leur interaction avec la nature. Celle-ci n’est pas considérée comme une adversaire à combattre, mais comme une alliée. Misant sur la vie du sol, la polyculture, la capacité de résistance des végétaux et des animaux, leurs complémentarités et la lutte biologique, ces approches prouvent leur faisabilité depuis plus d’un siècle et dans toutes les parties du monde.

La culture biologique présente certes des rendements en moyenne plus bas. Mais ses produits sont non seulement exempts de résidus de traitement (hormis la pollution générale de l’environnement) mais aussi plus concentrés; contenant moins d’eau pour le même poids, le consommateur a davantage de matière nutritive.

Rappelons qu’en moyenne mondiale, entre le champ et l’assiette un tiers de la récolte est gaspillée. Bien plus que la perte de rendement en généralisant le bio… Dans le monde, deux fois plus de personnes, au moins, souffrent de trop manger que de personnes ne mangeant pas à leur faim!

La culture bio est régie par des cahiers des charges internes aux organisations professionnelles, mais aussi par des règlements étatiques. Au sein de l’UE, c’est le règlement relatif à la production biologique et à l’étiquetage des produits biologiques qui fait foi et, en Suisse, l’ordonnance sur l’agriculture biologique. D’ailleurs contrairement à une affirmation souvent entendue, ces régulations sont assez proches.

Dans ce cadre qui valorise la prévention, la culture biologique traite également, mais autrement. La liste des produits est bien plus restreinte, les doses bien plus faibles que ce qui est autorisé en agriculture conventionnelle. Un institut de référence, le FiBL, publie chaque année la liste des intrants autorisés en bio. On y trouve des produits au cuivre, soufre ou fer; du bicarbonate de potassium; des huiles de fenouil, colza, neem; la famille des pyrèthres. Mais aussi des techniques de confusion sexuelle et de promotion des ennemis naturels des parasites.

Une Suisse à 100% bio, un argument de vente imparable?

Les deux initiatives prévoient un long délai pour permettre la conversion des quelque 45’000 exploitations (88%) encore en culture conventionnelle.

Même si les solutions techniques existent, cela pourra être douloureux pour certaines. Mais ce ne serait que le résultat de la stratégie de l’USP qui a tout fait pour éviter un contre-projet qui aurait donné valeur légale aux plans d’action de la Confédération en matière de biodiversité et de traitements phytosanitaires. 

En définitive, quel meilleur argument pour fidéliser la clientèle autour des produits locaux que d’être le premier pays au monde 100% bio?

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/35233 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/35233

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP