Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Edito: Pour une séparation de corps Suisse-banques

Le président du Conseil d’administration du Crédit suisse ne manque pas de souffle. L’accord de New-York serait un cadeau fait à la Suisse par les banques. Le Tages Anzeiger ( 14.8 ) assume les guillemets : « Es ist jetzt an der Schweiz zu wŠhlen, was sie mit diesem Geschenk machen will ». En acceptant de payer le double de leur dernière offre extrême, les banques auraient joué les démineurs, libérant le champ américain pour d’autres qu’elles-mêmes : les chimiques, la Banque nationale. Mais ces mines, elles l’oublient, étaient de leur propre fabrication. Il est incroyable qu’elles sollicitent une sorte de reconnaissance nationale, tout en tendant la sébille aux grandes entreprises suisses, alors que c’est le pays qui devrait leur demander des comptes. Ils sont de trois ordres.
D’abord la gestion des fonds en déshérence. Nous avons longuement rappelé l’arrêté approuvé par les Chambres en 1962 qui exigeait des banques, des avocats et des assurances, en levant les secrets bancaires et professionnels, la recherche systématique des ayants droit des fonds sans mouvement depuis 1945. Les résultats auxquels aboutit la commission Volcker révèlent qu’il fut mal appliqué. Pourquoi ? Était-ce par négligence, par obstruction ? Ce comportement fut-il compatible avec l’activité irréprochable que la loi exige des banques ? La commission fédérale des banques devrait se saisir du sujet.
La dimension des deux grandes banques, premiers gérants mondiaux de fortune, n’est plus à la taille du pays. La défense de leurs intérêts commerciaux les rend vulnérables. Ce n’est pas la première fois qu’une menace les rend vulnérables. Ce n’est pas la première fois qu’une menace américaine les fait plier. Leur finalité, elles l’ont montrée lors de la fusion, diverge de l’intérêt national. Il faut en prendre acte. Que l’UBS et le Crédit Suisse fusionnent à leur tour, comme le propose Ebner, leur département de gestion de fortune en une nouvelle banque au sigle international allégé du S ! Pour le reste qu’on redimensionne à une échelle nationalement compatible les activités basées réellement en Suisse.
La troisième démarche serait une révision du secret bancaire, non pas pour l’abolir, mais pour l’assouplir dans la mesure où il couvre le marché gris. L’Union européenne l’exigera, à coup sûr, progressivement.
Notre ménage doit-il se faire à New-York ou à Bruxelles ? Tel sera le cas, faute d’initiatives internes de souveraineté politique. En l’attente n’oubliez pas de remercier M. Gut pour ce cadeau que sa banque fera figurer dans ses notes de frais, donc fiscalement déductible. AG

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/3485 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/3485

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP