Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Le livre d’hommage au professeur Laurent Tissot s’inspire de ses domaines de recherche originaux

Francesco Garufo, Jean-Daniel Morerod (éd.), «Laurent Tissot, une passion loin des sentiers battus», Neuchâtel, Ed. Alphil-Presses universitaires suisses, 2018, 390 pages

Photo E. Alphil

Le professeur Laurent Tissot prend sa retraite, qui sera certainement fort occupée. Suivant les usages académiques, un recueil de contributions diverses lui est dédié.

Le récipiendaire se livre d’abord à un petit essai d’ego-histoire, avec la modestie qu’on lui connaît et qui contribue à le rendre particulièrement sympathique. Issu d’un milieu modeste, il a fait ses études secondaires au collège Saint-Michel. Il rend hommage en passant au système fribourgeois «qui donnait à tous ses “enfants” la possibilité de “faire des études”».

Au terme de son cursus universitaire, il soutient en 1986 sa thèse sur une entreprise vaudoise de petite mécanique, Paillard SA. L’un de ses domaines de recherche restera l’histoire des entreprises, sujet alors encore relativement nouveau, où s’était illustré un François Jequier par exemple.

En Angleterre, il s’ouvrira à l’histoire du tourisme, alors méconnue et peu traitée, son deuxième sujet de prédilection. Le troisième sera l’histoire des transports.

De retour en Suisse, il ne parvient pas à se faire nommer professeur à Lausanne à la Faculté des sciences sociales et politiques. Il ignorait sans doute que celle-ci était déjà, et reste aujourd’hui, la chasse gardée des néotrotskistes, qui s’y recrutent quasi par cooptation: beaucoup le savent, mais personne ne le dit… C’est donc à l’Institut d’histoire de Neuchâtel qu’il fera sa carrière universitaire. Il y est nommé en 2006 professeur ordinaire. Il sera aussi doyen de la Faculté et occupera des fonctions dans plusieurs fondations scientifiques.

Le recueil comprend le texte de Laurent Tissot lui-même, une préface de Brigitte Studer, puis 26 contributions, de longueur et d’intérêt inégaux, comme c’est toujours le cas dans ce genre de publications. Comme il était impossible de toutes les mentionner, nous privilégions ici quelques-unes d’entre elles se rapportant à la Suisse, conformément à la vocation de Domaine Public. Ce qui certes n’enlève rien à l’intérêt des autres!

Régis Huguenin s’interroge sur les raisons pour lesquelles Suchard, créé en 1826, finit par quitter Neuchâtel en 1989, ce qui fut un coup dur pour l’économie du canton, après la disparition d’autres entreprises comme Dubied à Couvet, qui signifia la perte de centaines d’emplois. Ces raisons sont plurielles, tenant à la fois du goût des consommateurs, de l’obsolescence du site de production et surtout de l’imbrication de la fabrique dans de grands groupes tels Klaus Jacobs, souvent désigné comme son fossoyeur.

Hélène Pasquier se penche, elle, sur la recherche et le développement dans la montre non mécanique (électrique, à quartz) chez Ebauches SA entre 1952 et 1972.

Puisqu’il s’agit d’une région toute voisine de la Suisse, mentionnons l’étude de Jean-Claude Daumas sur «un village industrieux: Montchéroux» dans le Jura français. Il montre bien le passage de l’agriculture et de l’élevage à la pluriactivité, avec la fabrication d’outils d’horlogerie, et comment on est passé du travail à domicile à la manufacture. Il ne reste aujourd’hui de cette activité complètement disparue que le Musée de la pince ouvert en 1987…

Particulièrement intéressante, l’étude de François Walter sur la chocolaterie Favarger, productrice des fameuses «Avelines» à Versoix. L’auteur commence par une excellente synthèse sur l’histoire de la fabrication du chocolat, comprenant notamment cette révolution que fut le chocolat au lait. Il montre de façon convaincante combien l’éthique protestante darbyste assumée par ses patrons aura concouru au succès de l’entreprise: «Les références à l’action de la Providence accompagnent en outre toutes les décisions commerciales.» Certes, on ne peut manquer de sourire de cet usage constant du «patois de Canaan», qui prévaut notamment dans les relations paternalistes entre les employés et la famille propriétaire de la fabrique: «J’ai demandé à Dieu de bénir mon bon patron…» L’auteur s’intéresse aussi à l’évolution du message publicitaire, qui passe de l’exotisme à l’exaltation d’une suissitude faisant appel à «un monde rural idéalisé et des hautes montagnes».

Gianenrico Bernasconi surprend par une étude fort originale, bien dans l’esprit de Laurent Tissot, sur l’alimentation des employés et dactylographes, obligés par la distance de se nourrir à proximité du bureau. Ce souci d’une alimentation saine pour les travailleurs non physiques remonte loin, et notamment à Samuel Auguste Tissot et à son célèbre ouvrage De la Santé des gens de lettres (1768).

De son côté, Anne-Marie Granet-Abisset montre comment la vitesse (due surtout au chemin de fer) a construit l’enclavement des territoires alpins.

Si les sociétés rurales de plaine connurent «la fin des terroirs» chère à Eugen Weber, celles de montagne restèrent longtemps à l’écart de la modernisation… ce qui devint à la longue, pour certaines régions restées «pures» comme le Queyras dans le département des Hautes-Alpes, un atout touristique.

Joël Jornod nous apprend que la maison de vente par correspondance Girard & Co, était prête dès le début du 20e siècle à équiper les touristes en «pantalons bouffants knickerbockers», en combinaisons pour motocyclistes, en costumes de bain «en tricot pure laine», ou encore en jumelles et «snow-boots» pour les montagnards. Ce qui participa au développement du tourisme en Suisse.

Cédric Humair se penche sur les raisons et le contenu du premier traité d’amitié, de commerce et d’établissement entre la Suisse et la Grande-Bretagne, en 1855.

Qui savait qu’un vaste projet (avorté) d’établissement de Jurassiens au Québec avait été concocté par les milieux catholiques dès l’accession du Canada au statut de dominion de la Couronne britannique en 1867? Claude Hauser nous révèle les dessous de cette entreprise cléricale qui aurait dû contribuer à limiter la disproportion démographique (et religieuse) entre la Vieille Province et les régions anglophones majoritaires.

Laurent Tissot, lui-même joueur et entraîneur de football, s’est aussi beaucoup intéressé aux sports comme champ historique. François Vallotton lui offre donc une étude sur le magazine sportif à la Télévision suisse romande entre 1967 et 1982. On retrouvera dans ce texte des émissions qui eurent leur heure de gloire, comme Football sous la loupe ou Face au sport, et des noms bien connus comme celui de Jean-Jacques Tillmann. On assiste aussi au passage du différé au direct.

Petite plongée dans l’Antiquité de l’Helvétie romaine, avec l’étude de Jean-Jacques Aubert, qui s’est intéressé aux inscriptions latines épigraphiques, notamment celles commanditées par des privés. Ce qui lui permet d’avancer quelques conclusions sur les avantages et les inconvénients de la romanisation – un débat toujours ouvert.

Enfin Francis Python se penche sur l’Université de Fribourg, «lieu de rencontre des deux civilisations latine et germanique», mais qui fut pendant la guerre de 1914-1918 l’objet d’une intense propagande française et catholique, dirigée par Mgr Alfred Baudrillard contre les «Boches». Ce qui mettait ce canton bilingue traversé par le fossé moral dans une situation inconfortable.

Comme on le voit, le lecteur trouvera dans cet ouvrage aux nombreuses facettes divers sujets qui pourront l’intéresser.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/34561 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/34561

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP