Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Entre gestion publique et privée: Comme un oiseau sur la branche …

Le départ d’un grand commis de l’État de Vaud qui retourne au privé d’où il était venu pose le problème de la spécificité du travail de l’administration publique. Elle n’est pas un décalque de ce qui se fait dans les entreprises.
Elle a sa spécificité qui devrait être valorisée. Elle devrait du même coup entraîner la mise en place de modes de fonctionnement plus lisibles.Ainsi, deux ans après son entrée en scène remarquée, Blaise Goetschin, chef du Service des finances de l’État de Vaud, tire sa révérence. Sa prise de fonction avait eu valeur exemplaire. Lorsque, cadre au Crédit suisse, il quitta la banque, il valorisa la gestion publique. Son transfert était pour lui, disait-on, un sacrifice financier. Sacrifice, si l’on peut dire, relatif, puisqu’il passait pour être mieux rétribué qu’un conseiller d’État, perte salariale réelle pourtant. Ce manque à gagner avait un sens : le service de la collectivité est une tâche noble. Hélas, cette preuve par l’acte se trouve aujourd’hui démentie. Blaise Goetschin ne résiste pas au pipeau d’une banque privée. Il gagnera deux fois plus, il sera le patron. Exit.
Il faut, dans le commentaire, respecter la liberté contractuelle. L’État doit pouvoir, sans procédure trop lourde, se séparer ou repositionner ses cadres supérieurs. La réciproque joue. La liberté doit être reconnue aux deux parties, sous réserve peut-être du respect de longs délais et d’un engagement minimum dans la durée.

Spécificité publique

Mais cet épisode pose le problème plus général de la perméabilité entre le secteur civil et le secteur public. On peut dire que le Conseil d’État de cette législature, persuadé à juste titre d’une nécessaire mutation de l’administration, a cru résoudre la difficulté en faisant appel à ce que le privé offre de plus pointu ( cadre ou consultant ). Et pour que la chose passe bien, de les flanquer de grands communicateurs.
Suivant les postes à repourvoir l’exercice a ses limites. Le spécialiste œuvre à satisfaction dans sa spécialité. Ainsi Blaise Goetschin a introduit une gestion moderne de la trésorerie de l’État ; il a su exiger d’être entouré de collaborateurs de haut niveau, bousculant la rigidité des classifications. Mais sur la tâche essentielle, l’assainissement des finances, il n’a pu que définir un cadre abstrait, technique. Concevable dans une entreprise, mais inapplicable à l’État dans le délai imparti. Il y a des schémas, qui sont opérationnels pour une entreprise à but unique, mais qui ne conviennent pas à la diversité, fonctionnelle et territoriale, de l’administration publique.

Politique et administration

Finalement, il faut admettre que certains postes-clés de l’administration ont un caractère politique. Il n’en résulte pas, et même pas du tout, que leurs titulaires doivent être inscrits à un parti. Mais qu’ils doivent avoir une vision politique. On objectera que c’est mélanger les genres : l’impulsion politique doit venir des magistrats, du collège. Bien sûr, ce sont eux qui tranchent en dernier ressort. Encore qu’on n’ait pas toujours ce sentiment : qui a relu politiquement et attentivement le plan d’assainissement ?
Sous le terme d’administration, on dissimule le rôle politique réel de certains chefs de grands services généraux. Ce sont eux qui suggèrent, ce sont eux qui décident de la faisabilité pratique. Mieux vaudrait faire apparaître leurs options au grand jour dans le processus de décision. L’autorité politique qui décide en dernière instance devrait connaître le mandat qu’ils ont reçu, les variantes qu’ils ont imaginées, les éventuelles contre-expertises qui ont été demandées, les motifs du choix proposé par le responsable politique. Le collège devrait entendre avec le chef du Département le responsable d’un concept administratif. Paradoxalement les grands commis jouent un rôle déterminant devant les commissions parlementaires, mais pas devant l’autorité exécutive. Cette mise en lumière de leur rôle de proposition serait à la fois une valorisation et un meilleur contrôle.

De haut en bas et de bas en haut

Les modèles qui aujourd’hui sont présentés de manière prédominante vont, apparemment, dans l’autre sens. Le politique pense, définit un objectif, les moyens à disposition, les modalités de contrôle, puis il confie l’exécution à l’administration qui fait au mieux avec une marge de liberté entrepreneuriale. Ce schéma intéressant a le mérite de renforcer le prestige gouvernemental. Sauf que les politiques ne pensent pas tout seuls. Ils s’appuient sur des études, des suggestions, des propositions qui viennent en général de leur propre administration qui sera exécutrice du mandat.

Visibilité

Il serait démocratiquement sain que ces pouvoirs réels qui vont de bas en haut apparaissent clairement. Leurs auteurs sortiraient d’un faux anonymat, les vrais arbitrages politiques en seraient valorisés. Nouvelle gestion publique ou pas, le but est de mettre au clair les responsabilités partout où elles s’exercent. ag

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/3456 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/3456

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP