Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

De l’eau dans les urnes

Zurich refuse toute privatisation de la distribution de l’eau et tout bénéfice dans la vente de cette ressource symbolique

Le Grand Conseil zurichois a voulu s’occuper de toutes les eaux: celles des sources et des rives, celles des réseaux et des robinets, celles des champs et des villes (DP 2201). Les députés ont donc longuement débattu du projet de la nouvelle loi cantonale sur les eaux, présenté par le Conseil d’Etat le 28 janvier 2015, et fini par décider le 9 juillet dernier de soumettre leur propre «monstre législatif» au référendum spontané.

La gauche et les Verts ont néanmoins récolté les signatures du référendum facultatif, escomptant de la votation de ce dimanche 10 février 2019 un effet positif pour les élections cantonales agendées pour le 24 mars prochain. Joli coup.

Autant dire que dans ces conditions le débat sur la nouvelle Wassergesetz aura été d’une vivacité exceptionnelle. La gauche dénonce la mauvaise foi des partisans de la loi, tandis que la droite, UDC en tête, accuse les opposants de mentir délibérément.

Le prix de l’eau

A ce niveau, le débat ne porte évidemment pas sur la revitalisation des rivières – inscrite dans la loi fédérale en vigueur depuis 2011 – ni sur la traditionnelle protection contre les inondations. Mais bel et bien sur les intérêts particuliers des propriétaires de terrains en bordure de lac, de sources, d’usines et de réseaux. Au bout du compte, c’est bien sûr du prix de l’eau potable qu’il s’agit dans l’esprit des citoyens-consommateurs. On touche ici à un tabou avéré. Du coup, tout le monde s’entend sur l’interdiction de faire des bénéfices au stade ultime de la livraison aux ménages, assurée par des sociétés en mains publiques.

Mais en amont du robinet, les affaires sont les affaires. La solution proposée à Zurich prévoit un système de privatisation partielle de l’approvisionnement en eau qui a d’emblée suscité la méfiance: en cas de commercialisation de l’eau par une société anonyme de droit privé, les communes desservies doivent détenir au minimum 51% du capital-actions et au moins deux tiers des voix à l’assemblée générale. Autant de précautions sévères qui ont éveillé la suspicion à Zurich, alors que dans le canton voisin de Zoug, la gauche alternative elle-même n’a rien trouvé à redire à la privatisation de la chaîne de distribution de l’eau.

D’autres dispositions font également problème, dans la mesure où leur mise en œuvre pourrait s’avérer minimaliste, notamment en matière de protection et de régime des eaux. Motif d’opposition sans doute primordial pour les partis écologistes.

Le poids des villes et des privilégiés

Traditionnellement d’avis opposés, les deux grands quotidiens zurichois y sont allés de leur recommandation plus ou moins formelle: le Tages-Anzeiger en reprenant les critiques à l’égard du projet sous le titre «Les eaux méritent une meilleure loi» et la Neue Zürcher Zeitung en déplorant d’avance l’échec devant le peuple, ouvertement attribué aux défections du côté de l’UDC – sous-entendu venues de la tendance historico-agraire.

Cette prévision ne s’est que partiellement vérifiée, dans la mesure où les régions rurales et urbaines ont donné pratiquement les mêmes taux de rejet de la loi sur les eaux, soit 54,36% et 54,33%. Les plus grandes villes ont dit non à de plus nettes majorités encore: 55,3% à Winterthour et 61,1% à Zurich, avec des pointes à 68% dans les arrondissements roses-rouges-verts de la métropole.

La cinquantaine de communes qui ont approuvé le projet se situent parmi les districts privilégiés des deux rives du lac (Horgen à l’ouest et Meilen en face, sur la côte d’or) ainsi que dans le district de Dietikon, à la frontière argovienne. Dans ces régions, on semblait tenté par la privatisation partielle rendue possible par le projet de loi désormais caduc. Il leur faudra continuer d’y renoncer. Pour très longtemps sans doute.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/34539 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/34539

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP