Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Lutte contre la pauvreté: Passer les dépenses publiques au scanner

En comparant les dépenses de l’Etat avec les objectifs atteints, on parvient à des résultats étonnants. Exemple africain avec les programmes de lutte contre la mortalité infantile et les projets d’alphabétisation.

Sous la pression des donateurs, les gouvernements des pays en développement s’adonnent à des exercices intéressants et que nous pourrions mettre à profit chez nous. Ainsi de la revue des dépenses publiques qui consiste à comparer les dépenses de l’Etat, les résultats escomptés et les objectifs visés par le gouvernement.
Au cours d’un de ces exercices, le Ministère de la santé d’un pays africain a fait une découverte étonnante. Moins le nombre de médecins et de centres de santé est élevé, moins les enfants en bas âge meurent. A croire que les médecins tuent les enfants.

Pourquoi les enfants tombent-ils malades ?

La diminution de la mortalité infantile représentait l’objectif prioritaire du plan de la législature. Et en bonne logique, on a pensé qu’il fallait augmenter le nombre de médecins par habitant et le nombre de centres de santé, hôpitaux de province et dispensaires de campagne. Malheureusement, le budget n’a pas suivi le plan, c’est-à-dire que les objectifs gouvernementaux ne se sont pas traduits en dépenses budgétaires. L’oubli n’était pas si grave puisque finalement beaucoup moins d’enfants sont morts.
La question que se posent maintenant les fonctionnaires du Ministère de la santé est de savoir pourquoi le taux de mortalité infantile a baissé ? En bons élèves des grandes écoles occidentales ou occidentalisées, les fonctionnaires ont pensé que les enfants mouraient de maladie et que moins les médecins étaient nombreux, plus élevée était la mortalité infantile. Alors qu’ils devaient se demander Ð et c’est ce qu’ils recherchent maintenant Ð pourquoi les enfants tombent malades ? Est-ce à cause de la mauvaise qualité de l’eau, du manque d’éducation des mères ou d’un autre facteur. Si donc ce pays veut diminuer la mortalité infantile, c’est sur ces facteurs qu’il devra centrer son action.

Ecole à mi-temps

Autre exemple, celui du Ministère de l’éducation de ce même pays. Il a lui aussi découvert un illogisme apparent : lorsque le temps passé à l’école par les élèves diminue, le taux d’alphabétisation augmente. Dans ce cas-là, la réponse a été rapidement trouvée. A court d’argent, des autorités régionales avaient décidé de dédoubler les classes sans pour autant engager de nouveaux enseignants. Une partie des enfants fréquentaient donc l’école le matin alors que les autres y allaient seulement l’après-midi, une méthode pratiquée autrefois en Suisse également en période de pénuries humaine et financière. Voyant qu’il était possible d’aller à l’école à mi-temps, les parents se sont dépêchés d’y envoyer leurs filles. Pendant l’autre moitié de la journée, ces dernières peuvent ainsi aider à la maison, dans les champs ou au marché.
Les moyens d’arriver au but ne sont pas toujours évidents et il convient d’abord, pour autant qu’on vise l’efficacité, de bien connaître les relations de cause à effet avant de développer une action. Savons-nous vraiment en Suisse ce qui déclenche la pauvreté et comment y remédier durablement ? Lala Gagnebin

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/3435 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/3435
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Faire un don avec Twint

Don de CHF 50.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don de CHF 100.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don libre avec Twint

Thématiques

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP