Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Le service public dans le flou

Une spécificité aussi réelle que changeante qui ne peut être ignorée

Photo Ed Lynch-Bell
Photo Ed Lynch-Bell (licence CC)

Dans toute querelle de vocabulaire réside un malentendu ou carrément une dispute sur le fond. La question des services aux publics en général et du service public en particulier se pose, avec des accents divers, dans tout le pays.

Mais deux règles devraient prévaloir sans faire débat. D’une part, les administrations se doivent de respecter leur propre personnel, mais aussi les bénéficiaires extérieurs de leur travail et les consommateurs de leurs prestations. Et, de leur côté, les entreprises appartenant au secteur public ont, outre leur mission économique, une forte responsabilité sociale, régionale, voire nationale qu’elles peuvent assumer au mieux en préférant l’efficience à l’efficacité, la fidélité à la liberté.

L’expression «service public» a franchi la barrière des langues tardivement, dans les années 90 du siècle dernier. Mais, outre-Sarine, le concept semble moins bien compris, en raison de son «caractère imprécis» affirme Benedikt Weibel dans une récente de ses nombreuses chroniques. L’ancien directeur général des CFF (1993-2006) veut bannir un terme qu’il juge fumeux et dont il ne veut pas reconnaître la signification idéologique.

Or le parti socialiste suisse (PSS) a rappelé en juillet dernier son engagement «pour un service public fort pour toutes et tous» qui implique de «s’éloigner de la logique du profit». Dans le cas des sociétés anonymes proches de la Confédération, la recherche d’une rentabilité immédiate représente un grave malentendu sur la mission et un risque majeur pour leur stabilité à moyen et long terme.

A cet égard, on voit déjà les fâcheux effets des restrictions imposées à Postfinance, proclamée banque systémique sans avoir l’autorisation d’en pratiquer toutes les activités constitutives. La construction boiteuse a été érigée sous la pression manifeste des banques commerciales et cantonales qui craignaient pour leur position dominante sur le marché des crédits, hypothécaires notamment. Et le rattrapage en cours, qui prévoit une privatisation partielle, ne promet pas un avenir vraiment radieux à Postfinance.

Approvisionnement de base et infrastructures

En lieu et place du synthétique service public qu’il rejette, Benedikt Weibel préconise que l’on fasse la distinction entre, d’une part, l’approvisionnement de base en biens et services répondant aux besoins de la population et, d’autre part, les infrastructures nécessaires au pays, à la région ou à la commune pour assurer la fourniture des produits et prestations de base.

Les modalités de l’approvisionnement de base et les infrastructures elles-mêmes évoluent selon les besoins sociaux et les développements techniques. Dans la mesure où elles concernent les collectivités publiques, les grandes options – et les investissements qu’elles impliquent – font l’objet de débats politiques souvent vifs, menés dans les parlements et les assemblées communales, parfois tranchés par le vote des citoyens.

De toute évidence, le terme de service public ne saurait effectivement recouvrir ni toutes les formes d’approvisionnement de base, ni toutes les variétés d’infrastructures. Le concept pluriel de «services aux publics» correspondrait déjà mieux à l’ensemble des prestations fournies, comme pourrait l’admettre Benedikt Weibel.

Qui tient le rôle de l’Etat?

Ses contradicteurs en revanche, à l’instar de Christian Müller qui le tacle promptement dans Infosperber, dénoncent son refus de prendre en compte l’important rôle de l’Etat, implicitement évoqué par le terme de service public. Ce déni encourage de facto l’intervention privée à chaque occasion de profit réalisable, avec tous les risques concomitants d’atteintes au statut de la fonction publique et aux conditions de travail faites aux personnels assimilés, occupés dans le secteur parapublic (établissements subventionnés), voire dans les établissements privés remplissant des tâches d’intérêt public, et comme tels représentés par le Syndicat des services publics (SSP).

En ces temps de libéralisation endémique et de formes juridiques entremêlées, les rôles de propriétaires et de gestionnaires évoluent. Les anciennes «régies fédérales» sont depuis quelques années constituées en sociétés anonymes de droit public dont la Confédération détient une majorité (Swisscom) ou la totalité (CFF, La Poste) du capital-actions, mais abandonne les affaires au Conseil d’administration, éventuellement cadré par une convention de prestations pluriannuelle.

Et les unités administratives, aux niveaux fédéral et cantonal, font de plus en plus souvent appel à des collaborations privées. Quitte à attribuer le marché à une SA fédérale, comme vient de le faire l’Office fédéral de l’informatique et de la télécommunication (Ofit) à la suite d’un appel d’offres public lancé en mars 2017. Il s’agissait de trouver des partenaires pour l’externalisation de trois de ses secteurs d’activité, consécutive à des coupes budgétaires concernant le personnel interne. Seuls deux domaines d’activité ont donné lieu à des offres valables. Et, dans les deux cas, l’adjudicataire n’est autre que Swisscom, dont la Confédération détient une courte majorité (51%) du capital…

De New Public Management en Etat 4.0 en passant par la diversification des partenariats public-privé, les contours du service public tendent à s’estomper progressivement. La gestion des collectivités perd de sa clarté. Raison de plus pour que les pouvoirs publics se montrent vigilants et gardent la maîtrise, tant pour la définition des missions que dans l’affirmation des priorités de l’action des services publics et aux publics.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/34252
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/34252 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Peut-être que les welsches ont une culture marquée par le droit romain,avec son esprit régalien, qui met l’accent sur la distinction claire entre privé et public, alors que dans la culture germanique la distinction est moins nette. L’autorité publique a un caractère plus communal, corporatif, eidgenössich, ce qui est différent. Ceci explique peut-être cela.

    Mais le débat actuel oppose surtout une forme de “populisme”, dans le bon sens du terme, à une forme de “mondialisme” si l’on peut dire. Qu’ils soient welsches ou alémaniques, de gauche ou de droite, les populistes anti mondialistes comme moi, souhaiteraient que l’on maintienne un service public dans le sens de grandes régies protégées jusqu’à un certain point de la concurrrence pure et non faussée poussée jusqu’à l’absurde, ce dogme insupportable de l’Union européenne, car il s’agit de préserver plusieurs biens essentiels: A) la qualité du service qui doit primer sur la rentabilité à court terme, B) la protection sociale et les droits acquis mérités des personnels: cheminots, postiers, etc., C) un contenu identitaire auquel on est moralement attaché. (Ti Ta To, Post Auto! Le scandale des cars postaux a choqué, mais à mon avis il n’égratignera qu’à peine la popularité de ce service si profondément lié à notre inconscient collectif et qu’exprimait déjé le célèbre tableau “la poste du Gothard” de Rudolf Koller). Et enfin D) le réflexe très fort et très légitime, qui veut qu’on applique une préférence nationale dans l’attibution de certains marchés, pour favoriser la main d’oeuvre et les produits suisses.

    Ce dernier point est celui qui s’oppose le plus aux dogmes de l’establishment imbu à la fois d’européisme, d’internationalisme et du consensus de Washington.

    En Suisse on est surtout attché à certaines institutions: l’armée d’abord, la Poste, les CFF, mais aussi Swissair et même le cirque Knie bénéficient où bénéficiaient d’une cote d’amour spéciale. Le refus de No Billag était à mon avis un vote conservateur, qui provenait de cet attachement, la SSR étant classée inconsciemment par les Suisses moyens dans la même catégorie intouchable que la Poste et les CFF et ceci a pesé plus lourd que la colère, réelle, contre la pensée unique des dirigeants de la SSR.

    Dans l’affaire Swissair il était assez émouvant de constater que ce fut principalement la gauche qui s’engagea pour sauver Swissair grâce à l’escamotage Crossair/Swiss, ce qui a coûté très cher et a très mal fini puisque finalement ce joyau du transport aérien, renfloué à prix d’or par Mutter Helvetia, a fini pour une bouchée de pain dans l’escarcelle de Lufthansa. Beau gâchis, dont est responsable l’establishment suisse d’esprit euromondialiste qui, convaincu à tort que Swissair serait condamnée à péricliter à cause du refus de l’EEE, s’était lancé dans la folle “stratégie du chasseur” prônée par les têtes d’oeuf de Mc Kinsey, alors que Swissair se portait très bien comme compagnie typiquement suisse bien gérée et que c’est précisément cela qui lui aurait permis de survivre comme entreprise indépendante. Ah idéologie quand tu nous tiens!

    Aujourd’hui nous voyons un autre cas dramatique des effets de l’esprit internationaliste et de cette mentalité qui refuse la notion de préférence nationale, aussi en matière industrielle. Je veux parler du désastre des nouvelles rames de chemin de fer à deux étages que Bombardier est incapable de livrer, qui sont défectueses et qui vont coûter bonbon. Il faudrait tirer au clair les responsabilités mais je subodore que des dirigeants des CFF, profondément imbus d’idées progressistes, ont refusé de contracter avec l’entreprise bien suisse Stadler Rail par pure idéologie. Non seulement cette entreprise était suisse mais elle avait le tort d’avoir un patron membre de l’UDC. En revanche, pour un dirigeant mi haut fonctionnaire mi patron capitaliste aux allégeances de gauche, comme celui que cite Mme Jaggi et qui reproche au terme de service public son “caractère imprécis”, l’esprit internationaliste commandait de favoriser Bombardier. On a vu le résultat.

    Je n’ai jamais compris pourquoi on s’est prostitué à toutes ces exigences purement idéologiques des traités européens que nous n’aurions jamais du signer. Je regrette les jolies maisons que des lignées de buralistes postaux de père en fils pouvaient construire pour leurs familles. Je regrette le statut des cheminots. Je regrette l’armée d’avant armée 21, la Swissair bien suisse, et, bien entendu, les éléphants du cirque Knie. C’était beaucoup mieux avant.

Ecrire un commentaire

Les commentaires ne sont mis en ligne qu'après validation par nos soins. Nous vous remercions de vos compléments et remarques, et encourageons une discussion vigoureuse mais courtoise et respectueuse. Nous nous réservons de ne pas publier les textes dont la forme ou le contenu ne sont pas appropriés.

Commentaire (max. 2000 signes)

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP