Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

La CEDH est sauve, les droits populaires aussi

L’UDC battue, reste à mieux gérer la conciliation entre initiative populaire et droit international

Photo Aaron Fruth
Photo Aaron Fruth (licence CC)

L’échec de l’initiative «pour l’autodétermination» ne peut que nous réjouir. Pourtant l’importance des enjeux – protection des droits fondamentaux, respect des principes de l’Etat de droit et des engagements internationaux – aurait justifié un score plus net encore que les 66% de refus enregistrés.

Malgré les dénégations de l’UDC, son initiative devait conduire à l’affaiblissement de la protection des droits fondamentaux. Rappelons la déclaration de Toni Brunner, alors président du parti, en 2013: «Nous étudions une initiative pour la dénonciation de la Convention européenne des droits de l’homme» (CEDH). Le camouflage progressif auquel se sont livrés les initiants n’y change rien.

D’abord «Le droit suisse au lieu des juges étrangers», puis «Le droit national avant le droit international», ensuite l’autodétermination et finalement une campagne centrée sur la défense de la démocratie directe, autant de déguisements pour cacher la véritable cible. Le catalogue des droits fondamentaux inscrits dans la Constitution fédérale rendrait superflue l’intervention des juges de Strasbourg, n’ont cessé de prétendre les tenants de l’initiative. Une affirmation erronée, bien sûr, puisque la Suisse ne connaît pas de contrôle de constitutionnalité, un contrôle auquel d’ailleurs l’UDC s’est toujours opposée. Sans CEDH, pas de garantie des droits fondamentaux face à des actes du Parlement ou du constituant.

On se souvient du jugement qui a fait déborder le vase pour l’UDC. En 2012, les juges de Mon-Repos cassent la décision d’expulsion d’un étranger établi en Suisse dès son plus jeune âge, coupable d’un délit de drogue et condamné avec sursis. Si l’expulsion était conforme à l’article 121 de la Constitution fédérale adopté en votation populaire en novembre 2010, selon le Tribunal fédéral elle contrevenait en revanche au principe de proportionnalité ancré tant dans le droit suisse que dans la CEDH. L’autodétermination version UDC fait donc peu de cas d’un principe fondamental de l’Etat de droit, tout comme de celui de la séparation des pouvoirs.

L’initiative de l’UDC aurait soumis nos engagements internationaux à la volonté discrétionnaire d’un vote populaire. Non pas que ces engagements ne puissent être dénoncés: la Suisse peut se retirer d’un traité, mais la question doit alors être clairement exprimée. C’est la question que l’UDC veut soumettre prochainement au souverain au sujet de la libre circulation. Mais l’initiative d’autodétermination, elle, ne jouait pas franc jeu. Elle aurait permis de remettre en cause nos engagements par la bande, en autorisant la Suisse à ne pas respecter telle ou telle disposition d’un traité: un engagement à la carte en quelque sorte, qui aurait gravement écorné la crédibilité de la Suisse auprès de ses partenaires.

Pourtant un tiers de l’électorat n’a pas perçu ces enjeux ou a fait délibérément l’impasse sur des principes fondateurs d’une société démocratique. C’est bien le signe que l’exercice de la démocratie directe est plus délicat dès lors qu’un objet entre en conflit avec un accord international auquel la Suisse est partie.

Dans ce cas de figure, le citoyen est rarement au clair sur les conséquences de son choix. Prenons l’exemple de l’initiative «contre l’immigration de masse». Avant la votation, le Conseil fédéral a défendu le point de vue que l’acceptation de cette initiative conduirait à la dénonciation de l’Accord sur la libre circulation des personnes. L’UDC prétendait le contraire. L’initiative adoptée, l’UDC défendit la nécessité de dénoncer l’Accord, alors que le gouvernement n’y vit soudain plus motif d’une rupture… Bref une situation qui ne permet pas un choix éclairé de la part du citoyen.

En cas d’acceptation d’une initiative problématique, les autorités s’en sortent en procédant à une mise en œuvre partielle, de manière à respecter nos engagements internationaux. Ainsi les contingents stipulés par l’initiative «contre l’immigration de masse» sont devenus une simple priorité d’embauche pour les résidents helvétiques. Cette démarche pragmatique peut passer pour une trahison de la volonté populaire. Pour autant qu’on puisse parler de volonté populaire quand les citoyens ne se prononcent pas en connaissance de cause, trompés qu’ils sont par des textes volontairement équivoques.

L’invalidation par le Parlement des initiatives considérées comme contraires au droit international permettrait d’éviter cet écueil. Mais elle serait plus mal perçue encore.

Le moyen d’éviter la mise en œuvre délibérément partielle des initiatives problématiques existe pourtant: il consiste pour les initiants à formuler des demandes claires, aussi bien quant à l’objet qu’à ses conséquences.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/34045
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/34045 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Sous prétexte de droits fondamentaux, les Suisses se sont privés de leur droit à être différents et surtout de choisir leur différence. En matière de droit fondamental c’est un autogoal.

    La Suisse est de plus en plus comme les autres pays, d’ailleurs son attractivité en est d’autant réduite. Ce vote aura un impact positif pour les affairistes sans frontières et les radicaux dont on a déjà plus le droit de critiquer l’idéologie. Bref être Suisse ne voudra bientôt plus rien dire sauf subir un peu plus la mondialisation dont les effets se font déjà cruellement sentir chez nos voisins français.

    • 1.1
      Giorgio Zürcher

      La majorité des votants a clairement affirmé d’en avoir assez des sorciers de l’UDC, qui veulent nous faire croire qu’ils peuvent modifier la réalité geopolitique du monde avec quelques articles de notre Constitution.

  • 2
    Christophe Tafelmacher

    Il est en effet réjouissant que 66% des votants aient privilégié la protection des droits fondamentaux, le respect des principes de l’Etat de droit et des engagements internationaux. Encore que, probablement, ce soit surtout la stabilité de la place économique suisse et de son cadre juridique qui aient été les raisons motivant le rejet de l’initiative UDC en Suisse allemande.

    Cela étant, on en peut pas faire l’impasse sur la contradiction flagrante sortie des urnes ce même dimanche de votations. La même proportion (à 2% près) des votants qui a affirmé ce souci pour l’Etat de droit tel que nous le connaissons a autorisé la mise en place d’une surveillance débridée des assurés sociaux. Autrement dit, de restreindre très fortement leurs droits fondamentaux et de donner aux institutions d’assurance des pouvoirs exorbitants sur certains citoyens pourtant déjà placés dans une situation de vulnérabilité.

    Ainsi l’esprit de l’UDC et la vision anti-libérale opposée à l’Etat de droit et au cadre protecteur des droits humains ont-ils gagné dans les urnes. Et ce n’est pas la première fois. A méditer…

    • 2.1
      Giorgio Zürcher

      Comme Christophe Tafelmacher je trouve très rejouissant que 66% des votants aient repoussé l’initiative UDC. Ce qui est triste c’est l’abstention de la majorité des citoyens. Ceci pourrait être determiné par la difficulté de comprendre l’enjeu, ce qui pourrait également expliquer la contradiction entre les resultats des deux votations citées. Il est souhaitable d’abolir les dénominations des initiatives qui créent seulement des confusions.

Ecrire un commentaire

Les commentaires ne sont mis en ligne qu'après validation par nos soins. Nous vous remercions de vos compléments et remarques, et encourageons une discussion vigoureuse mais courtoise et respectueuse. Nous nous réservons de ne pas publier les textes dont la forme ou le contenu ne sont pas appropriés.

Commentaire (max. 2000 signes)

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP