Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

La mondialisation en phase terminale

Rejet du multilatéralisme et renouveau du nationalisme

Photo Jacques
Photo Jacques (licence CC)

«C’est un dirigeant fort. Ne laissez personne penser autre chose. Il parle et son peuple se met au garde-à-vous. Je veux que mon peuple fasse la même chose.» Donald Trump est connu pour ses foucades, dénonçant un jour ce qu’il a dit la veille. Tout imprévisible qu’il soit, il n’a pas démenti son penchant pour les dirigeants forts, qu’il s’agisse de celui de la Corée du Nord auquel il se réfère dans la citation ci-dessus, ou de ceux de la Chine et de la Russie.

A eux d’organiser désormais le monde, sur une base bilatérale. L’Union européenne n’existe plus. Seuls comptent les pays, toujours plus nombreux, qui sont dominés par des hommes forts. A commencer par ceux de Pologne, de Hongrie, d’Autriche, d’Italie, de Turquie. D’autres ne demandent pas mieux que d’allonger la liste.

Ces considérations politiques sont en relation étroite avec la mondialisation (voir aussi DP 2208, 2209, 2210).

Celle-ci n’a en effet plus bonnepresse. La cause principale tient probablement au fait que la croissance des richesses qu’elle a permise est très, très, très mal répartie. Dans les pays développés, le nombre des emplois comme le niveau des salaires demeurent en état de quasi-stagnation depuis la crise de 2008.

La raison ne tient pas au fait que la concurrence se serait «exacerbée» ou que les entreprises seraient déstabilisées par les changements techniques. Ce ne sont pas davantage des impôts «excessifs» qui les étoufferaient — les impôts des personnes morales suivent une courbe descendante depuis de nombreuses années. En fait, l’emploi et les salaires restent en rade parce que les bénéfices vont dans la poche des directions et surtout des actionnaires. Et plus ils en ont, plus ils en veulent. Pour les «gens ordinaires», le bilan de quelques décennies de mondialisation apparaît ainsi comme un marché de dupes.

Un acte de foi

L’accaparement des richesses peut aussi être organisé par l’Etat. Leurs dirigeants, leurs proches, leurs affidés parviennent à s’approprier une partie du revenu national qui les met très largement à l’abri du besoin. Beaucoup des jeunes, qui représentent là comme ailleurs la relève de ces pays, choisissent quand ils le peuvent la voie de l’exil pour trouver une vie simplement décente en tentant d’entrer, légalement ou non, dans les pays développés, par exemple en Europe ou en Amérique du Nord.

Cela étant, une réforme de la mondialisation paraît peu vraisemblable. Les tenants du néolibéralisme ne changeront pas spontanément d’opinion. L’ouverture aussi large que possible des marchés et les principes de concurrence représentent de leur point de vue la condition nécessaire et suffisante pour parvenir à améliorer le niveau de vie des pays. Hier comme aujourd’hui, ils continuent d’y croire mordicus. La réalité leur importe peu puisque leur doctrine est la bonne: un acte de foi ne se discute pas.

Il ne faut donc pas s’étonner du fait que le refus de procéder à un examen critique des aspects économiques et sociaux les plus discutables de la mondialisation débouche sur une contestation politique. Les opinions publiques ont fini par considérer que d’autres, ailleurs, décidaient pour elles. Elles ont acquis le sentiment que leur pays n’avait plus son destin entre ses mains, qu’il n’était plus maître chez lui. Il n’en faut pas davantage pour que le nationalisme relève la tête, encouragé par des partis politiques qui proclament la primauté de l’intérêt national sur toute autre considération. Que ce néonationalisme soit qualifié de populiste, d’illibéral, de souverainiste ou de dictatorial ne change rien au problème.

La Suisse, précurseur

Ce retour de la primauté nationale n’est pas une innovation toute récente. Notre pays peut même être considéré comme un précurseur. L’initiative populaire «contre l’emprise étrangère», lancée par James Schwarzenbach et soutenue par 46% des votants en juin 1970, comporte un caractère nationaliste évident. Cette thématique a été reprise par l’UDC, en particulier avec son initiative «contre l’immigration de masse», approuvée en février 2014 par 50,3% des votants et par 17 cantons sur 26 ou encore avec celle pour «le droit suisse au lieu de juges étrangers», qui sera soumise au peuple et aux cantons le 25 novembre prochain. Autant de propositions qui disent chacune à sa manière «la Suisse d’abord».

La décision britannique de quitter l’Union européenne est aussi une expression de ce repli nationaliste. Le Brexit, selon ses partisans, comporterait plus d’avantages que d’inconvénients. Il permettrait notamment de rapatrier à Londres les décisions qui se prennent à Bruxelles. La mise en œuvre de la théorie est plus simple à dire qu’à faire. Le choix politique de quitter l’Union européenne se heurte en effet aux considérations économiques de maintenir les liens étroits tissés entre les entreprises au cours des dernières décennies, voire par une même société qui a établi des centres de production dans plusieurs pays.

Airbus illustre bien cette problématique. Les ailes des avions qu’elle construit sont composées de 10’000 pièces fabriquées au Royaume-Uni. Airbus y emploie 14’000 personnes, auxquelles s’ajoutent 100’000 emplois indirects chez des sous-traitants. Toutes ces pièces sont actuellement certifiées par un organisme européen. En cas de Brexit, cette certification cesserait. Il en découlerait d’importantes complications administratives et douanières. Airbus a donc gelé ses investissements en Grande-Bretagne en attendant d’en savoir plus. Elle n’exclut pas de tout rapatrier sur le continent en fonction du contenu des accords du Brexit.

Menu à la carte

Mutatis mutandis, la situation est analogue pour la plupart des entreprises organisées à l’échelle internationale — et il n’y a de loin pas que les plus grandes qui le sont. Dans le cas extrême d’un retour aux frontières nationales et d’une réintroduction de droits de douane, ces sociétés devraient en quelque sorte se désimbriquer. De nouvelles structures devraient être mises en place. Le processus serait long, compliqué, coûteux et causerait d’énormes pertes de compétences. La main-d’œuvre «nationale», censée bénéficier de l’indépendance retrouvée, n’y trouverait probablement pas son compte.

Pour parer ces difficultés, la Grande-Bretagne tente de concilier des exigences contradictoires. Décider seule de sa politique commerciale négociée avec des partenaires qu’elle choisirait, tout en continuant d’avoir un accès au marché européen comme si elle en était (presque) encore membre. Elle voudrait avoir le beurre et l’argent du beurre. L’Union européenne n’est cependant pas un restaurant qui propose des menus à la carte où l’on peut choisir ses plats préférés.

D’autres pays de l’Union européenne ont un comportement analogue à celui de la Grande-Bretagne. Ils veulent rester membres de l’Union pour bénéficier de ses «aides structurelles», mais acceptent de se sentir concernés seulement par les directives qui leur conviennent. Un peu comme si chaque canton se réservait la compétence de décider quelles sont les lois fédérales qu’il appliquera.

Les poubelles de l’histoire

Se dessine ainsi une nouvelle manière de concevoir et de pratiquer les relations internationales. Les accords multilatéraux négociés au cours des dernières décennies, qui ont permis aux différentes économies nationales d’établir entre elles des relations étroites, sont rejetés au profit du bilatéralisme, voire de l’unilatéralisme.

Les Etats-Unis de Donald Trump constituent la figure emblématique de cette remise en question. Les relations internationales édifiées depuis la fin de la deuxième guerre mondiale avaient essentiellement pour objectif d’édifier un monde qui ne devait pas revivre un tel conflit et aussi d’éviter de renouveler les erreurs qui ont permis la grande crise des années 1930. Ces enseignements essentiels sont-ils devenus à ce point lointains que certains pensent que leur place est désormais dans les poubelles de l’histoire? Ce serait consternant.

Pourtant, ce qui paraissait impensable il y a encore quelques années est devenu concevable. Et même possible si les élections de mi-mandat aux Etats-Unis maintiennent une majorité républicaine au Congrès. La mondialisation est désormais en sursis. Fasse qu’elle n’apparaisse pas, avec ses défauts, ses insuffisances et ses exagérations comme une période que l’on finirait par regretter…

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/33447
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/33447 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Je me souviens d’avoir lu des articles dithyrambiques à propos de la mondialisation dans les années 90. Celle-ci a été présentée comme une opportunité sans précédent pour la terre entière. Sans doute c’est la raison pour laquelle la mondialisation a suscité l’espoir d’une croissance économique soutenue dont les pays émergents seraient les locomotives. Avec des taux de croissance économique évoquant la période des Trente glorieuses, des nouveaux marchés à conquérir et de nouvelles technologies, de nombreux économistes et responsables politiques et économiques tressaient des lauriers à la libéralisation des marchés et à la croissance de l’interdépendance pour que le monde ressemble au marché du village où les individus échangent des biens, des services, des idées et des sentiments en partant du postulat que le commerce international est un jeu à somme positive: tous les participants à l’échange sont des gagnants!

    En tout cas de nombreux économistes ont cru et défendu l’idée que la mondialisation allait induire un bien-être généralisé (emplois, revenus, pouvoir d’achat, diversité de l’offre, atténuation des passions violentes, tolérance entre les cultures…). Sans parler de la croyance selon laquelle le commerce international est le passage obligé pour espérer une élévation du niveau de vie grâce à une meilleure insertion dans la division internationale du travail. Aussi il est piquant de rappeler que d’aucuns vont même jusqu’à évoquer l’idée d’après laquelle la mondialisation serait capable de réaliser le paradigme libéral du doux commerce, cher à Montesquieu: ll existe une forte corrélation entre la douceur des mœurs et le commerce. A l’instar de la musique le commerce adoucit les mœurs. Pour mettre fin aux préjugés destructeurs le remède résiderait dans l’essor des échanges économiques, la circulation des idées, les échanges des étudiants, les mariages mixtes, le tourisme de masse…

    Force est de constater qu’à l’époque tous les ingrédients étaient réunis pour que la mondialisation heureuse déploie ses effets bénéfiques pour le plus grand nombre. La question qui vient naturellement à l’esprit du profane est: pourquoi la mondialisation a-t-elle pu dérailler aussi vite au point de devenir un repoussoir notamment dans le monde occidental?

    Comme toujours il existe un abîme entre le réel et l’idéal. Si la mondialisation n’a pas tenu toutes ses promesses pour faire le bonheur du genre humain sous toutes les latitudes, a vrai dire, cela n’est pas une surprise. En effet la transposition de la libre concurrence à l’échelle planétaire avec sa mobilité des capitaux et de la main-d’œuvre ne débarrasse en aucun cas les marchés concurrentiels de leurs défauts habituels. Les forces du marché produisent un gâteau tout découpé de taille maximale mais dont les parts sont très inégales tant à l’intérieur d’un pays qu’entre pays, même en admettant l’hypothèse selon laquelle le commerce international est un jeu à somme positive.

    En gros la mondialisation est perçue et vécue comme une menace, voire comme une catastrophe sociale, car de fait elle a contribué à l’accentuation des inégalités en matière de répartition des revenus, à la généralisation de la précarité sur le marché du travail et à la stagnation des salaires sans évoquer les autres aspects indésirables tels le dumping fiscal, salarial, social et environnemental. Comme l’explique M. Ghelfi la mondialisation est une aubaine pour les directions et les actionnaires des firmes multinationales, mais elle s’est révélée être un cauchemar, notamment pour les salariés peu ou prou qualifiés. Elle s’est accompagnée d’une stagnation des salaires et elle a poussé de nombreux salariés à s’endetter pour défendre le maintien de leur niveau vie. Ainsi le crédit est devenu un vrai substitut à la hausse des salaires avec une forte probabilité de la survenance d’une crise financière, tout particulièrement quand les banques encouragent au travers de leurs innovations financières les ménages les plus fragiles économiquement à s’endetter.

    C’est pourquoi l’espoir des années 90 s’est peu à peu transformé en une peur collective des classes moyennes et populaires notamment dans les sociétés occidentales ou le bilan des pertes semble être plus lourd qu’ailleurs. Sans doute la délocalisation et l’externalisation des activités sur fond d’une désindustrialisation induite par le commerce international sont une incertitude croissante pour les salariés exposés à la concurrence internationale. Ce type de désindustrialisation est donc moins acceptable que le déclin inéluctable de la part du secteur industriel provoqué par le progrès technique.

    Dans ces conditions il ne faudrait pas que les élites et les experts s’étonnent du retour du nationalisme sous forme de patriotisme économique ou de la xénophobie et du retour des démons protectionnistes. Si la mondialisation a engendré la peur des risques économiques, financiers, informatiques et épidémiologiques, c’est parce que la communauté des Etats est désarmée face à ces menaces. A cela s’ajoute la peur des vagues migratoires en provenance de l’Afrique et du monde arabo-musulman. Bien sûr on ne peut pas expliquer tous les phénomènes économiques et sociaux par ce seul facteur émotionnel, mais le populisme qui est avant tout un rejet des élites est exploité habilement par les partis nationalistes. Car leur discours est en phase avec le ressenti et le vécu des petites gens en souffrance sociale et en quête d’identité, alors que les partis défendant la veuve et l’orphelin n’ont pas de vraies solutions pour répondre de manière appropriée aux défis de la mondialisation, en dehors des solutions consistant à verrouiller les frontières et /ou à renvoyer les étrangers chez eux!

    La mondialisation est un vrai idéal dès lors qu’elle tend à créer une solidarité entre les humains par-delà les frontières physiques, linguistiques et culturelles mais elle ne saurait être réalisée par les forces du marchés mues par la cupidité et la prolifération de l’espèce humaine conçue comme des parts de marchés à conquérir dans l’espace sans considérations pour la dignité humaine et le climat. C’est pourquoi la mondialisation ne pourrait être que triste tant que la question démographique n’est pas traitée à l’échelle mondiale.

  • 2
    Richard Lecoultre

    Qui se rappelle les noms et l’année où trois énergumènes décrétèrent que les Etats étaient des filous incapables de se gérer et abusant de la bienveillance de leurs citoyens contribuables ? Dès lors, l’élite pensotante de l’économie mondiale n’a cessé de rabâcher ces condamnations, ce qui permit à Thatcher et Reagan, tôt suivis par les socialistes Blair et Schröder, de bousiller les organisations de travailleurs au profit des actionnaires, lesquels consentent quand même à partager le gâteau avec les dirigeants d’entreprises. Malgré les résultats catastrophiques sur les plans sociaux, écologiques et culturels, nos autorités continuent à chanter ces rengaines. Bientôt, les Etats ruinés et impuissants dépendront entièrement des caprices des grandes compagnies internationales. N’est-ce pas une perspective prometteuse? En tout cas, on n’entend guère d’avis contraire.

Ecrire un commentaire

Les commentaires ne sont mis en ligne qu'après validation par nos soins. Nous vous remercions de vos compléments et remarques, et encourageons une discussion vigoureuse mais courtoise et respectueuse. Nous nous réservons de ne pas publier les textes dont la forme ou le contenu ne sont pas appropriés.

Commentaire (max. 2000 signes)

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP