Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

(Dis)Credit Suisse

Toujours pas de réponse après un prêt douteux au Mozambique

Photo Tjeerd Wiersma
Photo Tjeerd Wiersma (licence CC)

Le dossier n’intéresse plus guère. Faire le dos rond reste une stratégie payante, même si Actares, l’actionnariat pour une économie durable, persiste à demander des comptes à Credit Suisse au sujet d’un crédit accordé au Mozambique en 2013/2014 dans des conditions pour le moins douteuses.

Domaine Public a relaté les faits dès qu’ils ont été rendus publics. Nous avons traduit et publié la lettre ouverte de l’association Contrepoint à la direction de Credit Suisse (DP 2145), lettre restée sans réponse. De même la direction de la banque n’a pas daigné répondre aux questions d’Actares lors de l’assemblée générale des actionnaires de 2017 (DP 2164). Actares est revenu à la charge à l’occasion de la récente assemblée générale de 2018, sans plus de succès, le président Rohner bottant une nouvelle fois en touche.

Rappel des faits. Conjointement avec une banque russe, Credit Suisse Londres a accordé un prêt de plus de deux milliards de dollars au Mozambique, officiellement pour la constitution d’une flottille de pêche au thon. Etrangement, l’argent est versé à une entreprise franco-libanaise, commanditaire des bateaux. Dans l’opération, un quart du montant du crédit a disparu sans laisser de trace. On soupçonne que cet argent a servi à des achats d’armes dans un contexte de reprise de la guerre civile dans le pays. Quant aux bateaux, ils se sont révélés inutilisables et rouillent actuellement dans un port mozambicain.

Dans cette affaire, Credit Suisse a manifestement manqué à son devoir de surveillance. En effet, l’octroi du crédit était lié à trois conditions dont aucune n’a été remplie: feu vert de la banque centrale du Mozambique, surveillance du processus par la justice administrative du pays et information du Fonds monétaire international (FMI). De plus, la garantie d’Etat exigée par CS n’a pas reçu l’aval du Parlement comme le prescrit la Constitution.

Il y a deux ans, lorsque le scandale éclate, le FMI et les pays donateurs, dont la Suisse, interrompent leur aide financière jusqu’à complet éclaircissement de cette affaire. Le FMI exige un audit, conduit par une société indépendante et prolongé à trois reprises, tant Maputo montre sa mauvaise volonté à coopérer sous prétexte de «sécurité nationale» (DP 2179).

Résultat: le Mozambique, l’un des pays les plus pauvres de la planète, est en cessation de paiement; il s’avère incapable de financer son budget et coupe dans ses dépenses de formation et de santé. Mais, pour les patrons de Credit Suisse, l’assemblée des actionnaires n’est pas le lieu pour entrer dans ces détails. Lesquels actionnaires approuvent sans broncher les rémunérations de la direction – 9,7 millions de francs pour le directeur général et 69,9 millions pour les 13 autres membres de la direction – et du conseil d’administration – 11,456 millions à partager entre ses 12 membres. A Credit Suisse, le silence est d’or.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/33155
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/33155 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • 1
    Richard Lecoultre

    Près de 100 millions de rétribution annuelle pour les valeureux dirigeants de Credit Suisse. Prochaines questions à ces élites: Qu’est-ce qu’on leur paie en priorité? Leur compétence? Leur honnêteté? Leur respect des autres clients, de leurs employés et de leurs actionnaires?
    Evidemment que notre Finma nationale n’est pas censée mettre son nez dans cette affaire, cela lui causerait trop de tintouin. Quant à notre gouvernement, est-il déjà en train de provisionner de quoi sortir Credit Suisse de la gonfle en cas de besoin? Les pertes du CS seront-elles déductibles dans la déclaration fiscale?

    Dieu merci, à part les lecteurs de DP, peu de Suisses n’ont à se soucier de ces entourloupes, et ce ne sont pas les groupes de presse propriétaires de nos quotidiens qui vont relancer l’affaire. Ou bien?

  • 2
    Pierre Desponds

    Affaire nauséabonde et probablement pas unique. Le silence de Credit Suisse sonne comme un aveu.

Ecrire un commentaire

Les commentaires ne sont mis en ligne qu'après validation par nos soins. Nous vous remercions de vos compléments et remarques, et encourageons une discussion vigoureuse mais courtoise et respectueuse. Nous nous réservons de ne pas publier les textes dont la forme ou le contenu ne sont pas appropriés.

Commentaire (max. 2000 signes)

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP