Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Quelques pistes pour l’avenir de la gauche

Changer de logiciel pour rester soi-même dans un monde qui évolue (1 / 2)

Photo Erwan Bezon
Photo Erwan Bazin (licence CC)Perds pas le nord

Quelles sont les raisons des difficultés rencontrées actuellement par la social-démocratie? Les explications ne manquent pas (voir aussi DP 2193, 2194 et 2195).

Dans une tribune de janvier 2017, le politologue français Zaki Laïdi en énumère trois. Tout d’abord l’érosion de la base sociale des partis de gauche, à savoir les ouvriers de l’industrie. Puis les trop nombreuses concessions faites depuis quelques décennies au libéralisme économique, considérées comme une trahison des idéaux socialistes. Ou encore la persistance de la social-démocratie à mener le combat politique selon un clivage gauche-droite dépassé, alors qu’aujourd’hui le véritable affrontement opposerait conservateurs et progressistes, mondialistes et nationalistes.

Des valeurs permanentes

Même si ces diagnostics reflètent une part de vérité, l’affaiblissement des partis socialistes, voire même leur éventuelle disparition s’ils ont vraiment épuisé leur force propulsive, n’impliquent pas pour autant l’invalidation des valeurs qu’ils prétendent défendre: l’égalité des droits et des chances, condition essentielle de la liberté; le devoir de la collectivité envers les plus faibles de ses membres, comme le proclame en Suisse le préambule de la Constitution fédérale. Le défi consiste à traduire concrètement ces valeurs dans la réalité des sociétés d’aujourd’hui et à trouver le langage adéquat pour communiquer ce message.

Revenons un instant au diagnostic. Silja Häusermann, politologue à l’Université de Zurich, en donne les traits essentiels dans une interview au journal en ligne Republik. L’érosion de la base électorale historique des partis socialistes – les ouvriers de l’industrie – n’est pas contestable. En quelques décennies, ces emplois ont chuté de moitié. Mais cette érosion ne résulte pas principalement d’un passage en masse de cet électorat vers les formations populistes. Ces dernières ont plutôt bénéficié du soutien des abstentionnistes d’antan, séduits par cette stratégie consistant à décrier les plus défavorisés – migrants, bénéficiaires de l’aide sociale – pour valoriser le statut de ces couches populaires. Dans le même temps, le volume de l’emploi dans le secteur des services a plus que doublé, aussi bien pour du personnel qualifié que non qualifié.

La gauche victime de son succès

Pourquoi la gauche peine-t-elle à obtenir le soutien de cette nouvelle classe ouvrière du tertiaire? Autant les ouvriers de la société industrielle constituaient un groupe homogène, détenteur d’une culture commune et facilement mobilisable par le biais des syndicats, autant les personnes non qualifiées du tertiaire sont dispersées dans de nombreuses petites entreprises – pensons aux femmes de ménage dépendantes de multiples employeurs – sans forte identification à leur travail et peu motivées à participer politiquement, d’autant qu’une grande proportion d’entre elles, étrangères, ne disposent pas des droits politiques.

Silja Häusermann constate que la social-démocratie est en quelque sorte victime de son succès. Ce que l’on nomme «l’âge d’or de l’Etat social» a permis la réalisation d’une bonne partie de son programme, que ce soit la réduction du temps de travail, l’augmentation des salaires ou encore le développement des assurances sociales.

Dans les années 1970-1980, poursuit Häusermann, la gauche a étendu son cahier de revendications, jusque-là essentiellement consacré à l’ouvrier mâle, à des populations négligées: femmes, migrants, minorités sexuelles… Son action vers de nouveaux publics n’est pas toujours appréciée par sa base ouvrière classique qui se sent délaissée, voire même concurrencée par ces nouveaux venus.

La gauche débordée par les changements structurels

En réalité les socialistes n’ont pas trahi leurs idéaux, nous dit la politologue zurichoise, rejoignant en cela Zaki Laïdi. Les causes de l’affaiblissement de la gauche sont d’abord de nature structurelle, engendrées par le passage à la société postindustrielle: la diminution de la population ouvrière, la croissance d’un prolétariat tertiaire difficilement mobilisable. La progression des inégalités sociales ne résulte pas principalement d’un démantèlement des politique sociales. L’assurance chômage et l’AVS restent encore solides.

Ces inégalités croissantes reflètent plutôt la transformation du marché du travail. La progression de l’emploi tertiaire qualifié a tiré les salaires vers le haut grâce à ce qu’Häusermann qualifie de «rente de formation». Voilà qui expliquerait l’augmentation des écarts salariaux, résultant du différentiel de productivité entre secteurs à emplois peu qualifiés et secteurs requérant de fortes qualifications.

Dans cette société postindustrielle, le mécanisme du cercle vertueux (finances publiques saines sans fiscalité trop lourde, plein emploi et structure salariale équilibrée) ne joue plus. Par exemple le rééquilibrage salarial par le bas implique un chômage accru, car les emplois faiblement productifs se font plus rares. Mais si les écarts persistent, voire augmentent, les dépenses sociales explosent: voir l’évolution des budgets de l’aide sociale et des prestations complémentaires. L’Etat s’essouffle dans cette course-poursuite à la redistribution.

C’est pourquoi, sur la base de ses analyses de politiques comparées, Silja Häusermann préconise d’agir en priorité sur ce que les économistes appellent la redistribution primaire, à savoir combattre les inégalités à la source plutôt que de tenter après coup d’en atténuer les effets négatifs. D’où l’accent mis sur la formation, l’acquisition de compétences, bref tout ce qui facilite l’accès au marché du travail et à des emplois correctement rémunérés, en particulier la mise en place de structures d’accueil de l’enfance.

Un tel programme pourrait-il donner un nouvel élan à la gauche?

(A suivre)

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/32979
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/32979 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • 1
    nadia braendle

    Analyse qui fait avancer la réflexion au-delà des éternels constats décourageants. De plus cet article donne des pistes. Travailler en amont plutôt que de courir, toujours en retard, pour réduire les dégâts.

  • 2
    Nicolas Perrin

    “Le véritable affrontement opposerait conservateurs et progressistes, mondialistes et nationalistes.” Votre article nuance bien cette affirmation. Toutefois, la gauche évite peut-être ces questions et les laisse sans réponse. Peut-on être progressiste et de gauche, sans se compromettre? Peut-on questionner la mondialisation, non pas au niveau des idées, mais de manière à lutter contre ses effets?

    Il me semble que la gauche gagnerait à élaborer un programme positif (ce qui est visé et non ce qui est combattu). Cela mériterait peut-être de mieux mettre en évidence ce qui est fait, ce qui n’a pas pu être fait et ce qui reste à faire. Cela permettrait de rendre lisibles les différentes décisions politiques en montrant en quoi elles sont une contributions ou un échec en regard d’un projet de société.

    Deux défis sont alors à relever en regard des enjeux présentés dans l’article. Premièrement, il s’agit de prendre en compte les défis qui rassemblent. L’insécurité du travail, de l’habitat, de l’alimentation… concerne l’ensemble des citoyens qui soutiennent le projet de la gauche. Les questions de chaque minorité devraient peut-être être abordées sous l’angle de ce en quoi elles concernent l’ensemble des personnes souhaitant une alternative au néolibéralisme et à l’individualisme. Deuxièmement, la question du travail dans le secteur tertiaire reste peu problématisée. Les gains de productivité touchent la santé de tous les travailleurs. L’augmentation de l’âge de la retraite, dans les conditions de travail actuelles, est une illusion, sans compter qu’il faudrait qu’il y ait du travail pour tout ceux qui devront travailler plus longtemps.

    Oui, la gauche s’oppose souvent dans un travail courageux. Mais elle s’oppose et cherche parfois des compromis. Cette démarche, incontournable, ne sera lisible que si elle s’inscrit dans une véritable projet qui permet de situer explicitement chaque décision.

  • 3
    Albert Jaussi

    On écrit beaucoup sur ce sujet depuis quelque temps, heureusement, car il était temps.

    Tous les diagnostics ont leur part de vérité et méritent d’être discutés, même le tabou de l’immigration et des réfugiés sur lequel la gauche devrait prendre la main pour définir des solutions concrètes. Nolens volens, la gauche a vécu en 30 ans une véritable subversion du fait (i)de l’attraction de ses valeurs permanentes pour les universitaires avec une sensibilité humaniste et (ii) du poids que ces derniers ont pris dans le discours et les programmes, souvent avec une propension certaine à l’utilitarisme à la Stuart Mill, philosophiquement parlant. La gauche social-démocrate a pris une touche élitaire, avec une sensibilité postmoderne marquée pour les minorités de toutes sortes, parfois au détriment même de valeurs fondamentales dites universelles telles que liberté, justice, égalité; aussi en relation avec la notion de laïcité.

    Mais la minorité importante que constitue les ouvriers et les travailleurs avec emplois de plus en plus précarisés a été laissée pour compte, en contradiction avec les principes voulus. Un manque de sensibilité dans liberté, égalité et fraternité, une carence au niveau de l’éthique à mon avis. Sans éthique, pas de gauche.

    Pour reconquérir ce terrain perdu, la gauche doit dès maintenant mettre les mains dans le cambouis, aller de nouveau (oui, de nouveau!) à leur rencontre avec des propositions concrètes et simples réalisables rapidement, en commençant au niveau du quartier et de la commune, même en soutien à des institutions telles que Caritas et l’Entraide protestante, et en faisant si besoin est pression sur les services sociaux officiels trop bureaucratisés.

    Sur le moyen/long terme, il est juste de préparer au niveau politique des programmes de redistribution primaire. Mais c’est notre rôle de gauche d’être dès maintenant activement solidaire et de donner confiance et courage à ces personnes, pour les aider à sortir de la dépendance aliénante de l’aide sociale. L’aide sociale qui coûte cher est la cible permanente des attaques de l’UDC, du PLR, des Verts Libéraux et en partie du PDC.  Je ne peux pas m’imaginer qu’une personne de sensibilité de gauche, libre et responsable vive bien cette situation.

    • 3.1
      Jean-Claude Eggiman

      Mais il n’y a pas besoin d’être de gauche pour préconiser – et réaliser – de la “redistribution primaire”; preuve en soit Macron en France…

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP