Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Retraites: l’élévation de l’âge de la retraite des femmes n’est pas tabou

La priorité, c’est l’amélioration de la condition des rentières et rentiers modestes

Photo Jan Stettler
Photo Jan Stettler (licence CC)

L’élévation de l’âge de la retraite des femmes a quelque peu agité le monde syndical. Elle fut certes acceptée sans enthousiasme par les principales organisations (USS, Unia, SSP notamment) dans le cadre du compromis adopté de justesse par le Parlement (Prévoyance vieillesse 2020). Mais elle a conduit quelques sections, essentiellement en Suisse romande, à faire sécession et à lancer le référendum.

Pour comprendre cette opposition, il faut rappeler que les syndicats ont longtemps refusé de toucher à l’âge de la retraite des femmes. S’ils ont finalement accepté le passage à 65 ans pour ces dernières, c’était pour sauver PV 2020, une solution de compromis qui paraissait acceptable compte tenu du rapport des forces en présence.

Après l’échec populaire de PV 2020, les syndicats sont retournés sur leur ligne de défense initiale: pas question de revenir avec un projet qui fixerait à 65 ans l’âge de la retraite pour tous, ont décidé les délégués de l’USS. Ce faisant, ils préparent le terrain pour une nouvelle contestation interne, dans le cas où un compromis différent associerait cette égalisation de l’âge de la retraite à des avantages substantiels en faveur des rentiers les plus modestes. Et surtout ils semblent ignorer l’évolution de l’opinion sur ce thème.

En effet, l’analyse des résultats de la votation du 24 septembre dernier montre que l’exigence d’égalité salariale entre les sexes n’a pas constitué un motif déterminant du rejet de PV 2020: 40% des sondés considérant cette exigence comme importante ont néanmoins soutenu le projet. Par ailleurs le dernier sondage Vimentis révèle pour la première fois qu’une majorité se dessine en faveur d’un relèvement de l’âge de la retraite.

C’est dire que la défense du statu quo devient un atout beaucoup moins solide dans la négociation. L’exigence d’une égalité salariale préalable à toute élévation de l’âge de la retraite des femmes feint d’oublier que l’AVS procède à une redistribution importante en faveur des femmes. Alors que ces dernières versent 33% des cotisations, elles bénéficient de 56% des prestations, et cela en moyenne pendant quatre ans de plus que les hommes. En outre, grâce notamment aux bonifications pour tâches éducatives et au splitting, leurs rentes ne sont inférieures que de 3% à celles des hommes.

L’inégalité salariale, même en régression constante, justifie une mobilisation continue. Mais dans le cadre de l’AVS, le combat prioritaire doit viser l’amélioration de la condition des rentiers modestes, par ailleurs en majorité des rentières. Car près d’un quart des femmes exerçant une activité lucrative ne bénéficient pas de la prévoyance professionnelle et plus de la moitié d’entre elles gagnent moins de 55’000 francs par an.

C’est pourquoi l’égalisation de l’âge de la retraite doit impérativement s’accompagner de mesures en faveur des personnes les moins favorisées: retraite anticipée sans diminution de rente pour celles qui ont débuté très jeunes dans la vie active, augmentation de la rente pour les bas salaires par exemple.

Il faut s’en souvenir: la 10e révision de l’AVS a trouvé grâce devant le peuple (60,7% de oui) en 1995 malgré l’opposition des syndicats. Et ce grâce à des compensations substantielles, partie intégrante du paquet soumis au vote (splitting, bonus éducatif, amélioration des rentes pour petits revenus, moindre réduction des rentes en cas de retraite anticipée pendant une période transitoire).

Voilà un champ ouvert pour baliser la prochaine révision de l’AVS, un champ que la gauche se doit d’occuper plutôt que de camper sur des positions qui risquent bien de ne plus pouvoir être tenues longtemps.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/32848 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/32848

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP