Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Vieillissement : La course contre le temps

Une Américaine de 50 ans a aujourd’hui une espérance de vie de 81 ans. Si d’un seul coup cancer, affections cardio-vasculaires et diabète venaient aujourd’hui à être vaincus par la science, l’espérance de vie de cette dame s’allongerait à 95 ans. C’est beau, mais c’est encore loin des 120 ans dépassés par Jeanne Calment. Pour atteindre cette cible, éliminer les maladies ne suffit pas ; il faut ralentir le vieillissement. La biologie cellulaire s’y attache. Sans attendre évidemment l’issue du débat sur l’âge de la retraite.
Les causes de la longévité sont certainement plurielles. Il est donc étonnant que l’on s’évertue à leur dissection moléculaire. Une première approche, évolutionniste, compare les mutants (spontanés) doués d’une très longue vie, dans des espèces aussi différentes que la levure, la mouche et la souris. Il apparaît que, dans les trois espèces, des mutations concernant les voies enzymatiques de l’utilisation du glucose et de l’insuline rallongent la durée de vie de 300% dans la levure, et de 50% dans le mutant chico de la Drosophile, de 50% encore chez la souris mutante pour un peptide semblable à l’insuline appelé IGF-1. Hélas, dans les trois espèces, la longévité est accompagnée de nanisme. Une approche complémentaire est endocrinologique. Elle tente de ralentir le vieillissement par la réduction des niveaux d’hormones, telles qu’hormones de croissance, d’insuline, d’IGF-1, et des hormones thyroïdiennes. La recherche s’est concentrée sur des mutants du ver Caenorhabditis elegans ; elle est difficile chez les mammifères. Une minorité de chercheurs parie encore qu’un nombre très restreint de gènes est responsable du vieillissement. L’un de ces gènes pourrait être SIR-2, qui se réfère à une déacétylase, un enzyme qui régule l’expression d’autres gènes. Les mutants SIR-2 de Caenorhabditis elegans vivent effectivement très longtemps. Une autre approche se concentre sur le maintien de l’intégrité du génome de chaque cellule par de nombreux enzymes réparateurs de l’ADN. Une série de maladies congénitales humaines, avec une espérance de vie d’une dizaine d’années, sont effectivement provoquées par des mutations dans ces enzymes réparateurs. Les chercheurs ont déjà créé des souris transgéniques qui vivent moins longtemps en modifiant ces enzymes ?
Il reste une dernière approche, la restriction calorique. Depuis 60 ans on sait que priver les souris de laboratoire régulièrement de nourriture augmente leur longévité de 35%, réduit tumeurs et inflammations et augmente la réponse immunitaire. La médecine de la longévité a donc aussi une solution pour les pauvres qui ne pourraient accéder aux bienfaits de la médecine moléculaire.
Cela tombe bien car la santé mentale des vieux est bien meilleure que ce que l’on croyait. S’ils ne sont pas doués pour réciter une série de nombres qu’on vient de leur présenter, ou pour programmer la vidéo, ils savent évaluer la personnalité de quelqu’un avec bien plus de précision que les jeunes ; contrairement à ceux-ci, ils enregistrent l’aspect positif des événements, et la génération des années 1920 reste imbattable en calcul mental. Finalement, beaucoup de tests ont été faits dans des conditions défavorables aux vieux, qui sont matinaux, contrairement aux chercheurs. Il suffit de faire passer les tests de mémoire à court terme le matin plutôt que l’après-midi pour que la différence entre jeunes et vieux se réduise de moitié.
Science , 28 février 2003.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/3274 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/3274

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP