Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Eoliennes en Suisse: les roues de la fortune

Vents contraires sur une énergie propre

Photo Kurt Zwahlen
Photo Kurt Zwahlen (licence CC)

La Suisse est-elle un pays propice aux éoliennes? Absolument selon les élus qui le répètent comme un mantra, plus ou moins selon les experts, et pas du tout selon les citoyens qui résident à proximité des lieux où l’on prévoit de construire ces hélices géantes, ou qui les verront de leurs fenêtres ou les entendront «chanter» dans le vent.

La démocratie directe et les innombrables possibilités de recours créent un blocage général, si bien que presque rien ne se construit.

La géographie de la Suisse fournit quelques éléments d’explication. Le pays est densément peuplé malgré des reliefs bien présents. Le respect du paysage fait partie des valeurs nationales et les crêtes favorables aux éoliennes sont visibles de partout. D’ailleurs, même les projets qui évitent les crêtes suscitent d’innombrables oppositions.

Situation tout à fait différente dans les pays voisins: ils disposent de vastes zones dépeuplées ou carrément désertiques, balayées par des vents constants très favorables. La construction d’éoliennes n’y pose pas de problèmes, qu’il s’agisse de la Meseta en Castille, des landes de la mer du Nord en Allemagne ou des environs de l’Atlantique en Bretagne, en Normandie et dans des territoires français peu peuplés et sans «paysage» marquant à préserver.

L’essentiel des projets helvétiques se concentre dans les cantons jurassiens et le sud-ouest du plateau, dans le canton de Vaud. De Bâle au lac de Joux, nous recensons près de 320 projets d’éoliennes dans plus de 25 parcs. Sur ce nombre 35 hélices sont prévues non pas dans le Jura, mais sur le plateau vaudois, en majorité dans le Jorat sur un axe Lausanne-Moudon. On y trouve notamment les huit éoliennes que la ville de Lausanne prévoit de construire sur son propre territoire.

Nombre de projets datent de plus de dix ans et se trouvent bloqués par des recours. Seules 21 éoliennes ont été effectivement construites dans l’arc jurassien, dont 16 au Mont-Crosin dans le canton de Berne et cinq autres dans le canton du Jura. Le parc du Mont-Crosin est géré par un consortium nommé Juvent SA conduit par BKW FMB Energie. Les deux sites jurassiens en fonction sont exploités l’un par Alpiq et l’autre par Adev, une entreprise issue du monde coopératif  qui met l’accent sur le solaire et l’éolien.

Combien de ces 300 éoliennes seront-elles effectivement construites? La situation actuelle n’incline guère à l’optimisme. Voici quelques jours, le projet du parc du Mollendruz, comprenant 12 éoliennes, a été mis en échec par le vote d’un seul des villages concernés, La Praz,  peuplé de 156 habitants. Cette petite commune n’élit pas de Conseil communal, mais tient au moins deux fois par an une assemblée des citoyens – un «Conseil général» dans le vocabulaire institutionnel vaudois. Le soir du vote sur le parc du Mollendruz, quelques habitants qui n’avaient jamais participé aux débats ont obtenu leur assermentation avec effet immédiat, ce qui leur a permis de faire basculer la majorité et de réduire à néant un projet de 85 millions en préparation depuis dix ans.

L’accord des trois communes concernées était nécessaire pour le passage à la réalisation. Le vote négatif de La Praz a suscité de très vives réactions au Grand Conseil du canton de Vaud et le dépôt d’un postulat par le député socialiste Nicolas Rochat Fernandez demandant d’étudier plusieurs solutions pour éviter ce genre de pataquès, y compris la généralisation du Conseil communal élu à toutes les communes.

Selon le rapport 2016 de la Fondation suisse pour la protection du paysage, la stratégie énergétique 2050 impliquerait la construction de 600 à 800 grandes éoliennes. La fondation considère que, sur ce nombre, 150 à 200 éoliennes pourraient être érigées en ayant un impact supportable pour le paysage. Cette évaluation nous semble bien optimiste au vu des obstacles auxquels se heurtent les projets actuels. Heureusement que la Grande-Dixence ou Mauvoisin ont été construits voici près de 60 ans. Il serait sans doute impossible aujourd’hui de réaliser ces grands barrages.

Il nous resterait tout au plus la possibilité d’acheter l’électricité produite par des centrales à charbon allemandes et des usines nucléaires françaises.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/32735
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/32735 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • 1
    Christian Favre

    La Suisse est un pays d’éoliennes… il n’y a qu’à voir tous les anciens moulins à vent, comme en Hollande, comme au sud de la France… Avec l’hydraulique on a été intelligent avec les éoliennes on est stupide. Un seul turbinage du Rhône, à Lavey avec plus de 400 millions de kWh…

    Au lieu de gaspiller l’argent dans des études de projets éoliens, on ferait mieux d’investir dans des ouvrages liés à l’hydraulique, également pour la sécurité. Un barrage a un effet régulateur de crues.

  • “Il nous resterait tout au plus la possibilité d’acheter l’électricité produite par des centrales à charbon allemandes et des usines nucléaires françaises”.

    Aucune place pour économiser une part importante de la consommation électrique qui correspond à un pur gaspillage ?

    La croyance en la croissance économique sans limites reste vivace.

  • 3
    Pascale Hoffmeyer

    Ignorez-vous réellement tout des problèmes que rencontre l’éolien industriel à l’étranger ou bien vous faites exprès? Des articles comme celui-ci, j’en lis tous les jours du côté des lobbys éoliens en France qui pleurnichent sur la lenteur des procédures et les dommages de la démocratie.

    L’opposition est partout présente et très très active, bien plus qu’en Suisse! On assiste en France à l’occupation de chantiers éoliens, les Allemands s’organisent politiquement pour stopper les nouveaux projets. L’Espagne est mêlée à des affaires de corruption, au Mexique des opposants sont assassinés, les tribunaux australiens reconnaissent les nuisances que des riverains portent en justice. Etc.

    Vous devriez faire un tour sur http://www.epaw.org pour avoir une idée des problèmes qu’engendrent l’éolien industriel avant d’accuser les Suisses de manquer d’enthousiasme. Ils sont peut-être simplement mieux informés que vous.

  • Il y a 17 ans déjà que nous nous battons contre le projet de Sainte-Croix, Les Gittaz. Il a fallu plus de dix années pour que le public comprenne enfin que cette forme de production d’énergie aléatoire, fortement subsidiée par des taxes publiques et émoluments, n’est absolument pas compatible avec la protection du paysage et que ses nuisances sont bien réelles. Ces associations régionales d’opposants à l’éolien se multiplient. Elles sont maintenant soutenues par “Paysage libre Vaud”, et sur le plan suisse par “Freie Landschaft”. C’est bien plus que ces quelques voix de membres intelligents du Conseil général de La Praz qui ont refusé le projet du Mollendruz. Encore ceci: savaient-ils que 85 millions de CHF avaient déjà été engagés avant que le projet soit soumis en votations communales?

    Va-t-on dès lors changer le règlement de nos Conseils généraux pour supprimer ces assermentations en cours de législature? Aberrant! Que ne fait-on pas par ailleurs pour forcer l’implantation de ces immenses machines industrielle dans des zones agricoles!

    Pascale Hoffmeyer sait de quoi elle parle. Il faut l’écouter.

  • Vous devriez vous renseigner plus en détail avant d’écrire que refuser l’éolien c’est se rendre dépendants du charbon allemand et du nucléaire français. Actuellement, les producteurs suisses d’électricité (BKW, EWZ…) détiennent en Europe 1000 éoliennes, soit PLUS que la production prévue par la SE2050:
    https://www.rts.ch/info/suisse/8810775-environ-mille-eoliennes-en-europe-detenues-par-des-fournisseurs-suisses.html

    On immobilise l’essentiel des ressources de la taxe prélevée sur le réseau en bloquant ainsi environ 30’000 projets solaires qui pourraient démarrer très rapidement, et sans opposition.

    Si l’éolien ne marche pas en Suisse, c’est bien parce qu’il y a des raisons: comment voulez-vous imposer des monstres de 200 mètres de haut qui génèrent 100 décibels à 300 mètres des habitations? En Bavière, la distance minimale est de 10x la hauteur. Partout on impose des distances minimales, sauf… en Suisse.

    Plutôt que de s’obstiner dans un cul-de-sac, il est temps de prendre compte des réalités et de tourner la page.

  • 6
    Jean-Marc Chapallaz

    EOLIENNES ET GRANDE DIXENCE: Un argument qui revient fréquemment est la comparaison entre éolien et Grande Dixence. Ceci en présentant l’éolien comme un projet innovant, en insinuant que les opposants à la dissémination d’une multitude d’éoliennes géantes sur nos plus belles régions encore intactes sont rétrogrades et égoïstes. Or les défenseurs de tels arguments font l’impasse sur une analyse entre deux concepts qui ne sont pas comparables quant à leurs conséquences tant économiques que sociales sur les régions périphériques et le pays entier.

    La GRANDE DIXENCE, un grand barrage au fond d’une vallée, a apporté moult avantages pour les régions concernées et pour l’économie nationale.
    Les barrages, les conduites forcées, les turbines et les générateurs ont été conçus par des ingénieurs suisses et construits par des entreprises suisses.
    Des milliers de places de travail en Suisse, et des exportations boostées.
    La Grande Dixence produit 2’000 GWh par an d’électricité, soit l’équivalent de plus de 500 éoliennes industrielles de 200m de hauteur, une électricité de grande valeur.
    Le projet de La Grande Dixence fut donc un projet gagnant-gagnant à l’échelle nationale et fait la fierté des Suisses

    L’EOLIEN INDUSTRIEL, des centaines d’aérogénérateurs dispersés dans les régions périphériques, majoritairement sur les crêtes du Jura et sur le plateau.
    Technologie entièrement importée, du projet jusqu’à la télégestion en passant par la fabrication et la maintenance. Crée pas ou peu d’emplois qualifiés en Suisse.
    L’électricité éolienne est sans valeur et doit être subventionnée : 500 éoliennes de 2.5MW, produisant 2’000GWh par année vont coûter 250 millions de CHF par an au contribuable suisse, soient 5 milliards de CHF sur 20ans et ce sont des importations que l’on subventionne.
    L’éolien industriel est un projet perdant-perdant à l’échelle nationale, il ne fera aucunement la fierté des Suisses qui n’auront rien fait qu’acheter des équipements à l’étranger sans rien créer par eux mêmes.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP