Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Automatisation et emploi: des conséquences à anticiper

La transformation du marché du travail appelle des changements pour la formation, la fiscalité ou la politique sociale

Photo Dan Boss
Photo Dan Boss (licence CC)

Il y a déjà plus de 20 ans, l’économiste américain Jeremy Rifkin prédisait «la fin du travail». Avec l’automatisation croissante de la production et le développement des robots, cette prédiction semble très proche de sa réalisation. Bien avant lui (1930), John Maynard Keynes assurait qu’en 2030 la semaine de 15 heures suffirait à produire les biens nécessaires à l’humanité.

Les analyses se succèdent, alternant l’annonce du pire et les conclusions rassurantes.

Frey et Osborne (2013) de l’Université d’Oxford estiment qu’environ la moitié des emplois vont disparaître aux Etats-Unis, contre 30 à 40% en Grande-Bretagne. Des chercheurs de la HES de Lucerne arrivent au même résultat en appliquant le modèle britannique à la Suisse. Plus optimiste, une étude de l’OCDE limite à environ 9% la perte d’emplois dans les pays membres.

Cet optimisme se fonde sur les expériences passées. Toutes les révolutions industrielles précédentes ont certes détruit des emplois, mais néanmoins elles ont vu le volume du travail augmenter.

Les pessimistes rétorquent que cette fois la rapidité et la nature de la révolution 4.0 ne permettent pas d’espérer un tel rattrapage. Et de suggérer comme Martin Ford l’instauration d’un revenu de base universel pour répondre au chômage de masse qui ne manquera pas d’advenir.

En définitive, ces multiples prévisions divergentes ne nous fournissent aucune certitude quant à l’ampleur de la destruction d’emplois, de la création de nouveaux emplois ni quant à la transformation des métiers – par exemple salariés ou indépendants sur le modèle d’Uber.

Caspar Hirschy, historien des sciences à l’Université de Saint-Gall, note qu’à chaque révolution industrielle, les sociétés ont peiné à résoudre le problème de la redistribution des richesses plutôt que celui de l’emploi. Il craint que l’automatisation ne serve de prétexte commode aux élites politiques et économiques pour se soustraire à leurs responsabilités: l’automatisation relèverait d’une fatalité qui empêcherait une politique active de l’emploi.

Malgré cette incertitude, nous pouvons pourtant travailler sur les variables disponibles pour faire face à cette transformation profonde de nos rapports au travail. La Suisse s’y prépare et ne cache pas son optimisme: «Il y a tout lieu de penser que la numérisation, comme jusqu’ici le progrès technologique, se traduira par de nouvelles formes d’emploi et par une progression globale de l’emploi», affirme le Conseil fédéral dans un rapport de novembre dernier.

La formation vraiment continue

Il s’agit tout d’abord de mettre l’accent sur la formation. Grâce à la nouvelle loi sur la formation continue, la Confédération peut maintenant soutenir financièrement la formation de base des personnes peu qualifiées ainsi que la formation continue. Cette dernière, on le sait, attire surtout les salariés les plus qualifiés. Cette offre doit être élargie, généralisée même. Ainsi un compte formation pourrait être ouvert pour chaque résident, utilisable tout au long de la vie. Il répondrait à l’exigence d’égalité de traitement, celles et ceux n’ayant pas eu la chance de suivre une formation de base régulière pouvant alors bénéficier de cette chance plus tard.

Par ailleurs, un effort significatif paraît indispensable pour former ici à des emplois pour lesquels nous faisons actuellement appel à de la main-d’œuvre étrangère. On pense en particulier au personnel soignant, aux ingénieurs, aux informaticiens. Les cantons qui rognent leur budget de formation et limitent le nombre de classes de degré secondaire supérieur n’en prennent pas le chemin.

Les transformations probables du statut de l’emploi et le développement du travail indépendant impliquent l’adaptation des droits et des garanties sociales. Le Conseil fédéral n’en perçoit pas encore le besoin. Pourtant l’automatisation va remettre en question en particulier le financement des prestations sociales par le prélèvement sur les salaires.

La plus-value créée par la robotisation va-t-elle profiter aux seules entreprises? La baisse prévue de l’imposition des bénéfices et le moins-disant fiscal auquel conduit la concurrence intercantonale ne présagent pas d’une redistribution équitable de la richesse produite. Cette redistribution pourrait passer par une baisse substantielle du temps de travail sans perte salariale, une manière d’ouvrir plus largement l’accès au marché du travail.

La Suisse est comparativement mieux préparée à la révolution 4.0 de par le niveau de formation de sa main-d’œuvre et la structure de son économie largement tertiarisée. Mais le Conseil fédéral aurait tort de se reposer sur ces avantages. Le vent de la numérisation imposera des réaménagements sérieux aux politiques de la formation et du marché du travail, tout comme aux politiques sociale et fiscale.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/32688
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/32688 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Mais tout cela n’est valable que si l’énergie et les matériaux suivent…

    L’énergie électrique est produite à environ 75 % (dans le monde) grâce aux centrales thermiques à charbon, à gaz, voire à pétrole ou fioul.

    Les matériaux nécessaires à cette révolution technologique ne seront probablement pas à disposition longtemps (indium très limité, pics de production en vue, terres rares en majorité sur le territoire chinois, conditions d’extraction de plus en plus difficiles, etc.)

    Toutes choses égales par ailleurs, la révolution est en marche. Mais “toutes choses” sont-elles vraiment égales par ailleurs ? Rien n’est moins sûr…

  • C’est un excellent article qui nous apporte un éclairage nuancé et fort documenté sur un phénomène aussi complexe que l’impact de la révolution numérique sur l’emploi. A vrai dire l’interrogation sur les conséquences économiques et sociales du progrès technique n’est pas nouvelle; mais il est vrai aussi que la perception des effets du changement technique sur le marché du travail est variable selon les époques et la nature des vagues d’innovation. Aujourd’hui il n’est pas excessif d’affirmer qu’on assiste à une dramatisation des conséquences de la révolution numérique et d’aucuns vont même jusqu’à évoquer la disparition du salariat au profit des travailleurs indépendants et propriétaires de leur outil de travail. C’est la vision ubérisée du monde dont le chantre est le jeune Président de la République française.

    Comme le montre le papier de M. Delley il est prématuré de tirer des conclusions définitives dans la mesure où les études empiriques divergent quant à l’évaluation de l’impact de la révolution numérique sur l’emploi, Quoi qu’il en soit celui-ci va changer de forme, mais il est peu probable qu’il se raréfie au point d’enfermer les individus dans une forme d’assistanat ad vitam aeternam via le revenu universel ou bien de les ’inciter à renoncer à former des projets utiles individuellement et socialement, comme par exemple fournir un effort pour se former et trouver sa place dans la société.

    Par ailleurs on peut se demander si on n’a pas tendance à exagérer les conséquences de la révolution numérique à court terme et à sous-estimer ses conséquences à long terme. Et ce d’autant plus que l’histoire économique nous a toujours apporté la preuve que les effets positifs à long finissent toujours par l’emporter sur les effets négatifs à court terme quand l’économie est affectée par des chocs technologiques. Il va sans dire que le progrès technique a des effets ambivalents: d’une part il supprime les tâches répétitives et dangereuses et d’autre part il génère une insécurité professionnelle que le marché ne sait pas traiter, car elle joue comme une externalité négative.

    A cet égard des enquêtes montrent que de plus en plus de salariés se rendent à leur lieu de travail avec la peur au ventre d’être remplacés par un robot ou un logiciel. Là, on est de toute évidence face à de nouveaux risques que seul un Etat assureur et incitateur peut prendre en charge: par exemple déprécariser le travail en protégeant les individus et non les emplois ou donner des incitations aux individus et aux entreprises pour une formation tout au long de la vie avec la nécessité de mettre le paquet sur la formation de base et la formation continue. Mais aussi il faudrait revisiter le système fiscal et parafiscal afin d’introduire une dose d’équité en matière de redistribution des revenus primaires. Ainsi la généralisation des robots dans le système productif a de fortes chances d’induire une éviction des salariés avec à la clé une baisse des cotisations pour le système des retraites, de l’assurance chômage et la sécurité sociale (santé, accidents de travail…).

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP