Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Anthrax: La grande peur du bio-terrorisme

Peut-être faudrait-il décréter un moratoire sur les articles relatifs à B. Anthracis, bacille contre lequel Pasteur avait déjà établi un vaccin, bacille répondant aux antibiotiques communs, bacille voyageant lentement (par poste) Ð et qui réussit néanmoins à infecter l’ensemble des médias globaux. Au point où la référence mondiale en terme de maladies infectieuses (sise à Atlanta) doit retirer ses informations publiées sur Internet, pour ne pas rajouter à la panique. L’Union Européenne ayant abandonné l’idée de créer un centre similaire au profit de la mise en réseau des centres nationaux, les informations fiables se trouvent enfouies dans les archives des revues scientifiques, non accessibles aux moteurs de recherche communs.
Les maladies infectieuses sont affaire de santé publique. Cela signifie, former le personnel sanitaire à reconnaître les symptômes, le protéger (notamment par des vaccinations) pour éviter les images inquiétantes de médecins en masque à gaz devant des immeubles scellés expliquant que l’anthrax n’est pas contagieux Ð ce qui est techniquement vrai. La perspective « santé publique » permettrait aussi de rappeler ce paradoxe que l’on semble « accepter » au chapitre infections ; les morts sont bien plus nombreux par intoxication alimentaire ou par infection hospitalière.
D’autre part, les agents infectieux sont affaire de recherche scientifique. L’anthrax est un microbe fascinant. Il a mis au point un système de transport vers l’intérieur des cellules hôtes pour y injecter ses toxines ; cette « seringue cellulaire » pourrait être utilisée pour véhiculer des substances thérapeutiques Ð beaucoup de groupes y travaillent. Ce que les scientifiques devraient, par devoir civique, souligner, c’est qu’il n’est pas facile du tout de préparer l’Anthrax Ð ou d’autres agents biologiques Ð en vue d’une guerre biologique. L’idée qu’on pourrait le faire fermenter dans l’évier de la cuisine est un mythe ; et c’est faux aussi de croire que seule la dissémination de l’agent poserait des problèmes techniques. Une évaluation à sang froid de la secte Aoum, qui a investi des années et des dizaines de millions de dollars dans la guerre biologique montre qu’elle a échoué complètement, au point de devoir recourir in fine au chimique (gaz Sarin).
Les perspectives politiques, enfin. A vrai dire, les Etats-Unis vivent dans la fascination du bio-terrorisme : une conférence de haut niveau aurait été convoquée par Clinton après lecture d’un roman de science-fiction ! Alors que le nombre de décès au 20e siècle lié au bioterrorisme (aux USA) se monte exactement à un.
L’administration Bush a refusé jusqu’ici d’ajouter à la Convention sur les armes biologiques un protocole de contrôle efficace, fondé sur des visites impromptues. En vertu du nationalisme prôné par ceux-là même qui déverseront des millions dans la recherche militarisée, une visite des sites américains est une entorse à la souveraineté nationale. Les événements actuels parviendront-ils à faire reconnaître le besoin de donner à la communauté internationale des instruments de contrôle qui s’appliquent à toutes les nations ? ge

Source : Science, 27 avril 2001 ;
Site de la Federation of american scientists, www.fas.org.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/3252 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/3252
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Faire un don avec Twint

Don de CHF 50.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don de CHF 100.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don libre avec Twint

Thématiques

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP