Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Génétique: Merci les embryons

Entre une interdiction totale par crainte de dérives et une recherche illimitée, la Suisse doit ouvrir le débat sur l’utilisation des embryons.

Je mesure un dixième de millimètre ; je n’ai ni tissus, ni organes, ni système nerveux, ni sensibilité, ni sang ; je flotte librement, soit dans le tube naturel d’origine, soit dans un récipient de laboratoire ; le 80 % de mes semblables ne se développera pas, malgré les meilleures intentions de la nature ou du corps médical ; je suis une petite sphère qui peut donner naissance, toutes circonstances réunies, à un ou plusieurs individus. Qui suis-je ? Un embryon préimplantatoire, qui peut vivre, indifféremment, dans le corps de sa mère ou au laboratoire.
L’embryon est protégé. Notre Constitution en interdit tout commerce (art 119, e) : « il ne peut être fait commerce du matériel germinal humain ni des produits résultant d’embryons» ; la Loi sur la procréation médicalement assistée
(art 5, 3) précise que « le prélèvement d’une ou plusieurs cellules sur un embryon in vitro et leur analyse sont interdits ». Cette interdiction vise particulièrement le diagnostic préimplantatoire, dans l’optique de prévenir toute dérive vers la sélection d’embryons.
Mais en 1998, c’est la découverte des « cellules souches » humaines. Elles sont à la fois une grande promesse pour la médecine et horriblement difficiles à manipuler, comme les chercheurs l’ont déjà vécu avec les cellules souches de la souris. L’embryon préimplantatoire se voit ainsi doté d’une finalité potentielle supplémentaire, celle d’être la source de cellules qui pourraient être implantées dans d’autres êtres humains pour le traitement de maladies graves. Cette promesse se dessine au moment même où il faut décider du sort des embryons dits « surnuméraires» créés par la technique de la fertilisation in vitro, désormais généralisée, et conservés dans une sorte de «non vie » dans l’azote liquide. La Loi sur la procréation assistée les voue à la destruction, au plus tard en 2003.

L’urgence du débat

Le débat éthique sur l’instrumentalisation des embryons peut, je crois, se dérouler sereinement. De grandes personnalités, comme Albert Jacquard et Axel Kahn, que l’on ne peut pas soupçonner de succomber aux dérives techniques, entrent en matière sur l’utilisation des embryons comme source de cellules souches. « Utiliser de tels embryons surnuméraires avec l’accord des géniteurs, dit Axel Kahn, pour une recherche dont on espère un progrès thérapeutique, ne me paraît pas contradictoire avec le respect dû à la singularité de l’embryon ; et d’autre part, lui offre même l’occasion d’une nouvelle proximité avec un projet humain qu’il n’aurait plus sans cela ».

Nouvelles finalités

La Suisse interdit la production des cellules souches embryonnaires humaines. Cette interdiction est issue de la peur de leur manipulation à des fins de sélection et d’eugénisme. La finalité de la manipulation change avec les cellules souches ; le débat éthique et légal doit reprendre.
Les chercheurs suisses ont accéléré la cadence en décidant d’importer des cellules souches déjà produites pour les multiplier dans leur laboratoire. La recherche scientifique, par nature opportuniste, exploite les failles du métabolisme cellulaire comme celles de la législation. Dans une période où nous sommes confrontés quotidiennement à l’arrogance de l’économie, il ne faut pas y ajouter l’arrogance de la science. Mais tout faire pour que les chercheurs puissent utiliser les cellules souches en toute clarté ; la vraie urgence, c’est celle du débat. ge

Sources : Albert Jacquard et Axel Kahn, L’avenir n’est pas écrit, Bayard, 2001.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/3250 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/3250
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Faire un don avec Twint

Don de CHF 50.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don de CHF 100.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don libre avec Twint

Thématiques

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP