Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

OGM: Comment croiser démocratie et génie génétique ?

Affronter avec imagination les problèmes liés à la révolution génétique, c’est le pari, courageux, tenté par la Nouvelle-Zélande.

Avec la campagne parfois féroce de l’initiative sur la protection génétique (juin 1998), une Suisse pionnière démontrait que les citoyens dans leur ensemble étaient tout à fait capables de saisir les enjeux démocratiques et sociaux d’un problème à priori technique et réservé aux experts. Ce capital de savoir-faire démocratique, l’avons-nous bien entretenu ? Nous avons certes Ð conséquence du débat d’alors, qui fit sortir les chercheurs de leurs places fortes Ð une commission éthique du domaine extra-humain qui fonctionne ; récemment, nous avons fait la fête sous l’égide de Science-Cité, une fondation érigée par le Parlement pour créer les interfaces entre les scientifiques et la société, dont l’initiative avait démontré la dangereuse carence. Finalement, quelques publiforums, très sages, appuient la démocratie participative dans le domaine génétique et biomédical.

L’exemple néo-zélandais

En revanche, il devient difficile de suivre les lenteurs administratives puis parlementaires du paquet GenLex, et on peut mettre au défi même les aficionados d’expliquer la dernière byzanterie qui a empêché, à nouveau, le paquet de parvenir au plénum du Parlement, où les discussions ne manqueront de s’éterniser. On s’enlise.
C’est dans ce contexte qu’une récente initiative néo-zélandaise me paraît très intéressante. La Nouvelle-Zélande, petit pays de quatre millions d’habitants dont 12 % de Maoris, table sur la compétitivité de ses exportations agricoles ; celle-ci baissant, la tentation de miser sur les gains de productivité promis par la révolution génétique est vive ; les Verts, petit parti, et opposants inconditionnels au génie génétique appliquée à l’agriculture, sont indispensables à l’alliance politique au pouvoir actuellement ; ils obtiennent l’instauration d’une Royal Commission on Genetic Modification, mandatée pour faire le bilan dans toutes ses ramifications du génie génétique et pour dessiner l’avenir de la technologie dans le pays. Ces commissions royales, héritage anglais, sont indépendantes du gouvernement, et diffèrent d’une commission d’experts par leur pouvoir quasi judiciaire de convocation et d’interrogation.

Séances publiques dans tout le pays

Les quatre membres de la commission (un juge à la retraite, une biologiste, un évêque anglican et un guérisseur Maori) organisent, en l’espace d’un an, quinze séances publiques, dispersées dans tout le pays pour enregistrer l’opinion des citoyens ; ils tiennent, pour les Maoris, onze autres « hui », (séances communautaires), écoutent en public, avec témoins et contre-témoins, cent-sept experts, recoivent en tout plus de dix mille soumissions individuelles.

Propositions franches et décisions concrètes

Au départ, les opposants aux génie génétique sont convaincus, au vu des sondages, que la commission concluera à la transformation de la Nouvelle-Zélande en zone sans OGM ; mais ce « tribunal transparent », par la collecte systématique des avis et contre-avis, relativise les positions extrêmes, crée un climat de confiance qui lui permet de conclure de manière très ouverte en faveur de l’introduction sélective de l’agriculture transgénique en Nouvelle-Zélande. Certaines conclusions, comme la création d’une commission unique de bioéthique, étaient prévisibles. D’autres, comme la simplification des règles pour les essais en plein air, ainsi que le relâchement conditionnel des OGM dans les exploitations sont neuves et méritent d’être suivies avec attention. La commission propose aussi un effort de recherche massif à la fois dans l’agriculture transgénique et l’agriculture biologique. Le gouvernement néo-zélandais a jusqu’au 31 octobre pour présenter son plan de mise en œuvre des recommandations.
Le génie génétique suscite des craintes justifiées mais diffuses qui ne s’élèvent pas, pour l’heure, au rang de préoccupation majeure des citoyens. Un débat ouvert et organisé, débouchant sur des décisions concrètes est l’antidote à la lassitude dépressive qui nous menace. ge

Sources : Nature, 9 août 2001. Le rapport de la commission royale se trouve sur www.gmcommission.govt.nz.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/3247 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/3247
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP