Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Recherche scientifique: De utilitate

La recherche scientifique doit savoir se vendre. Ainsi des trois prix Nobel récompensés pour leurs travaux sur la maladie d’Alzheimer. L’un des trois seulement a fait avancer de manière significative la compréhension de cette maladie.Plaidons non seulement pour l’utilité de la recherche scientifique mais aussi pour la curiosité.

Les Nobel 2000 de médecine ont été attribués, selon les manchettes des journaux, à d’éminents chercheurs dont les travaux ont fait progresser de manière significative la compréhension et le traitement des maladies de Parkinson et d’Alzheimer. Demi-vérité. Des trois nobélisés, seul Carlsson, célèbre pour avoir démontré que la dopamine était un neurotransmetteur en bonne et due forme, a contribué directement à la démonstration de la déficience en dopamine des parkinsoniens et à la mise au point d’un traitement.
Les deux autres, Kandel et Greengard, se sont passionnés toute leur vie pour la synapse, ce contact minuscule entre cellules nerveuses, lieu de passage et de régulation de l’information. Dans les maladies d’Alzheimer et de Parkinson, comme dans de nombreuses autres, les synapses sont « affectées » ; mais consacrer sa vie à une structure de la taille du millionième de mètre et essayer d’extraire le ballet moléculaire complexe qui régit son fonctionnement ne signifie pas que l’on s’est intéressé directement aux maladies cérébrales du genre humain.

Le bon usage et la curiosité

A mesure que s’estompe la frontière entre recherche fondamentale et appliquée, se dessine peut-être une autre, qui partage la recherche fondamentale entre une recherche inspirée par l’utilité ou l’usage Ы use-inspired », selon l’expression consacrée Ð et une recherche animée par la curiosité. Les deux « variantes » sont bien visibles dans le monde de la recherche fondamentale : tenter de savoir ce qui ne marche pas dans la synapse des schizophrènes, ou essayer de comprendre comment fonctionne en soi la synapse, c’est utiliser les mêmes techniques, les mêmes méthodologies, faire passer le même type d’article dans les mêmes publications.
Par contre, les différences sont flagrantes quand on parle financement. Pendant les longues années de vaches maigres, une migration massive de la recherche « use-inspired » s’est effectuée vers les laboratoires publics ; de là peut-être l’habitude de parler « Alzheimer » dans les demandes de subsides, alors que l’on pense « phosphokinases synaptiques ».
La logique qui en découle, c’est d’exiger de tous les chercheurs de démontrer l’utilité de leur recherche. Cette exigence a atteint probablement ses limites. On se rappelle peut-être l’indignation des chercheurs par rapport à un article de l’initiative de la protection génétique qui demandait de démontrer l’utilité des expériences transgéniques ; ou plus récemment le révolte des scientifiques indignés des programmes-cadre européens où les considérations d’utilité (immédiate) socio-économique pénalisent les chercheurs universitaires.
Il faut réhabiliter celles et ceux qui sont mus par la curiosité, avec le risque de tomber dans l’ésoterisme, et soutenir les autres qui, courageusement, attaquent les maux de l’humanité, avec de plus grands risques de se retrouver les poches vides. Le mélange ici des deux genres n’apporte pas de clarté. Ceux qui semblent réussir à contribuer effectivement au traitement des maladies sont ceux qui ont conçu dès le départ leur recherche fondamentale dans cette orientation, à l’exemple du récent succès de l’équipe planétaire de Patrick Aebischer dans un traitement prometteur de la maladie de Parkinson. Mais cette recherche nécessaire n’efface pas les efforts de ceux qui passent une vie sur un escargot marin parce qu’il possède les plus belles synapses (c’est-à-dire les plus grosses) sur terre. ge

Post-scriptum

Dans une veine plus légère, zoom sur le « IG-Nobel » (jeu de mots raté sur ignoble) prix qui récompense chaque année les recherches qui ne pourraient ni ne devraient être répétées. Le prix de médecine de l’an 2000 a été attribué à une équipe hollandaise qui a réussi a faire des images d’un coït (humain) en résonance magnétique. Déception d’un côté, la pénétration n’ayant duré, dans les dures conditions de l’analyse médicale, que quatorze secondes ; satisfaction de savoir qu’effectivement l’organe pénétrant pénètre et a, à ce moment, la forme d’un boomerang (sic). Quand on ne sait pas que faire de l’équipement hospitalier ?

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/3236 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/3236
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Faire un don avec Twint

Don de CHF 50.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don de CHF 100.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don libre avec Twint

Thématiques

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP