Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Génie génétique: Le tout biologique

A quand des recherches à visée philosophique associant médecine, technologies et sciences humaines ?

Le projet génome humain arrive au terme de sa première étape Ð félicitations. Le « but ultime », a-t-on proclamé pour l’occasion, est de déchiffrer l’ensemble des gènes de l’espèce humaine pour disposer bientôt d’une boîte à outils performante pour la réparation sélective de nos misères corporelles et pour la prédiction individualisée de nos susceptibilités aux accidents métaboliques et physiologiques. Cette ambition suscite à son tour des inquiétudes, immédiates, comme l’accès aux bases de données et la multiplication effrénée des brevets, et, à plus longue échéance, d’une médecine prédictive où le poids total de la responsabilité de l’état de santé incomberait à l’individu par son comportement.

Héritabilité de l’intelligence

Le volet bio-médical du projet tourne à plein rendement, et mais est-ce vraiment son but ultime ? Déchiffrer notre génome c’est aussi se placer dans le champ jadis réservé à la philosophie pour comprendre ce qu’est l’être humain en tant qu’espèce et en tant qu’individu. Le projet public génome humain a certes été l’occasion du plus grand investissement en sciences sociales jamais réalisé ; malgré cela, je crains que soient désuets ou inadéquats les outils qui nous permettent d’articuler d’un côté les bases biologiques de nos comportements, et bientôt les « gènes de » ces comportements avec les notions fondatrices de la démocratie (égalité) et de la responsabilité individuelle.
Dans les années soixante-dix, nous débattions de « l’héritabilité de l’intelligence », et nous avons enterré la sociobiologie car les défenseurs d’une héritabilité forte avaient eu recours à des données truquées (ils avaient faussé le nombre des faux vrais jumeaux séparés à la naissance). Vingt-cinq ans plus tard, on pourrait, par clonage, créer un nombre suffisant d’humains pour répéter l’expérience, mais surtout les biologistes produisent une liste en croissance explosive de gènes associés à des comportements humains complexes. Les débats des années soixante-dix ont été dominés par les notions d’inné et d’acquis ; ces notions sont-elles adaptées à l’univers de la biologie moléculaire ? Tout laisse présager que non, car pour le dire de manière polémique, « rien n’est acquis, rien est inné, tout est interaction »

Psychologie évolutive

Recourir à Darwin est tout aussi difficile. La notion d’adaptation peut-elle facilement servir de fondement à nos comportements ? La psychologie évolutive le croit, qui classe les comportements humains en comportements adaptés (c’est-à-dire retenus spécifiquement par la sélection naturelle) et comportements parasites (conséquence secondaire, déchet de la sélection naturelle), jouer du piano par exemple. C’est là un trait qui n’a pu être, faute de temps, retenu par la sélection ; il est le produit indirect d’autres sélections, l’ouïe fine du guetteur et l’adresse digitale du cueilleur de noisettes. Pour montrer l’ambiguïté de l’approche, un livre qui fera prochainement fureur chez nous, A natural history of rape. Pourquoi certains comportements violents et réprouvés se maintiennent-ils dans l’espèce humaine ? C’est qu’ils sont adaptés : la violence sexuelle, par exemple. Sans le viol, certains mâles n’auraient pas de chance d’avoir des descendants et de transmettre leurs gènes, dit cette approche. D’ailleurs, ajoute-t-elle, ces mâles s’en prennent de préférence à des femmes en âge d’avoir des enfants. Et quand on oppose le nombre disproportionné des petites filles violentées, la réponse est que l’apparition précoce des signes sexuels secondaires trouble ce comportement adaptatif. Et ainsi de suite Ð l’approche est imparable. On aboutit à une justification automatique de ce qui existe, du « meilleur des mondes possibles » évoqué par Voltaire.
A l’heure où nous entrons dans l’ère de la génomique fonctionnelle, nous manquons de projets ambitieux qui puissent intégrer bio-médecine, technologie et sciences humaines afin de forger des outils pour comprendre le monde. ge

Source : Nature, 9 mars 2000.
R. Thornhill & C. T. Palmer, A natural history of rape : biological bases of sexual coercition, MIT Press, 2000.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/3225
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/3225 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP