Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Redevance radio-TV: les vrais sujets cachés

L’initiative No Billag n’a rien d’autre à proposer qu’un dogme anti-service public

Photo Nicolas Nova
Photo Nicolas Nova (licence CC)

Ce jeudi, le Conseil national va probablement rejeter l’initiative visant à supprimer les redevances radio et télévision. Le Conseil des Etats s’est déjà prononcé le 7 mars et a refusé ce texte qui n’a reçu aucun soutien à la Chambre des cantons.

Cette initiative s’en prend à l’article 93 (Radio et télévision) de la Constitution fédérale dont elle renouvelle les deux derniers alinéas. Le quatrième prévoit que la Confédération «ne subventionne aucune chaîne de radio ou de télévision […]» et le cinquième qu’«aucune redevance de réception ne peut être prélevée par la Confédération ou par un tiers mandaté par elle».

Ces propositions sont littéralement insensées et traduisent avant tout la haine que certains milieux, surtout en Suisse alémanique et dans une droite extrême, vouent à la SSR. La mise en vigueur de ce texte signifierait tout simplement la fin du service public de radio et de télévision tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Rappelons, comme le souligne le Message du Conseil fédéral, que les programmes des télévisions étrangères atteignent une part de marché de 65%, ce qui est bien sûr considérable, mais inévitable. Nous sommes entourés de grands pays qui parlent les mêmes langues que les nôtres et dont les médias publics et privés disposent de moyens sans commune mesure avec ceux des chaînes helvétiques. Malgré tout et grâce à la redevance, la SSR parvient à jouer son rôle et à maintenir un niveau de qualité élevé.

La situation est très différente pour la radio. Les programmes de la SSR attirent 65% des auditeurs, ceux des stations suisses privées autour de 30%. Les radios étrangères semblent peu écoutées et leur part ne dépasse pas 5%. Il s’agit là bien sûr de chiffres globaux qui masquent d’importantes différences régionales et d’écoute selon l’heure de la journée. Il nous semble, de manière très intuitive, que le taux d’écoute des stations de Radio France doit très largement dépasser les 5% dans l’Arc lémanique.

Et n’oublions pas l’existence même du cinéma suisse qui dépend aujourd’hui très largement des financements apportés par la SSR. Un montant de 27,5 millions est engagé entre 2016 et 2019 pour soutenir des coproductions à raison de 14 millions pour des téléfilms, 9 millions pour des longs métrages, le solde allant aux films d’animation et à différents projets. Sans cette manne qui reste modeste en comparaison internationale, le biotope du cinéma suisse, déjà fragile, maisons de productions, techniciens, actrices et acteurs, risque de disparaître purement et simplement.

Mais la cohésion du pays à travers la circulation des informations et des commentaires, la qualité du travail journalistique et des émissions de divertissement sont largement liés au maintien des moyens financiers que permet la redevance.

Naturellement, le vote du Parlement ne préjuge pas celui du peuple. En fait, au-delà du débat sur cette initiative, le financement de la radio et de la télévision publiques devrait conduire à deux catégories de réflexions qui sont, elles, tout à fait légitimes.

Affaires de coûts et de prix

L’intitulé marketing de cette initiative, «No Billag», est devenu sans objet puisque Billag n’assurera plus la récolte de la redevance au-delà du 31 décembre 2018. Pour la suite, un appel d’offres a été lancé qui a conduit à la sélection de la société Serafe.

Celle-ci est une filiale de l’entreprise zurichoise Secon AG qui travaille comme sous-traitant pour des assurances-maladie telles qu’Atupri et Helsana. Collecter des primes d’assurances ou des redevances de radio-TV sont des activités administratives qui ont en effet des points communs.

Toutefois la différence dans le montant des offres faites par Billag et Serafe nous rend quelque peu perplexes. Billag touche aujourd’hui 54 millions par an alors que Serafe a été choisi avec une proposition à 17,6 millions. Nous pouvons faire trois hypothèses. Tout d’abord Billag est tellement mal géré que ses frais administratifs sont exorbitants. La seconde hypothèse est que Secon, qui est derrière Serafe, est extraordinairement performant et peut travailler avec un montant qui n’est que le tiers de celui que touche Billag. La dernière hypothèse est celle d’un dumping de Secon pour emporter le marché.

Nous ne trancherons pas, mais nous suggérons aux parlementaires et à l’administration fédérale de suivre de près la préparation du travail de Serafe en 2018 pour éviter les gros titres des journaux en 2019 sur la pagaille autour de la perception de la redevance.

La seconde catégorie de réflexions concerne le montant de cette redevance et son assiette. Elle se monte aujourd’hui à 451.10 francs par année et par ménage. Le passage à une taxation de tous les foyers fiscaux dès 2019, et non seulement à ceux qui consomment effectivement des programmes de radio et de TV, pour parler clair en éliminant ainsi les fraudeurs, devrait faire baisser ce montant à moins de 400 francs.

Mais c’est aussi l’occasion de réfléchir à nouveau aux exonérations et aux exemptions sociales qui accompagnent normalement tout projet de taxation. Il s’agit là de vrais sujets politiques quelque peu oubliés aujourd’hui en raison de cette initiative absurde sur la suppression de la redevance.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/32110
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/32110 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Vous parlez d’une haine à l’égard de la SSR mais n’évoquez pas les raisons de cette haine.

    La haine ne naît pas toute seule ni ne tombe du ciel.

    Depuis le début de la discussion Billag, tant les défenseurs de la SSR, ses cadres dirigeants (Gilles Marchand), que les appréciations politiques (voir le Message que vous mettez en lien, 2.2 Importance du service public pour la société et la démocratie) font semblant de croire qu’il n’y aurait aucun problème concernant l’activité politique de la SSR (chut… surtout ne pas en parler.)

    Or, la politisation des rédactions de la SSR est un gros problème pour notre démocratie, des quarterons de journalistes qui ont confisqué et confisquent l’information pour faire prévaloir leurs idées quitte à transformer ou passer sous silence les faits, ou parallèlement pour faire prévaloir les versions officielles que le Conseil fédéral veut voir diffusée dans le peuple.

    Les citoyens ne sont plus dupes. Ce que vous appelez haine est une prise de conscience et une réaction face au mépris constant des rédactions politiques de la SSR envers le peuple de ce pays.

    Sans parler de la désinformation constante qui porte aujourd’hui sur bientôt deux décennies à propos de la libre-circulation des personnes, dont les faits trop nombreux pour être évoqués ici sont pourtant aujourd’hui documentés (ex. les chiffres faux et suréavalués, jamais rectifiés qui ont présidés au vote de l’extension de la libre circulation des personnes en 2009, l’affaire Leuthard dont la SSR n’a jamais pipé le moindre mot…), je peux vous informer que la SSR est nommément citée pour complicité dans la plainte pénale qui a été déposée à propos de la violation de la Constitution de décembre 2016 et parce que son silence a favorisé ce qui n’a rien été d’autre qu’un coup d’Etat.

    Lorsque les voix de près de 2 millions de Suisses sont confisquées et détournées par un parlement et que la télévision publique (SSR) désigne cette forfaiture comme une “application light” de la loi, vous avez tort de faire semblant de rien et de croire qu’il ne va rien se passer.

    Le paradigme du passé où des cliques de journalistes politiques arrogants pouvaient manipuler l’opinion du peuple dans notre pays, c’est fini. La SSR, qui pour le coup ne semble pas très bien informée, va l’apprendre à son dépens.

    Et là, en tant que citoyen, je suis navré pour les milliers de collaborateurs de la SSR qui eux n’en peuvent rien et n’ont rien fait.

    Au sujet de la plainte et des demandes pour des réformes de l’information en Suisse, voir ici :

    https://mouvement-9fevrier.org/actions-en-cours/plainte-aupres-du-ministere-public-de-la-confederation/

Ecrire un commentaire

Les commentaires ne sont mis en ligne qu'après validation par nos soins. Nous vous remercions de vos compléments et remarques, et encourageons une discussion vigoureuse mais courtoise et respectueuse. Nous nous réservons de ne pas publier les textes dont la forme ou le contenu ne sont pas appropriés.

Commentaire (max. 2000 signes)

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP