Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

De l’évolution: Blatte, ma sœur

Oui, en sciences, l’évolution, c’est passionnant. Quelques résultats,
pour l’exemple.

Le Kansas Board of Education Ð commission scolaire élue mais indépendante du gouvernement Ð a biffé le Big Bang, la formation de la terre et l’évolution des espèces du curriculum scientifique de l’école obligatoire. Les enseignants gardent le loisir de parler de l’origine de l’univers et de l’histoire du vivant, mais ces sujets ne seront plus matière à examen.
Dans la longue guerre que se livrent créationnistes et évolutionnistes aux États-Unis, cet épisode nous révèle la nouvelle, choquante selon The Economist, que « l’évolution est encore enseignée dans les écoles américaines », et ceci alors qu’un sondage Gallup récent indique qu’à peine 10 % des Américains ont une vue « sécularisée » de l’histoire de l’univers ; alors que 44 millions (20 % de la population) croient à la littéralité du récit de la création. (N’escamotons pas les bonnes nouvelles : 70 % de nos frères américains Ð le reste Ð pensent pouvoir accommoder une vie humaine digne de ce nom avec les données de la science, probablement en les ignorant.)

L’évolution, c’est comme le béret ?

Où la science a-t-elle failli pour qu’il y ait tant d’incompréhension ? Constat : « l’évolution » en sciences naturelles, est persuasive ; depuis qu’une certaine double hélice a recentré la biologie, l’étude de la stabilité, des mutations et de la transmission de l’ADN ont confirmé l’évolution comme un cadre théorique obligatoire. Pour la plupart des scientifiques, ce n’est pas une théorie comme le serait celle de la relativité, mais une référence, plus ou moins formulée. L’évolution, c’est ce par quoi la diversité du vivant arrive. Son mécanisme : la sélection. Sélection des meilleurs (fittest) ou sélection des plus chanceux, sélection de gènes ou sélection d’individus, sélection par concurrence ou par coopération, ce flou sur les mécanismes est toléré, sans qu’il remette en question le cadre général.
Tout ceci ennuie les théoriciens de la science et rappelle que la majorité des scientifiques « pratiquants » ne questionnent pas le substrat théorique de leur pratique. Autre incompréhension : le mot évolution a pris, dans le sens courant, une implication de « marche vers un plus ». Ce n’est pas le sens que lui donnent les biologistes ; « l’évolution, c’est comme le béret, ça n’a pas de sens », dit André Langaney. Si le taux d’oxygène devait chuter sur notre planète, notre beau cerveau cesserait immédiatement de fonctionner alors que l’humble tortue survivrait (c’est l’avantage évolutionnaire d’être idiot Ð ne le dites pas à vos enfants !).

La girafe, la souris, le cœlacanthe

Mais « l’évolution », c’est passionnant, en voici quelques exemples récents (été 99 dans Science). La girafe et la souris Ð tous les mammifères en fait Ð comptent le même nombre de vertèbres cervicales (sept) ; ailleurs, dans la queue par exemple, ce nombre varie grandement. Pourquoi donc la nuque est-elle contrôlée si strictement ? Hypothèse : le produit d’un des gènes (hox) qui intervient dans la formation des vertèbres du cou est aussi exprimé dans certains cancers. Une dose trop forte de hox, Ð ce qui se passerait en rajoutant des vertèbres cervicales, et le risque de cancer augmente.
Hypothèse évolutionniste : les mammifères chez qui cela est arrivé, et qui auraient pourtant eu un cou de cygne bien souple, n’ont simplement pas survécu.
Pourquoi, de tant de bêtes, le cœlacanthe a-t-il survécu pendant des centaines de millions d’années ? Une toute petite modification dans un pigment rétinien (deux acides aminés échangés) a conféré à ce « fossile vivant » la capacité de distinguer des objets à 200 mètres de profondeur océane, où, jusqu’à l’avènement de la pêche industrielle, il vécut heureux en chasseur efficace.
Pas de preuves scientifiques de l’évolution ? Reconstruisons-la en laboratoire. Douze colonies identiques, quinze ans de reproduction et 24 000 générations plus tard (il s’agit de bactéries ; l’équivalent en générations humaines se porterait à 500 000 ans), les descendants des douze colonies paraissent identiques au niveau comportemental. L’analyse de leur génome révèle pourtant de grandes divergences entre les groupes ; l’on parvient donc au même résultat par des voies multiples ?
Refus de théoriser (donc de débattre au même niveau que les dogmatiques), paresse de montrer au public comment on obtient les résultats « scientifiques » même sur des événements lointains, et incapacité de transmettre l’enthousiasme d’un cadre de pensée qui fait de la blatte notre petite sœur, et de la sélection, notre aïeule. ge

Sources : Science 25 juin, 9 juillet, 23 juillet, 30 juillet, 13 août, 20 août 1999.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/3210 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/3210

Thématiques

En relation

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP