Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Vive le «Republik»!

Un marketing à succès pour un projet qui mérite de séduire et fait communauté

Photo republik.ch

Pendant trois ans, ils ont travaillé – la nuit souvent – leur projet d’un magazine en ligne, indépendant et sans publicité. Ils ont rédigé un manifeste, développé leur dessein, défini leurs objectifs, établi un plan d’affaires, inventé un système de financement, constitué une équipe de journalistes et de techniciens.

Au début de l’année, une dizaine de personnes ont pris leurs quartiers provisoires en l’Hôtel Rothaus sis dans l’un des arrondissements rouges de la métropole zurichoise, le long de la fameuse Langstrasse, à dix minutes à pied de la gare centrale.

C’est devant le même hôtel que les premiers coopérateurs de Republik ont fait la queue, sous un parapluie multicolore, dès 7h du matin le mercredi 26 avril dernier, pour payer comptant leur part sociale de 240 francs, valant abonnement d’une année dès janvier 2018.

Ces vaillants pionniers ont inauguré, dans une joyeuse mise en scène, la plus efficace opération de financement participatifalias crowdfunding – jamais organisée et réussie en Suisse. Il s’agissait de trouver 3’000 abonnés et 750’000 francs en cinq semaines. Résultat obtenu le même jour, en à peine huit heures, par la grâce d’un site Internet finement pensé et fort bien mis en forme, simple, prompt et réactif à souhait.

Le 1er mai, la barre des 10’000 abonnés est franchie, celle des deux millions et demi de francs aussi. Le 19 mai, à 12 jours de l’échéance du crowdfunding et un peu plus de sept mois avant la mise en ligne de la première édition du magazine, Republik affiche plus de 12’000 coopérateurs-abonnés et plus de 3 millions de francs encaissés.

A ce montant s’ajoutent 3,5 millions de francs réunis l’automne dernier auprès d’investisseurs privés, de fondations notamment. Le modèle de financement prévoit que les investisseurs et les abonnés détiennent chacun environ 40% du capital, dont un cinquième reste donc en main des collaborateurs. Ainsi, aucun des trois groupes ne peut faire à lui seul la majorité. Rien à comparer avec les journaux dont l’un des copropriétaires majoritaires fait aussi partie de la minorité de blocage, comme dans le cas de Pierre Bergé au sein de la SA qui rassemble le groupe Le Monde, par exemple.

A noter que chacune des tranches de 2’000 abonnés supplémentaires à Republik correspond à une augmentation des effectifs de journalistes et de leurs prestations (nombre d’articles, d’enquêtes et aussi de recherches approfondies à 60’000 francs la pièce). Par leur versement, les futurs lecteurs, en grande majorité des agglomérations de Zurich, Bâle et Berne, savent qu’ils enrichissent le contenu de leur magazine à venir.

Republik devrait atteindre le seuil de rentabilité au bout de cinq ans. Un lustre qui aura exigé un investissement total de l’ordre de sept millions de francs.

Le désir d’une autre presse

Le succès rencontré par l’appel de fonds lancé par Republik correspond d’abord à une aspiration de la part des lecteurs potentiels. Constantin Seibt, 51 ans, et Christof Moser, 38 ans, les deux journalistes venus de la presse écrite qui ont imaginé la formule, ont parfaitement su exploiter les circonstances qui suscitent la méfiance à l’égard de l’information diffusée par les médias. Il suffit de penser aux effets ravageurs de l’élection-surprise de Donald Trump, du processus accéléré de concentration dans l’industrie de la presse, de l’accumulation de données permettant de devancer les désirs de l’internaute.

Autant de facteurs encourageant l’aspiration à une information plus crédible aux yeux des lecteurs – en ligne comme sur papier – qui se sentent davantage vendus aux annonceurs que destinataires de contenus originaux. D’où le contentement de pouvoir se défendre en commun, l’envie de participer ensemble à la création d’une offre alternative, bref de sacrifier au goût d’une aventure qui s’annonce bien.

De gauche à droite, les journaux existants soulignent tous, partagés entre une pointe de jalousie et la dénonciation d’un marketing opportuniste, combien le désir d’une autre presse pourrait d’abord être dans l’air du temps. Ainsi, la Wochenzeitung soupçonne Moser et Seibt d’utiliser l’histoire en évoquant jusque dans leur titre les temps de la République instaurant la liberté de la presse, et de le faire «sans rien perdre de leur flair pour les préoccupations actuelles». De son côté, la NZZ  am Sonntag relève qu’il existe encore de grandes maisons d’édition qui misent sur la qualité journalistique (suivez son regard) et que, de toute manière, la part des recettes publicitaires des journaux tend à diminuer, au point que le lancement d’un magazine en ligne exempt de publicité n’a «rien d’un acte héroïque».

Ces deux hebdomadaires tombent pourtant d’accord sur un point: ils souhaitent l’un et l’autre bon vent à ce magazine Republik tant attendu.

Pour notre part, nous nous réjouissons ouvertement de ce projet, parent dûment promu d’un Infosperber que nous apprécions tout spécialement. Le sens des proportions nous interdit de comparer Domaine Public à ces deux grands frères alémaniques, animés exclusivement par des professionnels, bénévoles dans le cas d’Infosperber. Nous reviendrons sur les initiatives comparables prises par d’autres journalistes pour prendre une part du marché, modeste et de surcroît hétérogène, de la presse en ligne en Suisse romande.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/31537 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/31537

Thématiques

En relation

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP