Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Les pétards mouillés des opposants à la Stratégie énergétique 2050

Dernières salves en vue de la votation du 21 mai

Photo xyz_man007
Photo xyz_man007 (licence CC)

Trop, trop peu, pas comme ça. Voilà en résumé les motifs des adversaires de la Stratégie énergétique 2050 adoptée par le Parlement et soumise au suffrage populaire le 21 mai prochain, qui doit concrétiser une politique énergétique axée sur les économies et les ressources renouvelables (DP 2159, 2161).

Passons sur le tous-ménages de l‘UDC distribué ces jours et qui cumule les mensonges les plus grossiers. Ce parti confond visiblement le débat politique avec un combat où tous les coups sont permis.

L’industrie des métaux et des machines, la chimie et la pharmacie pronostiquent une pénurie d’électricité à l’horizon 2030. Pour pallier la fermeture progressive des centrales nucléaires, ils misent sur les centrales à gaz, conscients pourtant de leur impact climatique. Les hôteliers-restaurateurs craignent une augmentation du prix du kWh. Mais d’autres branches – notamment les électriciens, qui bénéficieront de subventions et échappent à des objectifs d’économies, les assurances et les grands distributeurs du commerce de détail – appuient la Stratégie 2050, ce qui contraint Economiesuisse à renoncer à un mot d’ordre.

Le camp libéral ne goûte pas une politique basée sur les subventions et les prescriptions. Il proclame préférer les mécanismes du marché par le biais des taxes incitatives. Mais les mêmes ont déjà enterré le principe même de ces taxes qui devaient constituer la deuxième étape de la Stratégie énergétique.

Non, le marché ne peut pas tout

Parlons donc du marché. S’il est un secteur économique où les mécanismes du marché laissent à désirer, c’est bien celui de l’énergie. Partout dans le monde les différents agents énergétiques, et non seulement les énergies renouvelables, sont largement subventionnés. Pour la seule Union européenne, entre 120 et 140 milliards d’euros en 2012. En Suisse, le nucléaire continue de bénéficier d’importantes aides publiques, sans parler des coûts de démantèlement actuellement non couverts et qui seront assumés par la Confédération. Alors prétendre que la promotion des nouvelles énergies renouvelables fausse le marché, c’est ignorer la poutre pour mieux fustiger la paille.

Le marché de l’électricité permet certes de faire de bonnes affaires. La Suisse importe du courant bon marché (atome, charbon et éolien) et exporte du courant de pointe à un tarif élevé. Mais ce commerce ne garantit en rien un approvisionnement sûr.

Là le marché bégaie, comme le montre clairement le journaliste spécialisé dans les questions environnementales et énergétiques Hans-Peter Guggenbühl. Car l’exigence de répondre en tout temps à la demande d’électricité entre en collision avec la nécessité de planifier des investissements de longue durée. En effet, une offre surabondante fait chuter les prix, ce qui n’incite à investir ni dans de nouvelles installations de production ni dans des mesures d’économies. Lorsque les installations existantes arrivent en fin de vie, il y a donc risque de pénurie.

Sur le marché, les acteurs réagissent au prix. Le marché ne garantit ni la sécurité ni une certaine autonomie de l’approvisionnement. Pas plus qu’il ne prend en compte l’impact environnemental de la production et de la consommation. D’où la justification d’une politique énergétique qui intègre ces aspects négligés par le marché.

Reste la question des coûts que les opposants à la Stratégie brandissent pour effrayer le consommateur-contribuable, sans piper mot des coûts induits par une politique du laisser-faire. Nous déboursons annuellement 13 milliards de francs pour les énergies fossiles. Diminuer cette dépendance en développant les énergies renouvelables, en améliorant l’efficacité de nos appareils et en économisant l’énergie, fera baisser drastiquement cette facture et améliorera la sécurité de notre approvisionnement, désormais plus diversifié.

La Stratégie énergétique 2050 telle qu’adoptée par le Parlement est certes loin d’être parfaite (DP 2161). Elle exigera encore des adaptations en fonction de la situation économique et de l’évolution des techniques. Mais c’est si nous lui préférons le statu quo, sous prétexte que la Stratégie est incomplète ou incertaine, que la douche froide promise par l’UDC en cas d’acceptation le 21 mai ne manquera pas de nous arroser.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/31403
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/31403 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Vous écrivez: “Partout dans le monde les différents agents énergétiques, et non seulement les énergies renouvelables, sont largement subventionnés. ”

    Non seulement les énergies renouvelables? les hydrocarbures également? ça m’étonne. Pourriez-vous nous en dire plus? Merci d’avance.

  • 2
    Jean-Yves Pidoux

    Excellent papier! Pour une démonstration éloquente des subventions massives bénéficiant aux énergies fossiles, voir aussi l’étude du Fonds monétaire international:
    https://www.imf.org/external/french/np/blog/2015/051815fa.htm
    Les thuriféraires du marché seraient plus crédibles s’ils contribuaient à nettoyer ces écuries d’Augias et intégraient quelques externalités dans leurs réflexions et leurs calculs…

  • Excellents commentaires sur les externalités…
    Mais il n’en demeure pas moins qu’a été glissée dans le paquet une modification de la loi sur le Tribunal fédéral qui restreint drastiquement les droits de recours des associations et particuliers en matière énergétique. Cet article permettrait même, vu les majorités dans l’appareil d’État (administration, CF, TF et Parlement), de produire du courant nucléaire sans espoir de pouvoir s’y opposer juridiquement, ainsi que, par la bande, notamment, cette effrayante imposture que sont les compteurs Linky, intrusion dans les foyers.

    Je vous laisse juge (c’est le cas de le dire):
    art 83 let. w de la loi sur le TF::
    “Le recours est irrecevable contre:
    […]
    w. les décisions en matière de droit de l’électricité qui concernent l’approbation des plans des installations électriques à courant fort et à courant faible et l’expropriation de droits nécessaires à la construction ou à l’exploitation de telles installations, si elles ne soulèvent pas de question juridique de principe.”

    Cet incroyable attaque contre les droits démocratiques, glissé subrepticement comme cela se fait dans trop de lois, suffit à condamner le projet de LEne. Le NON s’impose.

  • 4
    Durussel André

    Mensonges les plus grossiers ? Eh bien, non ! Pas d’accord. Les arguments des opposants n’usent pas de tels qualificatifs et leur position est fondée. Mais l’on est dans un domaine désormais idéologique et tous les arguments que l’on va nous servir ne font qu’aggraver le débat. Les thuriféraires du marché de l’électricité en sont les premières victimes.

1 Rétrolien

  1. […] Mauvais arguments des opposants à la Stratégie Energétique. […]

    Cité par Revue de web – S06E15 | Fred H - 24 avril 2017 à 13 h 16 min

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP