Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pestalozzi dans le contexte des influences intellectuelles et des attentes politiques de son temps

Daniel Tröhler, Pestalozzi au cœur du «tournant pédagogique» (traduit par Marianne Enckell), Lausanne, Antipodes, 2016, 155 pages

Johann Heinrich Pestalozzi a fait l’objet de centaines d’ouvrages, dont la plupart relèvent de l’hagiographie. Eminent spécialiste de l’histoire de l’éducation, Daniel Tröhler consacre à ce personnage devenu un véritable mythe un petit livre très dense et surtout novateur.

La thèse qu’il va démontrer est que Pestalozzi ne fut pas le père fondateur de l’école moderne (sur laquelle il ne développa en fait aucune théorie), ni même véritablement un pédagogue, mais d’abord un patriote et un républicain. Il fut en revanche une figure de proue dans un mouvement culturel né au milieu du 18e siècle qu’on a qualifié en allemand de «tournant pédagogique» ou «Pädagogisierung der Welt». Celui-ci voulait gérer les rapports sociaux par l’éducation.

La base en est le développement du commerce et ce que l’auteur nomme «la capitalisation de la politique», phénomène qui apparut d’abord en Angleterre, puis qui se manifesta fortement à Zurich, ville natale de Pestalozzi. L’évolution oligarchique de la cité, liée au développement continu de l’industrie et du commerce, prêta le flanc à de vives critiques. Celles-ci provenaient des partisans d’une république vertueuse, en partie liée au protestantisme. Il fallait sauver Zurich de son déclin moral et de sa chute. Deux personnages importants furent liés à ce mouvement: le théologien Johann Heinrich Füssli, qui deviendra un peintre célèbre, et Johann Caspar Lavater, plus connu comme inventeur de la physiognomonie.

Pestalozzi est né en 1746 dans un milieu plutôt modeste, où il apprit vite la frugalité qu’il allait pratiquer toute sa vie. Il adhéra tôt à la Société politico-morale et historique, composée d’étudiants qui défendaient la thèse critique énoncée ci-dessus. Avec son épouse Anna Schulthess, il mit en pratique l’idée, inspirée de Rousseau, d’une vie morale et vertueuse dans la nature. Ce fut l’expérience du Neuhof, dans le canton de Berne, où il créa une maison d’éducation et de formation professionnelle pour les pauvres, une œuvre philanthropique qui ne dura que quelques années et fit quasiment faillite. Toute sa vie, ce personnage charismatique montra en revanche de faibles talents d’organisateur et de gestionnaire.

Politiquement, Pestalozzi passa par plusieurs phases. Dans son roman Léonard et Gertrude (1781), une idylle paysanne, il défendit l’idée d’une république chrétienne. Puis il se montra favorable à l’absolutisme éclairé, tel que pratiqué notamment par l’empereur Joseph II d’Autriche. Il s’interrogeait sur le meilleur ordre politique possible. Constitution américaine de 1781? Révolution française, dont il salua les débuts mais dont il se détourna à l’époque de la Terreur? Il trouva la réponse finalement dans l’idéalisme allemand de Fichte, inspiré par Luther.

La République helvétique de 1798 raviva en lui l’espoir d’un retour à la république vertueuse et fraternelle du Moyen Age (en partie mythique). On connaît son engagement auprès des orphelins de Stans, suite à la dure répression par les troupes françaises des révoltes catholiques et conservatrices. Il était convaincu que le premier besoin de l’enfant était l’amour. L’accent à Stans était mis sur l’éducation morale. Puis il fut directeur d’un institut d’éducation à Berthoud. C’est là qu’il mit au point sa Méthode, qui allait le rendre célèbre dans l’Europe entière. Le développement cognitif allait de pair avec l’éducation physique et surtout l’éducation morale et religieuse. Il mit aussi en relief la relation entre la mère et l’enfant.

La Municipalité d’Yverdon lui offrit de s’installer dans son château. L’institut ouvrit ses portes en 1805. Il connut un grand succès initial, avec 165 élèves en 1809, issus de familles aisées de toute l’Europe, avant de connaître la débâcle, due en partie à des dissensions internes. Pestalozzi, épuisé par son travail acharné et se sentant victime d’une profonde ingratitude, mourut en 1827.

Quel fut le destin de ses idées en Europe et en Suisse? Au début du 19e siècle, des souverains s’intéressèrent aux méthodes pédagogiques de Pestalozzi. Comme Fichte l’avait énoncé en 1808 dans ses célèbres Discours à la nation allemande, qui allaient dans le sens d’une régénération de l’Allemagne humiliée par les victoires napoléoniennes, il fallait fonder le renouveau de celle-ci sur «une complète modification de ce qu’a été jusqu’à maintenant l’éducation». La Restauration et son évolution réactionnaire marquèrent une éclipse. Les révolutions libérales de 1830 redonnèrent aux idées de Pestalozzi leur actualité.

«Mais, à vrai dire, le concept de la Méthode, qui envisageait en premier lieu l’éducation à la maison et donc auprès de la mère, ne convenait pas vraiment à l’école moderne», écrit Tröhler. Plutôt qu’à l’application de ses thèses, on assista à la naissance dans toute l’Europe, et même aux Etats-Unis, d’un véritable mythe Pestalozzi.

En Suisse, il servit de lien national. Sans être un pionnier en matière de pédagogie, Heinrich Pestalozzi, qui selon l’anarchiste jurassien James Guillaume «avait apporté un amour passionné des misérables», contribua beaucoup au fait d’interpréter les problèmes sociaux comme des problèmes d’éducation.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/30601
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/30601 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Contrairement à ce qui est dit dans cet article, Pestalozzi était issu d’une famille aristocratique de fabricants, appartenant réellement à la plus haute classe de Zurich. On peut en dire autant de sa femme née von Schulthess. Cependant il est vrai que sa mère était une demoiselle Hotz d’une famille de la campagne. Donc en somme il était le fruit d’une “mésalliance”, ce qui explique peut-être sa sensibilité sociale.

    Aujourd’hui Pestalozzi est devenu un symbole patriotique très conservateur aux côtés de Guillaume Tell, Winkelried, Saint Nicolas de Flue, et les autres héros de la patrie helvétique. Mais c’est ironique car en réalité la dimension du personnage à l’époque était celle d’un homme des Lumières et plus précisément d’un membre de la secte des Illuminés de Bavière d’Adam Weishaupt, dont il était même le représentant principal à Zurich. Cela n’est d’ailleurs pas du tout étonnant pour un rejeton de l’aristocratie, puisque la plupart des Illuminés à l’époque du despotisme éclairé appartenaient aux élites absolutistes.

    On peut voir dans cette secte des Illuminés de Bavière, dont Mirabeau faisait partie, l’origine du jacobinisme et même du futur mouvement communiste. D’ailleurs des auteurs marxistes ont tenté de remettre à l’honneur Pestalozzi en tant que révolutionnaire. C’est le cas de l’historien Alfred Rufer qui est un peu l’Albert Mathiez suisse allemand, et d’ailleurs Albert Mathiez lui-même a fait une recension du livre de Rufer sur les idées politiques de Pestalozzi. A mon avis on ne peut pas donner tort à ces historiens de gauche (si Pestalozzi a reçu de la Convention la citoyenneté française d’honneur, ce n’est pas pour rien), mais ils se sont heurtés à l’image d’Epinal du Pestalozzi des familles qui est la plus forte.

    Plus tard dans son essai Oui ou Non écrit en 1793, Pestalozzi exprime son opposition à la Terreur mais ne renie absolument pas ses idées jacobines. Pendant la République Helvétique Une et Indivisible, appuyée sur les baïonnettes françaises, lesquelles avaient abondamment fait couler le sang de nos compatriotes, notamment à Stans, il s’est montré charitable, mais il semble bien que tout en déplorant les excès violents, son coeur était pour le régime révolutionnaire venu de l’étranger.

    Finalement Pestalozzi, qui avait accumulé les échecs dans ses diverses tentatives économiques, connut la gloire européenne dans l’ambiance très curieuse de la Restauration, ou en principe l’ordre ancien était revenu mais où les hommes des Lumières étaient au pouvoir. Goethe, le tsar Alexandre I, l’ont porté aux nues dans cette époque romantique. C’est peut-être pour cela qu’il est passé à la postérité comme une figure de grand sage et d’apôtre quasiment comme un Ghandi ou Mandela aujourd’hui. Mais politiquement Pestalozzi était certainement un révolutionnaire.

    Un personnage ambigu dont la récupération par des idéologues de droite est une belle réussite de propagande.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP