Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

A l’assaut de la SSR

Un conflit d’intérêts aux racines lointaines (1 / 2)

Photo Krol:k
Photo Krol:k (licence CC)

La Société suisse de radiodiffusion (SSR) doit faire face à une forte contestation. Trop puissante, elle étoufferait toute concurrence et mettrait en péril la diversité dans le champ médiatique; trop onéreuse, elle impose aux ménages une charge que ne justifierait pas son taux d’audience.

A l’assaut de la citadelle SSR, on trouve les grands groupes de presse, inquiets de la baisse de leurs ressources publicitaires et les diffuseurs radio/TV privés, à l’affût de parts de marché. Quant à l’UDC, elle combine habilement la défense des intérêts des précédents et sa méfiance à l’égard d’un service public qui la maltraiterait.

En jeu, la concession dont bénéficie la SSR qui échoit à fin 2017.

Le conflit entre les éditeurs de la presse écrite et la SSR ne date pas d’aujourd’hui. En 1931, les premiers manifestent leur opposition à la création de la régie de service public, perçue comme une concurrente dangereuse. Ils imposent à la SSR l’obligation de reprendre les dépêches de l’Agence télégraphique suisse dont ils sont propriétaires, et ce jusqu’en 1971. Lorsqu’apparaît la télévision, les éditeurs obtiennent de la SSR qu’elle renonce à la publicité contre un versement annuel de 2 millions de francs.

De la contestation politique à la chasse aux parts de marché

Les critiques adressées à la SSR par les milieux conservateurs remontent aux années 1960 déjà et s’expriment notamment lors du grand débat de 1971 au Conseil national sur l’organisation et le statut juridique de la radio-télévision.

En 1974, l’historien et conseiller national agrarien Walther Hofer crée l’Association suisse de télévision et de radio, plus connue sous le nom de «Club Hofer». Ce club va dénoncer sans relâche la partialité de certaines émissions. Puis les critiques portant sur l’orientation politique de la SSR, jugée trop à gauche, s’estompent peu à peu.

C’est alors la position prétendument monopolistique de la régie qui fait l’objet des plus virulentes attaques. En 2008 apparaît Aktion Medienfreiheit, une association prônant la libéralisation complète de la scène médiatique: seul le retrait de l’Etat peut garantir l’indépendance des médias; seule la libre concurrence permet l’expression de la diversité des opinions, condition essentielle de la vie démocratique. En clair, la disparition de la SSR doit laisser place aux médias privés, suisses et étrangers.

L’association va s’engager aux côtés de l’Union suisse des arts et métiers dans la campagne référendaire contre la révision de la loi fédérale sur la radio et la télévision, une loi acceptée de justesse par le peuple en juin 2015. Désormais la redevance ne sera plus liée à la possession d’un appareil de réception mais payée par tous les ménages, ainsi que par les entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse 500’000 francs.

Parallèlement, les parlementaires membres d’Aktion Medienfreiheit – pour la plupart UDC – font feu de tout bois, multipliant les interventions mettant en cause la SSR. En décembre 2015, l’initiative populaire pour la suppression des redevances radio et TV et la mise aux enchères des concessions est déposée.

Une stratégie bien huilée

La stratégie de démontage de la SSR réunit plusieurs acteurs qui camouflent leurs objectifs économiques – se saisir du gâteau publicitaire – derrière la défense de la diversité médiatique et de la démocratie.

Sur le front politique, l’UDC est à la manœuvre. Son programme affiche clairement la couleur: une définition restreinte du service public qui n’a pas à produire ce que peuvent réaliser les acteurs privés, plus de concurrence qui assure la pluralité de l’offre médiatique. Aktion Medienfreiheit qui propage un discours identique est présidée par la conseillère nationale Natalie Rickli (UDC). La même Natalie Rickli occupe un poste de cadre dans une régie publicitaire, Goldbach Media, qui détient un quasi-monopole sur le marché alémanique des médias électroniques privés suisses et étrangers et préside la commission des transports et des télécommunications du Conseil national.

A quoi il faut ajouter nombre d’éditeurs de presse qui voient toujours dans la SSR le concurrent à abattre. Au premier rang, le groupe Tamedia qui ne milite pas précisément pour la diversité de la presse – il détient plus de 76% du marché en Suisse romande. Son patron, Pietro Supino, conçoit le service public comme un complément aux diffuseurs privés. Dans cette perspective, la SSR devrait réduire son offre de deux tiers, renoncer à la publicité et se concentrer sur des productions d’intérêt public. Lesquelles devraient être mises à disposition des médias privés de manière à ce qu’ils atteignent le plus large public possible.

Cette stratégie porte déjà des fruits. La commission présidée par Natalie Rickli a renvoyé à son auteur le rapport du Conseil fédéral sur la SSR, jugé incomplet et pourtant accepté à la quasi-unanimité par le Conseil des Etats.

Les innovations techniques qui bouleversent les conditions d’accès aux médias électroniques, la nécessité de garantir une offre médiatique vraiment diversifiée et le rôle imparti à la SSR méritent sans conteste une réflexion approfondie. Nous y reviendrons dans un prochain article.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/30101
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/30101 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • 1
    jacques vallotton

    La SSR est aujourd’hui attaquée, on le sait, de toutes parts. La qualité de l’article de Jean-Daniel Delley est de rappeler le contexte de cette bataille qui remonte à un demi-siècle. Merci pour cette utile mise en perspective qui explique les enjeux à venir. Ils sont d’une grande importance dans un paysage médiatique fragilisé par les mutations technologiques. Il y a un risque majeur que des médias en fassent les frais dont la SSR. C’est grave pour ce service au public qui assure un minimum de cohérence entre les différentes régions du pays. Si la SSR devait être affaiblie, c’est la porte ouverte à Google, Facebook et autres médias mondialisés. Est-ce cela que veulent les citoyens? Espérons que non et ayons confiance dans la classe politique de ce pays.

  • 2
    Lecoultre Richard

    Quelle chance ils ont ces Suisses ! D’une part, leurs grands penseurs patriotiques veulent leur imposer plus d’émetteurs privés, donc davantage de réclame stupide à ingurgiter, mais personne ne proteste contre les fonds de tiroirs américains que la SSR nous assène pendant des soirées entières (le lundi), avec leur violence gratuite. En fait, chacun s’efforce d’accélérer l’abrutissement de la population. Quant aux économies, qui proposera une réduction de la flopée de directeurs, directeurs adjoints, chefs de ceci ou cela, dont la production et l’utilité ne sont guère évidentes.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP