Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Partenariats «new look» dans les journaux

Pour faire face aux difficultés économiques de la presse, une aide publique serait préférable à des solutions discutables

Photo Ol.v!er [H2vPk]
Photo Ol.v!er [H2vPk] (licence CC)

Cet été, dix-huit membres de la rédaction de 24 Heures ont enquêté dans le Grand Nord «sur les recherches du changement climatique». Belle initiative, sauf qu’elle n’aurait pu voir le jour sans le soutien de plusieurs sponsors, dont le Centre patronal vaudois et le Consulat général de Russie.

Même si elle relève d’un partenariat classique, l’opération de 24 Heures frappe par son ampleur. Au point que l’on peut se demander si le quotidien conservera toute sa liberté critique face à ses partenaires.

De son côté, «pour pouvoir proposer des contenus de qualité», Le Temps offre deux nouvelles formes de partenariat aussi «créatives» que discutables. L’une s’intitule «Avec le soutien de» – le partenaire et la rédaction en chef déterminent ensemble un sujet. L’autre est encore plus explicite: «Réalisé pour» – l’article est écrit par des journalistes indépendants pour le compte du partenaire.

Ces propositions enfreignent indiscutablement les règles déontologiques des journalistes. Selon la directive 10.2, dans le cas d’articles parrainés, le libre choix des thèmes et de leur traitement doit appartenir à la seule rédaction. Quant aux articles «réalisés pour», ils entrent en contradiction avec le chiffre 11 de la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes: «N’accepter de directives journalistiques que des seuls responsables désignés de sa rédaction.»

Mais après tout, les règles déontologiques précitées ne sont-elles pas trop rigides? Le modèle économique des quotidiens est en train de s’effondrer. Le temps où la publicité finançait aux deux tiers les quotidiens en Suisse romande est bien révolu. Une bonne partie de la pub – et notamment les offres d’emploi – a migré sur la toile.

Le public, qui s’est habitué à être informé sans bourse délier, délaisse les quotidiens payants. Les sites électroniques des médias font de l’audience, mais sont très loin de pouvoir se financer.

Quant aux effectifs rédactionnels, ils subissent régulièrement des réductions. Actuellement, des rumeurs font état de non-remplacements de journalistes qui se retirent, voire de licenciements économiques, dans les deux grands régionaux romands de Tamedia, 24 Heures et la Tribune de Genève. Dès lors les rédacteurs en chef n’ont-ils pas raison de chercher de nouvelles sources de financement pour offrir à leurs lecteurs une qualité rédactionnelle qu’ils ne peuvent plus se payer?

Cette manière de voir ne manque pas de pertinence. Faute de moyens suffisants, le travail journalistique baisse en qualité. A force de devoir travailler sous pression, servir plusieurs supports à la fois – le papier et le Net –, et sur les sujets les plus divers, le journaliste peut de moins en moins travailler en profondeur, suivre les dossiers. Comment s’étonner dès lors qu’il cherche à personnaliser les conflits plutôt qu’à en débrouiller toute la complexité? Qu’il privilégie le côté émotionnel des événements, qui intéressera à bon compte?

Alors, chercher de nouvelles sources de financement, pourquoi pas? Sauf qu’en se liant à des partenaires, le journalisme met en jeu le cœur de son ADN: l’indépendance. Une indépendance encore plus précieuse que naguère, pour un public qui risque de se noyer dans le flot d’informations intéressées qui le submerge, à travers Internet et les réseaux sociaux notamment. La spécificité du journalisme, sa raison d’être, c’est d’enquêter et de rendre compte de manière indépendante. Le jour où le public aura acquis la conviction que les journalistes informent eux aussi «à la demande», en défendant des intérêts particuliers, il s’en détournera.

Mais alors, comment s’en sortir? Où trouver les moyens qui permettront la pratique d’un bon journalisme? Comment recréer un modèle économique viable pour une information journalistique encore indépendante et crédible? N’est-il pas temps de briser un tabou, en envisageant une aide directe à la presse?

Evidemment, on me rétorquera qu’un financement par l’Etat serait le comble du manque d’indépendance, puisqu’un des rôles premiers des journalistes est d’exercer leur réflexion critique à l’encontre des pouvoirs publics. C’est vrai. Mais un financement public pourrait être réglementé en toute transparence, contrairement à la prise d’influence rampante exercée actuellement par des «communicants» de tout poil, au nom d’intérêts particuliers, qu’ils soient politiques ou économiques d’ailleurs.

Car au fond, si l’on a la conviction qu’un journalisme critique de qualité est indispensable au bon fonctionnement d’une société démocratique, cette dernière ne doit-elle pas faire le nécessaire pour en assurer l’existence? Ne doit-elle pas examiner sérieusement toutes les pistes, y compris celle d’un financement public? Même si les éditeurs de journaux actuels n’en veulent à aucun prix. Et même si la Commission fédérale des médias n’a abordé la question que de manière très timorée.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/29805 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/29805

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP