Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pas de vraie sécurité alimentaire sans développement durable

L’initiative populaire de l’Union suisse des paysans approuvée par la droite au Conseil national

Photo Maryam
Photo Maryam (licence CC)

Lors de la session de printemps, le Conseil national a débattu six heures durant de l’initiative de l’Union suisse des paysans (USP) «Pour la sécurité alimentaire». Un débat qui a largement occulté une question centrale: l’agriculture suisse telle que pratiquée actuellement est-elle durable?

Rappelons tout d’abord le contexte.

La Politique agricole 2014-2017, approuvée par le Parlement au printemps 2013, représente un pas vers une agriculture un peu moins productiviste. En particulier la suppression de la contribution par tête de bétail et l’introduction du critère de la surface herbagère disponible visent à freiner l’élevage hors sol à base de fourrages importés (DP 2015).

Craignant l’échec, l’USP a renoncé à lancer un référendum. Son initiative populaire constitue en quelque sorte un exercice de rattrapage visant à rassurer le monde agricole – son organisation faîtière est toujours à la pointe du combat – et à occuper un terrain que lui contestent à coups d’initiatives les Verts et les associations paysannes dissidentes.

Le texte de l’USP se limite à des généralités – renforcer l’approvisionnement en denrées indigènes, lutter contre la diminution des terres cultivées notamment. Des revendications déjà prises en compte par la législation en vigueur.

Au cours du débat au Conseil national, les partisans de l’initiative, pressés de préciser les mesures propres à concrétiser ce texte, ont été incapables de répondre, se contentant de justifier leur demande par des formules creuses telles que «rendre leur fierté aux paysans» ou bien «ouvrir des perspectives aux jeunes».

Curieusement, les représentants de l’UDC se sont montrés très soucieux de la diminution constante des surfaces cultivées, eux qui ont combattu avec force la dernière révision de la loi sur l’aménagement du territoire alors qu’elle vise précisément une protection renforcée de la zone agricole. Les mêmes ont insisté sur le nécessaire accroissement de la production indigène, par définition de meilleure qualité que les produits importés et, à leurs yeux, condition essentielle de notre souveraineté.

Dans sa dernière édition, pro natura magazine publie un dossier consacré aux «grandes dépendances de l’agriculture conventionnelle». Les paysans suisses sont toujours plus dépendants de moyens auxiliaires importés: pesticides, engrais de synthèse, fourrages concentrés, machines, carburant. Tel est le prix d’une agriculture qui prétend se libérer des conditions naturelles de notre pays.

Notre cheptel bovin, trop nombreux, ne peut se nourrir de la seule herbe locale. Engraissé aux concentrés importés, il produit des quantités de lait que le marché ne peut absorber à un prix couvrant les coûts. On est bien loin de la souveraineté prônée par nos nationalistes-conservateurs. Et surtout très loin d’une agriculture durable productrice d’aliments sains.

Le modèle industriel prôné par l’USP implique une consommation énergétique élevée, provoque la contamination des sols et des eaux, la pollution de l’air ainsi que la réduction de la biodiversité. Les pesticides et les engrais répandus en quantité, tout comme les antibiotiques administrés aux animaux, se retrouvent dans nos aliments. Le Suisse Hans-Rudolf Herren, expert mondialement reconnu de la production agricole, ne mâche pas ses mots: «Tout le système ne vise qu’à servir les intérêts des multinationales de l’agrochimie.»

Le débat au Conseil national a soigneusement évité d’aborder ces questions. Et l’USP persiste à prôner une politique qui condamne à terme une agriculture durable, alors que cette dernière préserve les sols et respecte les équilibres naturels.

Et il s’est trouvé une majorité de députés (UDC, PDC et une partie des libéraux-radicaux) pour soutenir cette initiative.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/29417
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/29417 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP