Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pourquoi «Pro Service public» manque son but

Le service public mérite mieux qu’un article constitutionnel étriqué qui ne le définit pas davantage que sa mission

Un intitulé vendeur – «En faveur du service public» – pour un texte inapte à le concrétiser (DP 2120): l’initiative de Bon à savoir s’inscrit dans la longue ligne des propositions bâclées et dont les effets potentiels contredisent les objectifs visés.

Les trois entreprises concernées – Swisscom, La Poste et les CFF – relèvent bien du service public dans la mesure où elles fournissent des prestations de base accessibles à chacun sur l’ensemble du territoire et à un prix abordable. Mais il est illusoire de penser que la seule interdiction de verser des dividendes à la Confédération et la limitation des salaires des employés vont contribuer à l’amélioration de la qualité et du prix de ces prestations.

Car ces entités travaillent sur des marchés fort différents et sont confrontées à des problèmes spécifiques.

Toutes trois sont certes des sociétés anonymes de droit public. Mais seule Swisscom est cotée en bourse et la Confédération ne contrôle que 51% de son capital. Pourquoi cette dernière devrait-elle renoncer à une rémunération alors que les quelque 75’000 actionnaires privés continueraient à bénéficier de dividendes?

La question ne se pose pas pour les deux autres entreprises, propriété à 100% de l’Etat fédéral qui n’en retire aucun profit financier. Bien au contraire.

Chaque année les CFF, liés par un mandat de prestations exigeant, bénéficient d’un soutien de plus de 2,3 milliards de francs de la part des collectivités publiques.

Scénario analogue pour La Poste. Le dividende qu’elle sert à la Confédération équivaut grosso modo aux subventions reçues de la caisse fédérale pour soutenir CarPostal et abaisser le coût de la distribution de la presse écrite.

Swisscom, l’autre héritier direct de la scission des PTT, jouit d’une position dominante sur le marché des télécommunications qui lui permet de contenir l’appétit de ses concurrents.

La Poste ne doit pas seulement faire face à des entreprises privées dans les secteurs libéralisés; elle voit baisser régulièrement la demande pour ses services traditionnels – lettres et paiements en espèces –, ce qui impose une adaptation permanente de son offre pour répondre aux nouveaux besoins des usagers.

Quant aux CFF, ils sont parvenus en une décennie à développer considérablement leur offre. Une évolution qui a influencé à la hausse le prix des billets et des abonnements, mais qui ne doit pas inciter les usagers à privilégier le transport individuel motorisé.

Trois entreprises, trois marchés, des défis et des problèmes particuliers que l’initiative ne prend pas en compte.

L’alignement des rémunérations des collaborateurs de ces entreprises sur la grille salariale de la Confédération ne toucherait pas que leurs seuls dirigeants. Selon une étude commandée par le Groupement suisse pour les régions de montagne et l’Association des communes suisses, plus de 8’000 employés verraient leur salaire baisser. La mesure frapperait en particulier les spécialistes: informaticiens, gestionnaires de vente, économistes… Pas de quoi stimuler l’engagement du personnel.

Enfin, de par l’interdiction de poursuivre un but lucratif, ces entreprises ne constitueraient plus qu’une charge pour la collectivité, charge assumée finalement par le contribuable. Cet état de fait contribuerait à accroître la pression en faveur d’une privatisation complète de Swisscom et de La Poste. Est-ce bien là ce qu’envisagent les initiants, eux qui aspirent à des prestations de meilleure qualité et à des prix abordables?

La Fédération romande des consommateurs, éditrice de FRC Mieux choisir, a clairement pris ses distances d’avec l’initiative. Car la sauvegarde et le développement du service public impliquent autre chose qu’un article constitutionnel étriqué qui ne définit même pas ce qu’est ce service public. C’est une action de longue haleine sur le terrain politique et une négociation permanente avec ces entreprises, telles que les réalise la FRC, qui servent la cause du service public et de ses usagers.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/29353
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/29353 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • La page numérique de 24heures vient de nous l’apprendre: “Les opérateurs téléphoniques suisses sont en train de se mettre d’accord pour bloquer les appels indésirables provenant de call-centers.”

    Il ne me semble pas audacieux d’imaginer que c’est la pression de l’initiative qui aura fait bouger les choses.

    Il ne me semble pas audacieux d’imaginer que, si le Parlement s’était préoccupé de cet épouvantable procédé des appels indésirables, et d’autres procédures de même accabit, l’initiative n’aurait pas eu lieu d’être.

    Je préfère notre démocratie assez directe à celle que souhaite Monsieur Cherix. Quelle efficacité: avant même que le citoyen ne vote sur l’initiative, elle porte déjà effet!

    • Totalement d’accord avec vous M. Weibel, une initiative qui fait de l’effet avant que le peuple se prononce est bien le signe que l’on a négligé des choses importantes depuis plusieurs années. La manière dont la poste traite ses clients en-dehors des villes est significative. Il est bien loin le temps où le terme “service postal universel” avait du sens.

    • 1.2
      Albert Dupont

      En lisant mieux les dépêches, vous verrez que cet accord est dû au travail des organisations de consommateurs, comme la FRC, (donc pas Bon à savoir et cie). Ces mêmes organisations qui ne soutiennent justement pas Pro service public. L’initiative populaire n’a rien à voir dans ce résultat. Le travail de terrain si.
      Le communiqué complet ici: http://www.frc.ch/wp-content/uploads/2016/05/Communiqué-de-presse-sur-les-appels-indésirables.pdf

  • Les CFF sont confrontés à une concurrence sournoise des bus low cost à l’instar de la SNCF en France. Aujourd’hui de nombreux voyageurs souvent à revenus modestes préfèrent se déplacer en cars ou en covoiturage afin de réaliser des économies, même s’ils mettent plus de temps qu’en train. C’est pourquoi les CFF devraient faire preuve de prudence en matière des hausses des prix de billets et des abonnements sous peine d’attiser la concurrence par le transport routier et de susciter des convoitises de privatisation dans l’exploitation des services. En la matière la stratégie des autorités politiques ne semble pas claire, car d’un côté la Confédération affiche son ambition pour le développement du transport ferroviaire, mais de l’autre elle réduit les moyens financiers alloués aux CFF en contraignant ceux-ci à recourir à un programme minceur. Celui-ci pourrait se faire au détriment de la sécurité des usagers, notamment en cas de réduction du personnel affecté à l’entretien du réseau.

  • Tout le problème, matérialisé notamment par la palinodie “unanimitaire” des présidents de parti contre l’initiative, réside dans le fait que, au lieu de répondre à l’esprit de l’initiative, que permet sa lettre, les parlementaires vont se réfugier, selon leur habitude, dans une interprétation de pur juridisme (donc de mensonge et de déni), pour sauvegarder les apparences de leur pouvoir (non utilisé pour défendre les citoyens-consommateurs). Le OUI s’impose cependant, malgré ces trahisons, car les citoyens normaux (donc non-parlementaires) tiennent à ce que l’esprit et le service soient prioritaires.
    En définitive, seule la recherche par chacun/e de la hausse du niveau de sa conscience personnelle permettra de sortir des abus (parlementaires) de droit et de la déliquescence de l’éthique générale et de ses conséquences…

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP