Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Election du Conseil fédéral: le Parlement rend les armes

La concordance implique de contribuer à la solution des problèmes, pas de les envenimer à des fins partisanes

Photo admin.ch
Photo admin.ch

Le Parlement ne sort pas grandi de la journée du 9 décembre.

En reconnaissant le droit de l’UDC à un deuxième siège au Conseil fédéral, il a enterré la concordance – un principe essentiel au gouvernement de la Suisse. Et en se pliant aux conditions posées par ce parti – l’un de nos candidats officiels et personne d’autre –, il s’est laissé confisquer sa compétence d’élire le Conseil fédéral en toute liberté.

Avec la désignation d’un deuxième magistrat UDC, beaucoup croient avoir calmé le jeu et saluent le «retour à la normalité», la fin d’une période agitée. Comme si le passage de Blocher à l’exécutif représentait un épisode pacifié de la politique helvétique et comme si son parti avait alors pris conscience de sa responsabilité gouvernementale.

Or, pleinement présente ou sous-représentée au Conseil fédéral, l’UDC ne cesse de se radicaliser.

Elle mine avec constance nos relations avec l’Union européenne, s’attaque de plus en plus violemment aux institutions judiciaires nationales et internationales garantes de la protection des droits fondamentaux, sape systématiquement le principe de la séparation des pouvoirs en lançant des initiatives ne laissant aucune place au législateur et au juge.

Toute l’action de l’UDC vise à l’instauration d’une démocratie plébiscitaire. Menacer, imposer ses conditions, ne cesser de montrer les crocs comme le fait un parti d’opposition en régime parlementaire, ce n’est précisément pas démontrer une volonté de participer à un gouvernement de concordance.

L’intégration des différentes forces politiques à l’exercice du pouvoir n’a jamais obéi à ce scénario. Pour accéder au Conseil fédéral, un parti doit adhérer à un consensus minimal que lui imposent ses partenaires. Il doit aussi contribuer à la solution des problèmes importants du moment.

Ainsi, les conservateurs catholiques décrochent leur premier siège à la fin du 19e siècle, lorsqu’ils ont enfin digéré leur défaite du Sonderbund et reconnu la légitimité de l’Etat fédéral de 1848.

Et leur représentant au Conseil fédéral, le Lucernois Joseph Zemp est chargé du rachat des grandes lignes ferroviaires que son parti combattait.

Même scénario pour les socialistes. Leur entrée au gouvernement en 1943 suit de près leur ralliement à la défense nationale armée. Et Max Weber, leur deuxième représentant au sein du collège, est élu en 1951 après l’abandon programmatique de toute référence à la lutte des classes.

L’UDC ne montre pas le moindre signe de ralliement au principe et aux conditions d’un gouvernement de concordance. «L’UDC reste l’UDC», claironne son président pour qui la récupération de ce deuxième siège ne fait que respecter la volonté populaire. Et pour qui l’élection de Guy Parmelin va surtout renforcer l’ancrage romand de son parti.

Pas question d’abroger la disposition statutaire qui réserve au parti le choix exclusif de ses magistrats. Pas question non plus de renoncer au référendum lancé contre la révision de la loi sur l’asile, soutenue d’abord puis combattue au dernier moment par ce parti qui y a vu une munition supplémentaire pour sa campagne électorale. Or cette renonciation pourrait être le premier signe d’une volonté d’assumer une responsabilité gouvernementale et de contribuer à la solution des problèmes plutôt que de les exploiter à son seul profit.

On est donc loin d’un retour à la normalité. Mais nous sommes prêts à être déçus en bien, comme pourrait le dire le nouvel élu vaudois…

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/28593 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/28593

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP