Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Développement de l’armée: un compromis bancal

La politique de sécurité entre désaccord sur les objectifs, pusillanimité et contrainte budgétaire

Photo Kecko
Photo Kecko (licence CC)Swiss Army - KOMPAK Pz

Le Conseil national a finalement adopté la loi sur le développement de l’armée et son financement quadriennal. Mais le chantier, ouvert depuis plus de 20 ans, n’est de loin pas achevé.

En effet, les avis divergent quant à la place de l’institution militaire dans une politique de sécurité qui reste encore bien hésitante.

L’UDC exigeait un effectif de 120’000 hommes et un budget de 5,4 milliards. La gauche préconisait 80’000 hommes et moins de 5 milliards. Le Conseil national s’est prononcé pour 100’000 hommes. Et, dans un arrêté non soumis au référendum, il a fixé une enveloppe financière de 20 milliards sur quatre ans. Un compromis bien helvétique, dira-t-on. Mais un compromis pour un modèle qui n’a pas encore fait le deuil de la guerre froide.

La chute du Mur aurait dû sonner le glas d’une politique de sécurité marquée par la guerre froide. Certes les nouvelles conceptions de l’armée se sont succédé à un rythme soutenu – Armée 95, Armée XXI, Armée 2011 (DP 1600). Mais elles n’ont jamais produit un outil adapté aux nouvelles menaces.

L’armée reste modelée par les conflits classiques entre Etats. Cette incapacité à prendre conscience de la nouvelle donne se reflète dans des politiques de sécurité hésitante qui peinent à rompre avec la situation qui prévalait au siècle passé (DP 1876). Lors du récent débat au Conseil national, n’a-t-on pas entendu des députés arguer des attentats terroristes à Paris pour justifier des effectifs propres à faire face en réalité à une invasion du territoire!

Comme pour compenser cette incapacité à évaluer les risques actuels et à en tirer des conséquences organisationnelles et financières, le Parlement se complaît dans des discussions de détail – maintien ou non des tirs obligatoires, 5 ou 6 cours de répétition notamment –, comme il le faisait il y a quelques années à propos de la sauvegarde des troupes du train… Et les parlementaires s’écharpent sur le montant du budget à allouer à l’armée sans être au clair sur les tâches à attribuer à cette dernière.

Située au cœur de l’Europe, la Suisse peut négliger à court et moyen terme la menace d’une invasion militaire de son territoire. Le cas échéant, elle ne pourrait d’ailleurs y faire face que dans le cadre d’une collaboration européenne. Un pas qu’elle n’est pourtant pas prête à franchir.

Par contre, elle reste encore bien démunie face aux risques bien réels d’attaques cybernétiques et terroristes que nos régiments casqués et blindés seraient bien en peine de repousser.

Si la mise à jour de notre politique de sécurité et de défense reste en chantier depuis une vingtaine d’années, c’est parce que nous ne parvenons pas à un accord sur la traduction des missions que la Constitution et la loi confient à l’armée. La défense du pays bute sur la définition des menaces à écarter.

L’UDC, si soucieuse de l’indépendance de la patrie, persiste à se référer à des dangers, réels autrefois mais marginaux aujourd’hui. La protection de la population révulse la gauche qui craint une militarisation du pays. Quant aux opérations extérieures de maintien de la paix, elles répugnent aussi bien aux nationalistes accrochés à une conception dépassée de la neutralité qu’à une gauche toujours tentée par un pacifisme angélique.

C’est ainsi que marche cahin-caha la politique de défense, tiraillée entre des options divergentes et des contraintes budgétaires. Et dans ce débat, les finances n’ont pas dit leur dernier mot.

L’enveloppe budgétaire quadriennale n’est en rien assurée. Elle ne se concrétisera que dans les budgets annuels approuvés par le Parlement. Or, dans son programme de stabilisation, le Conseil fédéral ne prévoit que 18,8 milliards pour la défense au cours de la période 2017-2020 (DP 2100).

Si le parlement veut confirmer sa décision de doter l’armée de 5 milliards annuellement, il faudra trouver ailleurs des économies de 1,2 milliard. Et les nostalgiques de l’armée de papa – le groupe Giardino – annoncent déjà le lancement d’un référendum. La marche cahin-caha est donc loin de son terme.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/28560 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/28560

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP