Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Les musulmans en Suisse: quel problème?

Un portrait, vus par eux-mêmes et comme on les voit – mais qui date de six ans

Photo catd_mitchell
Photo catd_mitchell (licence CC)

Les attentats terroristes de Paris alertent l’Europe. Dans un amalgame plus ou moins conscient, l’islamophobie gagne partout du terrain. La Suisse ne fait pas exception.

Sa méfiance à l’égard de l’islam existe d’ailleurs depuis des années. Rappelons qu’en 2009, 57,5% des votants et une large majorité des cantons à l’exception de Bâle-Ville, Genève, Neuchâtel et Vaud ont accepté l’initiative contre les minarets.

Qui sont donc ces musulmans vivant en Suisse, vus par beaucoup comme un problème? Au-delà des craintes et des polémiques, une étude financée par le Fonds national suisse tente d’y répondre. Réalisée en 2009, elle n’a été publiée aux Presses polytechniques et universitaires romandes qu’en 2015. Six ans plus tard, ce portrait des musulmans pourrait nécessiter quelques retouches en raison notamment de l’arrivée de nouveaux migrants en provenance des pays arabes.

Cette étude réalisée par un groupe de l’Université de Genève a procédé par sondage. Et comme les quelque 450’000 musulmans de Suisse ne représentent pas un groupe homogène, les chercheurs ont constitué trois échantillons représentatifs de personnes se déclarant musulmanes issues de Turquie, de l’ex-Yougoslavie et du Maghreb.

La batterie de questions qui leur ont été posées l’a été également à un échantillon de Suisses non musulmans. C’est, pour faire court, les musulmans comme ils sont et comme on les voit.

Formation, travail

Les Turcs et les ex-Yougoslaves sont les premiers venus, d’abord comme saisonniers vers la fin des années 60. Ils vivent très majoritairement en Suisse alémanique. Leur niveau d’éducation est inférieur à celui des Suisses, mais plus d’un tiers atteignent le niveau scolaire secondaire.

Les Maghrébins, qui vivent essentiellement en Suisse romande, ont un profil différent: francophones, ils travaillent pour plusieurs dans les institutions internationales, ont souvent quitté leur pays pour des raisons politiques. Ils ont un niveau d’éducation supérieur à l’échantillon des Suisses.

Les musulmans s’intègrent bien au marché du travail. Les hommes y exercent un emploi à plein temps à une fréquence équivalente à celle des Suisses. Les femmes travaillent plus souvent à plein temps et moins à temps partiel que les Suissesses.

Mais le taux des sans-emploi est systématiquement et nettement plus élevé chez les musulmans que chez les Suisses. Les Maghrébins sont tout particulièrement touchés, avec un taux de 10% pour les hommes et même de 20% pour les femmes. Explication de ces chiffres exceptionnellement élevés: les diplômes des Maghrébins acquis à l’étranger ne sont souvent pas reconnus en Suisse. Malgré leurs qualifications, ils peinent à trouver un emploi.

Dans la hiérarchie professionnelle, les musulmans sont un peu moins bien classés que les Suisses, mais la différence des salaires demeure nettement plus grande.

De ce point de vue, la situation des musulmans ne semble guère différente de celle des autres étrangers vivant en Suisse. Le facteur religieux ne jouerait pas de rôle dans leur participation au monde du travail. Les chercheurs ne peuvent cependant pas l’affirmer scientifiquement, car leur étude ne comporte pas une comparaison avec un échantillon de migrants non musulmans.

Liens sociaux, origine, discrimination

La religion et l’origine ethnique influencent significativement les liens sociaux des musulmans établis en Suisse.

Ils fondent famille entre eux. Les mariages ou unions mixtes (entre conjoints qui ne sont pas de la même origine et de la même religion musulmanes) sont rares: 4% chez les Turcs et les ex-Yougoslaves, contre 15% chez les Suisses. Les Maghrébins font une remarquable exception avec un quart de mixité. Ils se distinguent également très nettement par leur entourage social très ouvert: très peu de liens avec des nationaux et la moitié de leurs contacts avec des personnes d’une autre religion. En revanche, les Turcs et les ex-Yougoslaves vivent très largement entre eux.

La différence est nettement moindre concernant l’attachement à leur pays d’origine. Plus de 80% des Turcs et ex-Yougoslaves ainsi que 70% des Maghrébins se rendent au moins une fois l’an dans le pays où ils conservent des liens.

Pratiquement tous les répondants au sondage se sont sentis victimes de discrimination au cours des douze derniers mois. Dans l’ordre, en raison de leur origine, de leur religion, de leur langue ou de la couleur de leur peau. Quelques différences: les Turcs sont plus handicapés par la connaissance de la langue; les ex-Yougoslaves n’ont pas de problème avec la couleur de leur peau; les Maghrébins souffrent en raison du stéréotype «Arabe, islamisme et terrorisme».

Compatibilité de l’islam avec la Suisse

Les étrangers musulmans sont-ils, en quelque sorte, plus étrangers à la Suisse que les autres migrants?

L’étude analyse l’étendue de leur croyance et l’influence que celle-ci exerce sur leurs rapports à la société suisse. De 10 à 15% des musulmans se déclarent croyants. C’est deux fois plus que les Suisses. Mais, à égalité avec les chrétiens, 1% seulement s’affirment «extrêmement religieux» (intégristes?). La très large majorité des musulmans interrogés se déclarent «très peu religieux» et fréquentent très peu les lieux de prière.

Ce qui n’empêche pas un nombre important d’entre eux de faire en privé plusieurs prières par jour, de respecter les règles alimentaires de l’islam et même de pratiquer le jeûne du Ramadan. Pour expliquer cette apparente contradiction, les experts estiment qu’il s’agit pour beaucoup de pratiques liées à la culture des pays d’origine des migrants, à une habitude de vie.

C’est comme les Suisses. Même non croyants, ils fêtent Noël!

Le rapport des musulmans avec la société suisse démocratique et laïque et ses institutions sont bons. D’une manière relativement homogène pour les trois groupes interrogés, la confiance à l’égard du gouvernement, du Parlement, de la justice et de la police se trouve au niveau de 8 sur 10. Dans une même proportion, les musulmans jugent que les règles existantes doivent être respectées, même si celles-ci remettent partiellement en cause leurs libertés religieuses.

Ils estiment cependant très majoritairement qu’il faudrait changer quelques règles pour leur permettre de respecter les pratiques de l’islam. Carrés musulmans dans les cimetières, autorisation du voile pour les élèves et possibilité d’ériger des minarets. Les Suisses ne sont d’accord avec leurs revendications que pour les cimetières.

L’étude publiée il y a quelques mois se base sur une enquête effectuée six ans plus tôt. Voilà donc le portrait, fait en 2009, des musulmans, vus par eux-mêmes et vus par les Suisses. Une actualisation de cette étude serait bienvenue.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/28482 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/28482
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP