Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Le tourbillon numérique ou la énième fin du travail

La numérisation de l’économie et de nos rapports sociaux constitue un défi majeur pour l’emploi présent et futur et appelle une réglementation spécifique du secteur

Photo Mohamed El-Gayar
Photo Mohamed El-Gayar (licence CC)

Depuis le 19e siècle, des prédictions relatives à la fin imminente du travail ont été faites à plusieurs reprises. La rationalisation du processus de production a conduit de nombreux secteurs d’activités à s’interroger sur leur avenir: l’agriculture, les tisserands, le petit commerce.

L’ère numérique dans laquelle nous nous immergeons chaque jour davantage apporte elle aussi ses gains de productivité, notamment dans le traitement, le stockage et l’échange d’informations. A tel point que, du web 2.0 vulgarisé il y a moins de dix ans, nous sommes désormais passés à l’industrie 4.0. Vous n’avez pas fait vos mises à jour? Attention, vous risquez peut-être le chômage.

Les interconnexions entre espaces, objets et personnes augmentent continuellement, au travail comme dans la vie privée, créant une quantité faramineuse de données mises progressivement en lien jusqu’à créer un champ informationnel global et autonome. Ce champ ouvre de vastes possibilités que certaines personnes abordent de manière ludique, par exemple avec le pipotron.

D’autres, tels des pionniers, exploitent une quantité gigantesque de données à la croissance exponentielle. Ils participent d’un côté à l’amélioration des produits que nous consommons, de l’autre à une connaissance et à une surveillance toujours accrues de nos habitudes et besoins. Et l’exploitation de ce champ peut rapporter gros: le nombre croissant de «licornes», ces entreprises dont la valorisation estimée dépasse le milliard de dollars avant même leur entrée en bourse, symbolise l’ouverture d’un marché de biens et services numériques où une idée et quelques milliers de lignes de code peuvent bouleverser tout un secteur de l’économie.

Quelles conséquences cela aura-t-il sur le travail? A court et moyen terme, deux chercheurs de l’Université d’Oxford estiment très probable l’automatisation ou l’importante réduction de plusieurs catégories d’emploi: par ordre décroissant de probabilité, ils nomment les télémarketeurs, les comptables, les vendeurs, les rédacteurs techniques, les agents immobiliers, les dactylos.

La morosité du marché du travail européen – surtout pour les jeunes – ne laisse pas présager d’améliorations globales dans les années à venir, mis à part les métiers de la santé et l’informatique qui ont le vent en poupe. Au point qu’au Japon, afin de pallier le manque de personnel, on s’apprête même à substituer des robots aux aides-soignantes.

Une fin du travail est en soi peu probable, en tout cas tant que la consommation – aujourd’hui essentiellement composée de services, bientôt en partie automatisés – poursuit son accroissement.

Le phénomène observé consisterait plus en une substitution progressive du travail par le capital, avec les problèmes de concentration et de redistribution de richesse que cela implique: les gagnants – inventeurs de licornes et détenteurs de capital – accumulent et laissent sur le carreau les perdants – personnes aux qualifications non rentables. D’une certaine manière, l’augmentation constante du PIB en Europe ces 20 dernières années – excepté 2009 – couplée à la stagnation des salaires ainsi qu’à une remise en question toujours plus nette du droit du travail, des retraites et des autres formes de protection sociale illustrent déjà cette tendance.

Le rouleau-compresseur du progrès va-t-il casser le dos à celles et à ceux qui n’ont pas la souplesse de s’adapter ni l’aptitude à se requalifier? Afin de limiter les déboires financiers des plus mal lotis, certains militent en faveur d’un revenu de base inconditionnel. Version affranchie des carcans administratifs de l’aide sociale, ce concept reste pour l’instant très impopulaire, car il provoquerait une douloureuse entorse à notre conception du travail héritée de grand-papa.

Afin d’éviter un débat peu fructueux où la gauche (de la gauche?) plaiderait seule contre tous les autres partis politiques, ne devrions-nous pas plutôt réfléchir à un cadre réglementaire propice au développement numérique et permettant un partage plus équitable des bénéfices (DP 2071)?

La création de droits de propriété spécifiques aux codes des logiciels et des plans numériques d’objets physiques permettrait de repenser non seulement la distribution des rentes générées par ces lignes de code, mais également de favoriser une approche plus coopérative entre acteurs où le produit de l’un peut être utilisé par tout autre en vue de développer son propre produit.

Et peut-être cette capitalisation du travail permettra-t-elle de réaliser la semaine de 15 heures prédite par John Maynard Keynes il y a plus de 80 ans.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/28477 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/28477

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP