Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Le Mondial des universités… comme pour le football

Au-delà du hit-parade, des comparaisons et des enseignements utiles à tirer

Photo THE

Les classements mondiaux des universités deviennent un équivalent des compétitions sportives. La presse en parle positivement pour peu que les hautes écoles du pays figurent en bonne position. Alors qu’un prudent silence entourera une mauvaise évaluation avec une inévitable mise en cause des critères de sélection.

La liste qui a tout déclenché est celle dite de Shanghai, qui mesure la performance universitaire exclusivement à travers la recherche, les publications et le nombre de prix Nobel. L’enseignement est absent des critères retenus, ce qui limite fortement l’intérêt du classement. A noter aussi que certains pays ont privilégié des institutions spécialisées pour la recherche scientifique, qui s’effectue donc en partie hors université, et sont dès lors défavorisés: par exemple, la France à travers le CNRS ou l’Allemagne avec l’Institut Max Planck.

Le classement le plus intéressant, diffusé le 15 octobre comme chaque année, a été publié par le Times Higher Education, un magazine britannique spécialisé. Il prend en compte des critères liés à l’enseignement pour 30% de la note finale, la notion peu traduisible de international outlook que l’on pourrait exprimer par rayonnement international pour 7,5% et le financement par le secteur privé pour 2,5%. Si la recherche scientifique a un poids de 30% du total, les citations des publications issues de l’université comptent également pour 30%. On est donc assez loin de l’aspect unidimensionnel du classement de Shanghai dont la presse nous rebat les oreilles chaque année. Un petit problème toutefois: le magazine n’indique pas comment il construit ses indices.

Personne ne sera surpris de voir les universités américaines et britanniques monopoliser 18 des 20 premières places du classement, avec CalTech (le California Institute of Technology) au premier rang. L’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), première école non anglo-saxonne, occupe la neuvième place et l’Université de Toronto le 19e rang.

Si l’on ne considère que les institutions hors des pays de langue anglaise, l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne – 31e au classement général – occupe le cinquième rang derrière l’EPFZ, l’Université de Singapour, Karolinska en Suède et LMU à Munich. En fait les universités helvétiques sont remarquablement bien placées avec sept d’entre elles dans les 150 premiers rangs, ce qui fait de notre pays, et de loin, le champion de la qualité universitaire par rapport au nombre d’habitants devant les Pays-Bas.

Naturellement, de nombreuses critiques peuvent être faites à un tel classement. Personne ne conteste la qualité des grands établissements des Etats-Unis ou du Royaume-Uni, qui occuperaient sans doute les premières places quels que soient les critères choisis. Mais on ne peut s’empêcher de penser que les indicateurs utilisés et non publiés favorisent le modèle universitaire des pays de langue anglaise, ce qui est logique venant d’une publication britannique. L’omniprésence de la langue de Turing dans le monde scientifique ne peut que mettre en avant les universités des pays dont l’anglais est la langue véhiculaire, ce qui constitue tout de même un avantage concurrentiel évident.

Ainsi, dans l’immense monde hispanique, la première place est détenue par l’Université autonome de Barcelone au 146e rang. Or, pour un étudiant ou un chercheur qui se spécialise dans la littérature espagnole, l’histoire de la colonisation de l’Amérique latine ou la géographie des Andes, il existe certainement des institutions de très haut niveau qui sont invisibles dans le classement du Times Higher Education ou dans celui de Shanghai.

Malgré toutes les critiques, ces classements, loin d’être considérés comme de purs instruments de marketing, sont pris très au sérieux par quelques chercheurs, surtout en économétrie, qui essaient d’y trouver des leçons de gouvernance.

C’est le cas du Français Philippe Aghion, professeur à Harvard, actuellement au Collège de France, qui s’appuie en partie sur ces classements pour tenter de démontrer que la clé de la réussite d’une université ne réside pas seulement dans le montant du budget, généralement plus élevé dans une université privée comme Harvard que dans une haute école publique, mais dans sa bonne utilisation. Or celle-ci dépendrait largement de l’autonomie de gestion de l’établissement, qu’il soit public ou privé.

La démonstration d’Aghion s’adresse bien entendu aux universités françaises, mal placées dans les classements et soumises à de fortes contraintes par l’Etat.

Mais après tout, cette réflexion peut aussi s’appliquer à notre pays: la tension entre la liberté académique des établissements, l’Etat qui tient les cordons de la bourse et la politique universitaire qui fixe des cadres et des objectifs en matière de formation et de recherche ne cessera sans doute jamais d’exister, et c’est très bien ainsi.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/28321 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/28321

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP