Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Douloureux lendemains d’élections parlementaires

Evitons d’ajouter un gouvernement à la composition minée à un Parlement un peu plus bloqué qui se heurtera à la démocratie directe

Photo Guido Gloor Modjib

Le glissement du Parlement un peu plus à droite a donc eu lieu, comme les sondages l’annonçaient. Mais il ne s’agit ni d’un séisme ni d’un raz-de-marée, comme trop de titreurs et de commentateurs veulent le faire croire. Même si l’UDC persiste à se présenter comme la voix du peuple dans son ensemble – «Les Suisses votent UDC» ou encore «Les Suissesses et les Suisses ont fait confiance à l’UDC».

Sur l’échelle sismographique helvétique, la progression des conservateurs nationalistes n’est certes pas négligeable. Rappelons pourtant que près de 70% des votants ont fait un autre choix. Et si l’on tient compte du taux de participation – 48,4% – l’UDC représente moins de 15% de l’électorat. Reste que le nouveau rapport des forces annonce une législature au cours de laquelle les dossiers importants n’avanceront guère.

La proportionnelle malmenée

Soulignons une fois de plus le décalage entre suffrages obtenus et sièges conquis ou perdus. Par exemple, les socialistes perdent trois sièges, quand bien même ils maintiennent leur force en suffrages (+0,1%) – les apparentements ne leur ont pas été favorables cette fois – alors que la progression de l’UDC (+2.8%) vaut à cette dernière un gain en sièges plus que proportionnel. Dans cette cuisine à base d’apparentements et de circonscriptions cantonales inégales qui empêchent la concrétisation d’un scrutin vraiment proportionnel, les petits partis sortent en général perdants. DP dénonce depuis des années des règles qui ne traduisent pas correctement «l’expression fidèle et sûre» de la volonté de l’électorat telle que la garantit la Constitution fédérale (DP 1933, 2086).

L’enlisement du tournant énergétique et de la réforme de la prévoyance vieillesse est programmé. Avec l’aide du PLR, le parti qui se veut le défenseur de la liberté et de la sécurité va barrer la route à un approvisionnement autonome et respectueux de l’environnement, générateur d’emplois et d’innovations. La droite mènera la politique sociale dans l’impasse, car le souverain rejettera ses solutions – élévation de l’âge de la retraite et diminution des rentes. La réforme de l’imposition des entreprises deviendra à ce point favorable à l’économie et ruineuse pour les budgets publics qu’elle peinera à passer le cap référendaire. Un cap plus que délicat également pour la libre circulation des personnes que les bourgeois croient pouvoir sauver en faisant l’économie de mesures d’accompagnement substantielles.

A cet égard, la directrice romande d’economiesuisse ne manque pas d’humour, elle à qui la poussée de l’UDC «redonne l’espoir d’une politique économique plus libérale» (Le Temps du 20.10.2105). Ira-t-elle expliquer aux chefs d’entreprises les bienfaits des contingents et la vacuité des accords bilatéraux? Voilà le prix fort à payer pour le renforcement d’un parti qui mise sur la dénonciation de menaces fantasmées – le chaos de l’asile, l’ogre bruxellois – pour mieux occulter son désintérêt du sort de la majorité de la population.

Sur cette lancée, l’UDC ne peut que renouveler avec plus de fermeté encore son exigence d’un deuxième siège gouvernemental. Une exigence qui trouve hélas un écho grandissant au sein du camp bourgeois. Voir le soutien appuyé du président du PLR au cours de la soirée électorale et celui renouvelé du Tessinois Filippo Lombardi, chef du groupe parlementaire démocrate-chrétien. Et les voix se multiplient qui conseillent à Eveline Widmer-Schlumpf de se retirer afin d’éviter un camouflet et des tensions inutiles. Pour la NZZ, il est temps de revenir à la normale et de «respecter la volonté populaire».

L’UDC a peaufiné son scénario. Elle recherche depuis des mois des candidats «présentables», non sans que soit lancé de temps à autre un nom que l’on sait inacceptable pour la majorité des parlementaires, candidature aussitôt démentie par l’intéressé comme pour mieux conforter le sérieux et la modération du parti. Même Christoph Blocher a enfilé des gants de velours et annonce deux candidats «qui ne choquent pas trop».

Mais à quoi bon un postulant présentable quand son parti ne l’est pas? Car c’est bien de l’incapacité de l’UDC à jouer le jeu des institutions qu’il s’agit: ses représentants jouent au chat et à la souris avec la collégialité; elle-même ne cesse de traîner le gouvernement dans la boue et mène une politique jusqu’au-boutiste d’opposition systématique. Dernier exemple en date, le référendum lancé contre la révision de la loi sur l’asile qui permettra d’accélérer les procédures: une innovation initialement approuvée par l’UDC, mais qui devient inacceptable pour la seule raison que cette formation ne voit aucun intérêt à améliorer une situation dont elle tire profit.

Dans ces conditions, la prétention de l’UDC à occuper deux sièges gouvernementaux n’est pas recevable. La parenthèse Blocher l’a suffisamment prouvé. Evoquer le «respect de la volonté populaire», c’est ignorer que la Suisse ne vit pas en régime parlementaire. C’est à l’Assemblée fédérale et à elle seule qu’il incombe de choisir les membres de l’exécutif, dans le respect de la diversité régionale et linguistique (art. 175 al. 4 Cst) et dans le souci du bon fonctionnement des institutions. Un souci que ne partage visiblement pas l’UDC. Quant à la volonté populaire, elle trouve à s’exprimer au travers des instruments de la démocratie directe.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/28294 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/28294

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP