Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

La surévaluation «extrême» du franc

Les entreprises annoncent le pire… qui se fait toujours attendre | Réflexions sur le franc fort (1/5)

Photo Melisande*
Photo Melisande* (licence CC)

Le mois dernier, l’agence Bloomberg annonçait un recul du produit intérieur brut (PIB) au cours du deuxième trimestre de l’année, en se fondant sur les avis des «experts» qu’elle avait interrogés.

Sur cette base, la plupart des médias, privés et publics, enchaînaient, sans recours au conditionnel, pour annoncer que la hausse du PIB serait en fait une baisse. Le recul était donc acquis, comme sa cause, qui ne faisait pas un pli: le «franc fort», évidemment.

Mais pas de chance. Le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) a annoncé que le PIB, d’un trimestre à l’autre, avait augmenté de 0,2%. La hausse, sur une année, atteignait même 1,2%. Ces pourcentages ne sont sans doute pas géniaux par rapport à d’autres périodes de notre histoire. Toutefois, dans le contexte international actuel, et avec un franc fort, ce n’est pas si mal.

C’est même si bien que les médias, au lieu de se poser des questions sur le pourquoi du comment, ont plutôt choisi de dire que ce résultat ne pouvait être que sinon le fruit du hasard, du moins de circonstances momentanées, et que cette tendance ne pourrait pas durer: l’entrée en récession, définie comme deux trimestres consécutifs de recul du PIB, n’était que partie remise.

Le Temps du 29 août écrivait: «Personne ne met sa main au feu que la Suisse ne connaîtra pas, à court ou à moyen terme, un nouveau trimestre de croissance négative». Forcément qu’à «moyen terme» l’économie suisse, comme n’importe quelle autre, finira par enregistrer un nouveau trimestre de croissance négative – ce qui ne serait pas encore une entrée en récession puisqu’il faut deux trimestres consécutifs…

Ceci dit, loin de nous l’idée que le franc fort est indolore pour une part significative de l’économie nationale et ne confronte pas de nombreuses entreprises, et donc aussi les personnes qui y travaillent, à des difficultés d’organisation, de production et de vente, tout spécialement pour les sociétés actives sur les marchés étrangers.

Ce n’est toutefois pas suffisant de répéter, comme une sorte de mantra, que la décision de la Banque nationale suisse (BNS) prise le 15 janvier de supprimer le cours plancher de 1,20 CHF pour un euro est l’origine et la cause de toutes les difficultés commerciales. Ce n’est pas ainsi qu’on fournit des éléments d’analyse qui permettent de comprendre comment fonctionne notre système économique qui, notons-le, paraît «tourner» plutôt mieux et a une capacité d’adaptation supérieure à ce que la très large majorité des commentaires laissait entendre depuis janvier 2015.

Mais il n’y a là rien de nouveau! Des textes aux contenus pratiquement identiques avaient paru entre l’été 2011 et le printemps 2012, lorsque notre monnaie s’était envolée au point d’amener, le 6 septembre 2011, la BNS à prendre la décision de fixer le cours plancher de 1,20 CHF pour un euro, afin de lutter contre la surévaluation «extrême» du franc. Certains des textes parus ces derniers mois peuvent d’ailleurs donner l’impression qu’ils en sont des copiés-collés.

Hans Hess, le président de Swissmem, prévoyait le pire à l’automne 2011 et concédait au printemps 2012 que le nombre des emplois supprimés serait bien moindre qu’annoncé: les «entreprises ont réagi rapidement et sont plus robustes qu’attendu». Ce sont les mêmes propos que l’on entend maintenant: les variations attendues des emplois dans les entreprises liées à Swissmen ne dépasseront pas en 2015 les fluctuations habituelles dans la branche.

Mais au fond, n’est-ce pas le même discours qu’on entend non pas seulement depuis quelques mois ou années, mais depuis maintenant une quarantaine d’années? Ose-t-on rappeler que le cours du dollar tournait autour de 4,30 CHF en 1970 et que le cours de cette même monnaie est maintenant inférieur à un franc? Notre monnaie a ainsi été au cours de ces dernières décennies soumise à une pression constante, sinon continue, de réévaluation. Et cela est vrai non seulement par rapport à la monnaie américaine, mais aussi par rapport à toutes les autres monnaies: la livre sterling, le franc français, la lire italienne, le mark allemand, et maintenant l’euro.

L’économie suisse doit être une des seules au monde (?) à avoir été et à être confrontée à une telle évolution. Peut-on en tirer quelques leçons? Nous reviendrons sur cette thématique au cours des prochaines semaines.
_____
Les articles de la série Réflexions sur le franc fort sont rassemblés dans DP 2095a.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/28007 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/28007

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP