Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Un florilège de dessins de Hodler provenant de la collection de Rudolf Schindler est exposé à Vevey

«Ferdinand Hodler. L’infini du geste», Musée Jenisch Vevey, jusqu’au 4 octobre 2015

Photo vevey.ch
Photo vevey.ch

L’exposition actuelle du Musée Jenisch est le fruit de circonstances particulières et d’un don d’une exceptionnelle générosité.

Rudolf Schindler (1914-2015) fut professeur puis directeur de l’Ecole d’arts visuels de Berne et Bienne. Excellent connaisseur de Ferdinand Hodler, il achète dès 1955 des dessins de ce dernier à sa veuve Berthe Hodler-Jacques, puis à ses descendants. Il acquiert ainsi une extraordinaire collection de plus de 600 œuvres du grand artiste bernois. Le 31 octobre 2014, il en fait don au Musée Jenisch.

C’est une sélection inédite d’environ 170 œuvres (principalement sur papier, mais aussi une dizaine de peintures) qui est présentée à Vevey. Schindler, décédé le 17 février, ne la verra malheureusement pas. Notons que l’artiste entretenait des liens particulièrement forts avec cette ville. C’est dans ses environs que Hodler a peint certaines de ses admirables vues du Léman. C’est aussi à Vevey qu’est décédée en 1915 son modèle et sa maîtresse Valentine Godé-Darel.

Certes, l’exposition parlera surtout à celles et ceux qui connaissent les versions achevées des peintures et fresques de Hodler, comme La Retraite de Marignan ou ses grandes pièces symbolistes (Le Jour, L’Heure sacrée, Regard dans l’infini, La Vérité, etc.) Car à Vevey, on n’en voit que les esquisses et travaux préparatoires. Ceux-ci sont néanmoins très intéressants pour comprendre la genèse de ses grandes toiles.

On appréciera également l’extraordinaire dynamisme et la puissance du dessin, dont certains sont d’une stupéfiante modernité: ainsi, le portrait de Giulia Leonardi, à peine esquissé, fait songer à Matisse ou Picasso. Une large part de l’exposition est consacrée aux esquisses des grands tableaux historiques. Relevons une œuvre peu connue, Le Départ des étudiants allemands pour la guerre de libération de 1813 contre Napoléon, une commande de l’Université d’Iéna datant de 1907.

Hodler utilise le crayon, le fusain, l’encre de Chine. Parfois il colorie ses projets. Il use aussi des collages, à l’instar de Matisse, pour placer les divers éléments de ses compositions. La présence de quelques huiles – dont un très beau portrait de son épouse Berthe – atténue le côté un peu austère de l’exposition.

Les esquisses consacrées aux paysages – qui sont sans doute la part la plus magique de l’œuvre de l’artiste – font ici figure de parent pauvre. On a de la peine à imaginer, à travers ces quelques dessins, les visions éthérées du Léman et la puissance des cimes des Alpes bernoises qui ont largement contribué à la notoriété du peintre.

En revanche, on constatera la forte présence des figures féminines. Certaines, comme celles des grandes toiles symbolistes en devenir, semblent danser, flotter dans l’air: une remarque que ses contemporains faisaient déjà à Botticelli! Il faut rappeler que Hodler a été influencé par les théories «eurythmiques» d’Emile Jaques-Dalcroze.

L’autoportrait et le portrait occupent aussi une place importante dans l’exposition. Celle-ci s’achève sur la série bouleversante, où la douleur côtoie une sorte de cynisme distancié d’artiste, que Hodler a consacrée à la longue agonie de Valentine Godé-Darel atteinte d’un cancer, aux traits de plus en plus émaciés jusqu’à la vision de son corps sur son lit de mort.

En bref, tout le grand Hodler des peintures est déjà là, en puissance, dans ces dessins qui ont une force considérable.

Notons enfin qu’à l’étage du musée, trois films documentaires réalisés en 2004 par NZZ Format évoquent la rencontre de Rudolf Schindler avec la veuve du peintre et l’émerveillement du collectionneur devant les dessins de celui-ci.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/27902 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/27902

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP