Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Le PIB: ce qu’il révèle et ce qu’il cache

Un recul de 0,2%, et alors?

Le produit intérieur brut (PIB) helvétique a reculé de 0,2% au premier trimestre de 2015. Mais ce n’est pas tant ce chiffre que la fascination qu’exerce cet indicateur qui devrait inquiéter. Le PIB est tenu pour la mesure suprême de la réussite d’un pays dans la grande compétition économique, alors même que son contenu informatif reste très limité.

D’emblée le Secrétariat à l’économie (Seco) rassure: ce léger repli ne concerne que l’évolution économique par rapport au dernier trimestre de l’an dernier. Si l’on considère la dernière période de douze mois, la croissance atteint 1,1%. Ouf, nous avons eu chaud.

Car la croissance mesurée par l’augmentation du PIB est devenue la bouée de sauvetage des sociétés contemporaines. D’elle on attend tout à la fois la réduction du taux de chômage et de la pauvreté, l’équilibre financier des assurances sociales et l’allègement de la dette publique. Et même le salut de l’environnement, pour autant que la croissance devienne verte ou immatérielle.

Que cache ce sigle révéré? La valeur des biens et services produits dans le pays, mesurée à leur prix. Entre donc dans le PIB tout ce qui a un prix exprimé monétairement. A contrario en est exclu ce qui est gratuit, ce qui n’a pas de valeur d’échange en monnaie: les activités bénévoles, le travail domestique, les ressources naturelles qui n’ont pas de prix sur le marché, comme l’air par exemple.

Tout limité qu’il est, le PIB reste un indicateur utile. Il introduit une certaine transparence dans l’économie en révélant l’apport des différents secteurs à la richesse nationale et sa répartition entre ménages et entreprises.

Par contre le PIB ne dit rien sur la qualité de ce qui est produit et à qui profite cette richesse. Un accident de la circulation peut provoquer deuil, douleurs et invalidité. Le PIB ne s’intéresse qu’aux services de secours, aux soins médicaux et au travail des carrossiers et le cas échéant aux pompes funèbres, toutes activités qui ont un coût et qui donc le font croître.

Le PIB est aveugle aux conditions de travail qui président à la création de richesse. Mauvaises, elles vont certes pénaliser les travailleurs dans leur santé et leur capacité productive, mais gonfler le PIB grâce aux coûts induits par ces conditions insatisfaisantes.

Le PIB ne traduit en aucune manière la pression de l’activité économique sur l’environnement. Pire, si les dégâts impliquent des actions de réparation, ces dernières contribuent à la croissance du PIB. Il serait intéressant de connaître la part de la croissance consacrée à payer ces dégâts.

Un PIB qui n’est guère sensible non plus à l’horizon temporel: la croissance inconsidérée du secteur bancaire a contribué à doper l’indicateur – satisfaction générale –, jusqu’à la crise qui a mis à genoux l’économie mondiale – atterrement général. Quand le PIB se révèle être un mirage!

Le PIB, à tout le moins à partir d’un certain niveau, n’indique en rien la qualité de vie d’une société. Ainsi la richesse produite n’est pas corrélée avec l’espérance de vie, aussi élevée au Chili et au Costa Rica qu’aux Etats-Unis pourtant quatre fois plus riches. Le constat vaut pour la plupart des variables de développement humain: santé, inégalités, violence, éducation. On peut même soupçonner que le taux de croissance – l’augmentation de la plus-value – sert en partie ou en totalité à couvrir les coûts des atteintes à la santé et à l’environnement, notamment, provoquées par cette même croissance. Le serpent PIB se mord la queue.

C’est pourquoi d’autres indicateurs ont été développés pour pallier l’information biaisée et insuffisante fournie par le PIB. De l’indicateur du développement humain du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à celui des richesses humaines et naturelles de la Banque mondiale en passant par le Bonheur national brut, les tentatives n’ont pas manqué d’élargir notre compréhension de la richesse des nations. Mais elles butent sur la double difficulté de définir des critères universels et de récolter les données pertinentes. L’Office fédéral de la statistique a également développé un système d’indicateurs du développement durable.

Mais parce qu’il est simple et simpliste, le PIB reste la référence de base des autorités comme des acteurs économiques. A gauche comme à droite de l’échiquier politique, on ne pense qu’en termes de croissance, cet horizon quasiment eschatologique qui pourtant ne nous promet pas des lendemains qui chantent. Et les dispositions constitutionnelles telles que les articles 2, alinéa 3, et 73 – conservation durable des ressources naturelles et développement durable – ne restent que des vœux pieux reportés aux calendes grecques.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/27697 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/27697

En relation

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP