Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Flambée du franc, plongée dans une vision rétrograde

Les remous monétaires ne justifient nullement la remise en cause d’évolutions nécessaires de l’économie suisse

Même si l’on savait que la mesure ne pouvait subsister longtemps encore, l’annonce par la Banque nationale de l’abandon du taux plancher de 1,20 franc pour un euro a créé la surprise, voire même la stupéfaction.

Puis très vite on a vu déferler des revendications pour contrer les effets négatifs de cette décision. Des revendications qui pour l’essentiel reflètent une vision étroite et passéiste, sans référence aux véritables défis auxquels l’économie et la société devront faire face.

En 2011, lorsque déjà la pression sur le franc suisse se faisait insistante, la Confédération avait libéré une aide de 870 millions – dont 500 pour soutenir le recours au chômage partiel. Aujourd’hui il n’est plus question d’une intervention de type conjoncturel. Ni Eveline Widmer-Schlumpf ni son collègue Schneider-Ammann n’en voient le besoin, tout au moins dans le court terme. Les organisations patronales sont au diapason.

Elles misent tout sur l’allègement des charges des entreprises. Les charges liées aux procédures administratives d’abord, en accélérant et concrétisant le programme établi par le Conseil fédéral. Puis il s’agit de mettre sous toit sans tarder la réforme de la fiscalité des entreprises qui devrait réduire sensiblement leurs impôts… et amoindrir tout aussi sensiblement les ressources publiques. Enfin l’Etat se voit prié de renoncer à tous les projets en cours qui pèseront lourdement sur les coûts de production: la loi sur les services financiers, les nouvelles prescriptions relatives à la société anonyme, la stratégie énergétique 2050, la révision du droit de l’environnement qui vise à verdir l’économie, sans parler de l’interdiction de nouvelles centrales nucléaires.

Nous n’avons rien contre la simplification des procédures administratives, dès lors qu’elle ne met pas en péril la mise en œuvre des lois et les objectifs que poursuivent ces dernières. De même, la réforme de la fiscalité des entreprises ne peut souffrir d’atermoiements – l’Europe en a fait une condition nécessaire au maintien de nos bonnes relations et les standards internationaux l’exigent – et les entreprises doivent connaître au plus tôt les conditions fiscales qui leur seront faites.

Mais nul doute que les milieux économiques vont profiter de la situation pour pousser les taux d’imposition à la baisse. Or les premières estimations (Vaud et Genève environ 13%) sont inacceptables, tant elles obéreraient les comptes publics. Elles ne sont même pas indispensables à l’attractivité fiscale de la place économique helvétique (DP 2044); elles correspondent tout au plus à la poursuite de la stupide concurrence que se livrent entre eux les cantons.

Les revendications patronales relatives à la politique énergétique et environnementale ressortent toutes d’une conception à courte vue qui ne laisse aucune place à l’innovation et donc aux débouchés qu’offrent les changements inéluctables de paradigme dans ces domaines. Miser sur les énergies renouvelables comme le préconise la stratégie 2050 du Conseil fédéral (DP 1986), c’est se positionner pour un futur proche pauvre en énergies fossiles et développer un savoir-faire dont la demande ne pourra que croître. Miser sur une économie verte, c’est d’une part prendre en compte la raréfaction des ressources naturelles et d’autre part préserver la qualité d’un environnement indispensable à l’activité économique.

La logique du marché – cette sommation d’ignorer le long terme – est dans l’incapacité de répondre à ces défis. Pour paraphraser Clémenceau, l’économie est décidément chose trop sérieuse pour la confier à ceux qui s’en prétendent les représentants attitrés.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/27153 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/27153

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP