Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Groupe Etat islamique et islamophobie

Les manifestations d’islamophobie font le jeu du terrorisme

Photo Wikimedia Commons
Photo Wikimedia Commons (licence CC)

Ayant récemment fait irruption sur le devant de la scène médiatique mondiale, le Groupe Etat Islamique (GEI) a fait augmenter le risque d’attentat dans le monde occidental en général et, in fine, en Suisse, ne serait-ce qu’à cause des volontaires partis le rejoindre et dont certains, aguerris et endoctrinés, reviendront inévitablement.

La naissance de l’Etat islamique en Irak, issu de la franchise irakienne d’Al-Qaïda, a été proclamée en 2006. Les premières années du mouvement furent tumultueuses, car il subit de plein fouet l’alliance entre tribus sunnites et armée américaine entre 2006 et 2007 avant de se replier sur les zones frontalières entre la Syrie et l’Irak où il parvint à se réorganiser. Le groupe mit ensuite à profit la guerre civile faisant rage en Syrie pour s’y implanter à partir du début de l’année 2013, conquérant de vastes zones au détriment des forces combattant le régime de Bachar el-Assad et entrant dans une alliance de facto avec ce dernier avant de se rebaptiser Etat Islamique en Irak et au Levant en avril 2013, puis de lancer une offensive foudroyante en Irak et de s’emparer de Mossoul le 10 juin 2014, annonçant peu après la restauration du Califat. Il continua à progresser sur plusieurs fronts avant que la campagne de bombardement aérien initiée par les Etats-Unis à partir du mois d’août ne ralentisse son élan.

Le GEI se distingue, dans un contexte pourtant déjà marqué par la guerre, par son extrême brutalité. Les exactions commises ont pour effet de révulser l’opinion publique internationale et nombre de commentateurs assimilent les séides d’Abou Bakr al-Baghdadi, calife autoproclamé, à de simples barbares sanguinaires ou à des fous fanatiques.

La réalité est pourtant plus sombre encore, car loin de se résumer à une horde sauvage, le GEI est fortement structuré et dispose, par exemple sur le plan militaire, de chefs qui peuvent s’avérer extrêmement compétents, comme le Tchétchène Abou Omar al-Chichani l’a démontré en septembre dernier en se jouant des forces régulières irakiennes dans la province d’Anbar grâce à des tactiques associant vitesse et manœuvre. De plus, les pratiques du groupe reposent au moins partiellement sur un corpus incluant les thèses d’Abou Moussab al-Souri qui fit la synthèse entre l’expérience accumulée par les mouvances islamistes armées au cours des dernières décennies et les leçons de la guerre populaire – implicites et explicites – telles que codifiées par Mao et ceux qu’il inspira par la suite, comme Che Guevara. L’usage systématique de la terreur par le GEI constitue par ailleurs aussi un outil destiné à atteindre des objectifs politico-militaires précis, comme démoraliser les soldats ou les miliciens ennemis, asseoir son emprise sur les habitants des zones qu’il contrôle ou encore attirer de nouvelles recrues en affichant sa détermination.

En l’occurrence, et pour revenir au danger potentiel que le groupe représente pour la Suisse, Abou Moussab al-Souri préconise de renoncer à organiser de vulnérables réseaux terroristes en faveur de petites cellules autonomes ou même de loups solitaires afin de frapper l’ennemi occidental sur son sol afin de saper sa volonté. De tels actes terroristes ont un autre avantage du point de vue de ceux qui les encouragent, du moins si l’on postule la familiarité d’un individu tel qu’Abou Moussab al-Souri avec les concepts maoïstes. En effet, le centre de gravité d’un mouvement s’opposant à l’ordre établi est la population, qu’il s’agit de contrôler car elle seule peut permettre à une lutte de se perpétuer contre un adversaire supérieur.

Dans la logique du GEI, il ne s’agirait pas à l’évidence des populations occidentales dans leur ensemble, mais des communautés musulmanes en faisant partie. Dans cette perspective, tout acte susceptible d’attirer la vindicte et la méfiance à l’encontre de ces communautés est une victoire, car un tel climat affaiblit le discours des modérés tout en accroissant la probabilité que certains de leurs membres se radicalisent jusqu’à un point de non-retour, générant de nouveaux attentats qui à leur tour renforceront cette dynamique.

En définitive, les manifestations d’islamophobie sont bienvenues pour des mouvements comme le GEI, car elles ne font que renforcer leur propre propagande. Bref, il s’agit d’un cas où morale et contraintes sécuritaires ne s’opposent pas, mais se rejoignent; les dérapages islamophobes plus ou moins contrôlés de personnes publiques régulièrement relayés par les médias ne sont rien de moins que de gracieuses contributions offertes à la cause d’Abou Bakr al-Baghdadi.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/26838 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/26838

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP