Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Aider la presse ou démembrer la SSR?

Commission fédérale des médias et Avenir Suisse ne sont pas sur la même longueur d’onde…

Photo Maurice Velati
Photo Maurice Velati (licence CC)

Nous vivons le plus grand bouleversement dans l’histoire de l’industrie des médias, affirmait l’an passé le patron de Ringier. Les faits parlent d’eux-mêmes.

Les chiffres du tirage des journaux et de leurs recettes publicitaires sont en baisse. Tout proche de nous, Le Temps est intégré à Ringier (DP 2053). Les grands groupes de presse rationalisent, économisent et cherchent un regain de rentabilité en se diversifiant hors du secteur des médias.

La technologie numérique est la cause de ce bouleversement. L’avenir appartient aux médias électroniques, affirme publisuisse en se basant sur les résultats concordants des sondage auprès de consommateurs d’informations en Suisse et ailleurs. Tout logiquement, les journaux recherchent audience et revenus en se doublant d’une édition en ligne.

Le Conseil fédéral ne pouvait ignorer les difficultés rencontrées par la presse en mutation. L’an dernier, il a créé une Commission fédérale des médias (Cofem) et nommé ses treize membres.

Après une année de travail, ladite commission publie un rapport qui suggère, dans l’immédiat, une aide fédérale à l’ATS (Agence télégraphique suisse) et à la formation des journalistes. On abandonnerait en revanche les actuels rabais sur les tarifs postaux en faveur de certains journaux. A plus long terme, et de manière moins précise, la Cofem suggère la création d’une Fondation pour la promotion des médias, indépendante de l’Etat pour ses décisions sinon pour son financement, sur le modèle de Pro Helvetia.

Certains éditeurs, hostiles à toute intervention de l’Etat dans leurs affaires, rejettent ces nouvelles aides tout en approuvant les rabais postaux, pourtant liés au contenu des journaux subventionnés. Les associations de journalistes approuvent cette nouvelle aide. Edito, le magazine édité par les trois syndicats de la branche, publie une interview de Bernard Maissen, rédacteur en chef de l’ATS et membre de la Cofem. Ce texte, qui n’est malheureusement pas disponible en ligne, mérite un résumé.

Une ATS en langue allemande!

Les comptes de l’ATS sont encore en équilibre au prix de la fermeture de bureaux régionaux et de la suppression de postes. Les recettes diminuent chaque année entre 2 et 5% en raison de la baisse du tirage des journaux clients. L’agence publie ses dépêches en trois langues. Les recettes provenant de Suisse alémanique financent le français et l’italien à raison de 2,5 à 2,7 millions par an. Les surplus alémaniques, bientôt épuisés, ne permettront plus ces compensations. Une aide publique est donc urgente. Elle est possible car la loi fédérale sur les langues autorise (art. 18) une aide financière aux agences de presse nationales et plurilingues.

Pour affirmer l’indépendance de ses journalistes, Bernard Maissen ne veut pas d’une agence avec participation de l’Etat, même minoritaire, comme c’est le cas en France. A noter que ces réserves à l’égard du système français n’empêchent pas l’ATS de publier une large partie de ses informations étrangères par la simple reprise des dépêches de l’AFP.

Après ses recommandations tout en nuances sur l’aide à la presse, la Commission fédérale des médias annonce un prochain rapport sur les médias de service public de la radio et de la télévision.

Révolution libérale

Avenir Suisse, le think tank du libéralisme, ne s’interdit aucune audace dans son dernier document de travail, une sorte de contre-projet à celui de la Cofem. Pour permettre aux médias de s’adapter à l’ère numérique, il faut éliminer les distorsions de concurrence que représente le soutien étatique à la radio et la télévision. Pour atténuer le choc d’une modification aussi drastique, Avenir Suisse préconise, dans l’immédiat, de seulement réduire les revenus de la SSR.

La véritable réforme consisterait à supprimer les chaînes radio et TV de la SSR et de transformer celle-ci en une agence multimédia financée par la redevance. Elle offrirait gratuitement ses prestations à des diffuseurs privés. Eliminées donc les distorsions de concurrence. Chaque média aurait accès à l’argent public. Ce modèle semble à la mode, avec les initiatives pendantes hostiles à la SSR (DP 2042).

Le think tank libéral paraît ignorer le prix de la destruction de l’existant et sur quel sol il veut implanter son bel édifice théorique. Les chaînes de la SSR ont un public fidèle. Elles résistent efficacement à la vive concurrence des médias étrangers. A leur disparition, les auditeurs, mais surtout les téléspectateurs se tourneraient vers l’existant, vers l’étranger. La manne publicitaire disparaîtrait vers les médias français, allemands ou italiens.

Par ailleurs, la construction du nouvel édifice se ferait à tâtons. Difficile d’imaginer qu’une agence multimédia décide de lancer ses journalistes et réalisateurs dans des enquêtes et des reportages sans savoir si un diffuseur les reprendra. Le nombre des médias ayant les reins assez solides pour créer des chaînes capables de concurrencer l’étranger se compte sur deux doigts d’une main. Et aucun grand groupe n’aurait intérêt à diffuser une chaîne dans un bassin aussi restreint que la Suisse francophone ou italophone.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/26682 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/26682

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP