Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Littérature: Sur un mot que Catherine Colomb trouvait beau

Article paru dans DP 1131 du 17 juin 1993

[L’analyste politique n’a jamais abandonné le champ littéraire. Les critiques d’André Gavillet figurent parmi les plus beaux textes écrits pour DP (lire l’article en fac-similé).]

L’édition des œuvres complètes apporte, inédits, quatre fragments du manuscrit que Catherine Colomb avait en travail, Les Royaumes combattants. Ce roman n’était connu jusqu’ici que par quatre autres extraits publiés par Jean-Luc Seylaz dans Ecriture en 1967. Le dernier fragment publié, intitulé d’un mot emprunté à l’auteur, «Dorénavant», constitue les lignes ultimes écrites par l’écrivain. On y trouvera de ce seul fait une charge émotionnelle, contre laquelle on ne se défendra pas. Mais le texte, en soi, sans circonstance contingente, est d’une force poétique exceptionnelle. Des vingt lignes qui le composent, cette phrase:

Dorénavant, — quel beau mot, — et j’ai tant de choses à dire, encore, et si peu de temps oh mon Dieu et voilà que sans le vouloir sans que je le veuille un figuier s’élance vers la terre avec ses feuilles épaisses comme de petites mains feuilles de ma joie!

«Dorénavant». Pourquoi beau, ce mot?

En première apparence, il fait entendre un contraste phonétique marqué: deux syllabes d’attaque fortes et rythmées, do-ré (la gamme) et deux syllabes assourdies, nasales. C’est un bel accord musical, un mot racinien. Mais sous l’enveloppe sonore euphonique, toute l’ambiguïté sémantique du mot «avant».

«Avant», dans un sens spatial, désigne ce qui est devant. L’avant du bateau, l’avant-scène. D’ores (c’est-à-dire dès maintenant) souligne cette projection aussi dans un sens temporel: dès maintenant en avant, dorénavant.

Toutefois «avant», dans une signification uniquement temporelle, renvoie au contraire à ce qui précède le moment auquel on se réfère, à ce qui est antérieur, derrière nous, passé.

Or le positionnement dans l’espace et le temps est au cœur de l’œuvre de Catherine Colomb. Les critiques (Gustave Roud, Jean-Luc Seylaz) ont relevé et souligné les dernières phrases de sa réponse lors de la remise du Prix Rambert (1962).

…ces deux mystères, l’espace et le temps, l’espace, séjour des vivants, le temps, empire des morts. C’est là qu’ils se promènent, nos bien-aimés, ils ont perdu leur ombre… Mais la voilà, elle-même, je la reconnais, elle s’avance la mort, en répandant autour d’elle sa cruelle, son impitoyable clarté, elle s’avance sous sa couronne d’ampoules électriques.

A ce choix qui écartèle, le séjour des vivants et l’empire des morts, «dorénavant» donne toute sa consonance. Où l’avant est-il d’or? Où est l’âge d’or? Devant soi, dans la création poétique, «j’ai tant de choses à dire» ou derrière soi par l’émerveillement d’une dictée «sans le vouloir» de la mémoire, de la vie antérieure retrouvée «comme de petites mains feuilles de ma joie». Mais le temps à venir «si peu de temps oh mon Dieu» et le temps antérieur sont l’un comme l’autre dominés par la mort.

Le fragment du manuscrit s’ouvre sur une image forte de la désolation «il pleuvait, une grosse pluie qui marquait la poussière, et toujours plus dépoussière, elle ne devenait pas de la boue…» La vie, c’est le limon fertile, l’eau et la terre mêlées. La mort, c’est la poussière qui stérilise les champs, la poussière que l’eau n’amalgame plus. Puis le fragment s’achève, alors que la mort personnelle est imminente «c’est que je vais mourir» par l’acceptation que va cesser non pas seulement la vie, celle où l’on fait des plans, mais celle qui permettait de retrouver la vie obscure, la beauté de la vie antérieure «oh la troisième terrasse». Cela peut être dit au passé. «Et voilà ce que j’aimais».

La mort confère au mot son troisième sens: Dorénavant.

Références

Les œuvres complètes de Catherine Colomb (1892- 1965) ont fait l’objet, par les soins de José-Flore Tappy, d’une édition soignée, en trois volumes, à la Bibliothèque de l’Age d’homme, Lausanne, 1993. Cette édition comprend notamment des inédits, quatre nouveaux extraits du manuscrit inachevé Les Royaumes combattants et regroupe des textes publiés, mais jusqu’ici dispersés.

Elle relaie opportunément l’édition des trois romans majeurs: Châteaux en enfance, Les Esprits de la terre, Le Temps des Anges, publiés en 1968 par l’Aire, coopérative Rencontre, précieuse par la préface de Gustave Roud.

Lire aussi

Le numéro d’Etudes de Lettres (juillet-septembre 1973) qui, outre trois études critiques (Anne Perrier, Pierre-André Rieben, Jean-Luc Seylaz), comporte des extraits de la correspondance qui demeure propriété de la famille.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/26396 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/26396

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP