Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Economiesuisse et la (dé)croissance

Un salmigondis patronal pour traiter un thème essentiel

Economiesuisse a ouvert un site Internet qui se veut – se voudrait? – didactico-pédagogique en vue d’expliquer pourquoi l’économie suisse a besoin de croissance et, a contrario, pour critiquer les idées sur la non-croissance ou la décroissance.

Sur la page d’accueil de warum-wachsen.ch (en allemand et français – ni italien, ni anglais), quelques exemples sont apparemment censés illustrer le dynamisme de l’économie helvétique. Parmi eux, le Lignon à Vernier; une start-up fribourgeoise qui recourt à des matières premières naturelles; une action de Pro Velo à Berne pour inciter le personnel à aller un jour sur deux en juin à vélo du domicile au travail; une jeune pousse argovienne de détection de rayons X; la création du groupe de crèches Fugu dans le canton de Zurich; le développement d’une brasserie dans le Rheintal saint-gallois et un webdesigner qui s’est installé en Basse-Engadine.

Tout cela est très joli, mais n’est illustratif de rien. Même les pays les plus mal en point peuvent tous présenter des entreprises petites, jeunes et dynamiques.

Le plus intéressant, ou plutôt le plus consternant, est ailleurs. Ce que l’on découvre dans les explications concernant les mythes de la croissance zéro est tout simplement désolant. En fait, aucun des prétendus mythes n’est réellement présenté, ni par conséquent réfuté. Les textes contiennent des généralités sur la consommation, les pollutions, l’action politique, les atteintes à l’environnement, les pays en développement, le protectionnisme.

On peut résumer l’argumentation en disant que les progrès résultent de l’inventivité humaine que seul un Etat totalitaire pourrait brider, et «on est en droit de douter du fait que le bien-être de la population soit supérieur dans un Etat dictatorial que dans une démocratie». On peut noter au passage que les textes d’economiesuisse minimisent l’action des pouvoirs publics, qualifiée de «très marginale» lorsqu’il est question de «progrès», mais leur impute en revanche tous les défauts lorsqu’il s’agit de mettre en place des mesures pour lutter contre les pollutions ou la protection de l’environnement.

Préoccupations essentielles

Pourtant le débat sur la croissance économique est essentiel. La croissance démographique à l’échelle mondiale, les consommations d’énergie toujours plus importantes, les rejets des activités humaines et industrielles, le réchauffement climatique, entre autres, ne sont pas des préoccupations anecdotiques que l’on peut balayer d’un revers de main.

Les mesures nécessaires, même indispensables, pour ne pas dire vitales pour l’ensemble de l’humanité, ne résident certainement pas dans des politiques de croissance zéro, voire de décroissance. Les recherches techniques et scientifiques menées un peu partout dans le monde pour trouver des alternatives aux sources de pollutions actuelles sont très vraisemblablement plus porteuses d’avenir que l’idée «hier c’était mieux».

Jan-Egbert Sturm, directeur du Kof (Centre de recherches conjoncturelles de l’Ecole polytechnique de Zurich) donne une réponse limpide à la question de la croissance: «De mon point de vue, nous continuerons de croître aussi longtemps qu’il y aura des progrès technologiques et des gains d’efficacité. La deuxième raison qui justifie la croissance est l’augmentation de l’emploi ainsi que l’accroissement du parc immobilier et de celui des machines. A la question de savoir si nous avons besoin de progrès technologique, je répondrais que celui-ci n’est pas indispensable, mais que le compteur tourne pour l’humanité. Nous essayons de nous améliorer en permanence, et c’est probablement bien ainsi. Sinon, l’être humain ne serait pas arrivé au stade où il se trouve aujourd’hui.»

Fourchette supérieure

Ces constatations ne doivent pas nous dissuader d’analyser sans complaisance les effets néfastes de la croissance de l’économie. Les critiques émises dans la société, ou au travers de votations en Suisse, exercent une influence directe sur l’orientation des recherches dans les Hautes écoles et dans les laboratoires des entreprises.

On a pu lire récemment que les mesures effectives actuelles des pollutions se situent le plus souvent à des niveaux proches des maxima mentionnés par des études présentées il y a quelques années. Autrement dit, la réalité est systématiquement dans la fourchette supérieure des estimations. Il y a du pain sur la planche!

On ne s’en sortira pas avec des pirouettes du genre de celles présentées par economiesuisse qui (délibérément?) mélange les torchons et les serviettes. Le «refus du progrès se manifeste aujourd’hui par les craintes que la mondialisation et la migration n’entraînent une perte de l’identité culturelle propre. Et pour de nombreux travailleurs de bureau, le courriel représente davantage une malédiction qu’un bienfait. Dans un tel contexte, il ne faut pas s’étonner que les voix appelant à un durcissement de l’immigration trouvent un écho favorable en ces temps d’incertitude économique». Tout cela sous couvert de traiter des mythes de la croissance zéro!

Economiesuisse déplore de ne plus avoir l’oreille de la majorité des votants. Comment peut-il en être autrement, serions-nous tentés d’ajouter. Il n’est pas concevable qu’une des grandes organisations économiques du pays puisse présenter, sans dégrader son image, un tel salmigondis sur le thème central de la conciliation de la croissance économique et de la préservation des milieux naturels.

La grande majorité des gens ne sont probablement pas des adeptes de la croissance zéro, et encore moins de la décroissance, mais ils ne veulent pas pour autant être pris pour des idiots.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/26283 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/26283

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP